Halloween H20 (John Ottman)

A la recherche du temps perdu

Disques • Publié le 14/05/2010 par

Halloween H20HALLOWEEN H20 (1998)
HALLOWEEN : 20 ANS APRÈS
Compositeur :
John Ottman
Durée : 51:44 | 17 pistes
Éditeur : Varèse Sarabande

 

4 Stars

Encore auréolé du succès de The Usual Suspects, John Ottman, compositeur attitré de Bryan Singer, a sans doute été choisi pour composer la musique d’Halloween H20 grâce à ses scores à la fois séduisants et horrifiques pour Snow White : A Tale of Terror (Blanche-Neige : le Plus Horrible des Contes) et Apt Pupil (Un Elève Doué). Hélas pour lui, les producteurs de Dimension Films ont tellement aimé les musiques des Scream composées par Marco Beltrami qu’ils vont en abreuver le métrage de Steve Miner au point d’éjecter une bonne partie du score original. À la vision du film, truffé de stridences symphoniques déjà entendues dans la trilogie de Wes Craven, on peut constater que le studio n’a pas rendu justice au travail d’Ottman. Varèse Sarabande a fort heureusement édité un CD entièrement consacré à son score rebaptisé pour des questions de droits Portrait Of Terror. Présentée ainsi, la musique d’Halloween H20 devient alors une œuvre indépendante, véritable symphonie de la terreur qu’Ottman dédie au genre tout entier.

 

Portrait Of Terror débute en fanfare sur ce qui reste aujourd’hui encore un fait unique : une majestueuse reprise du thème d’Halloween, non pas au synthétiseur mais par l’orchestre tout entier ! Piano, flûtes, violons, puis cuivres et bois se chargent d’instaurer un climat ténébreux et envoûtant. La force de John Ottman est alors de rendre le thème plus lyrique que stressant, plus dramatique que maléfique. Renforcée par des chœurs et par une voix féminine ensorcelante, la mélodie principale est donc une parfaite synthèse du style de Carpenter et de celui d’Ottman, qui investit totalement le mythe en y injectant ses orchestrations faites d’acoustique et d’électronique, son goût prononcé pour les voix solistes, ses brusques accès de rage aux sonneries de cuivres très étranges. La suite de la partition sera à l’avenant, tissant des atmosphères mystérieuses et inquiétantes en ne délaissant jamais vraiment les mélodies, souvent tristes et angoissées, alternant séquences réflexives et scènes d’action furieuses.

 

Parsemée de sons insolites et de grincements divers, la musique renvoie à Snow White pour ses volutes vénéneuses peu à peu gangrenées par l’horreur et annonce les morceaux de bravoure frénétiques de Urban Legends : Final Cut (Urban Legend 2 : Coup de Grâce). Dominée par un piano cristallin aux sonorités proches de celles du clavecin et par des cordes lancinantes, elle fait aussi fugitivement entendre des fragments de berceuses, des halètements étouffés et l’appel terrifié d’une petite fille dans le lointain, ce qui contribue à accentuer le malaise et à faire de Portrait Of Terror une expérience éprouvante. Traversée de beaux moments d’élégie, plus éloignée des musiques de slashers traditionnelles qu’il n’y paraît et en tout cas fort différente des compositions de Marco Beltrami, la musique de John Ottman pour Halloween H20 est une réussite virtuose qui a le mérite d’arriver assez tôt dans la carrière du compositeur pour affirmer définitivement un style et éviter l’effet de lassitude qui surviendra quelques années plus tard. Une partition à découvrir, la meilleure depuis celle composée par John Carpenter pour le film d’origine.

 

Halloween H20

Gregory Bouak

Gregory Bouak

Contributeur (2010-2012)
Toujours un peu décalé, Grégory écoute de la musique classique à l’âge où les autres écoutent du rock, de la variété, ou rien, ce qui fait qu’à quinze ans, il pense avoir fait le tour de la question et se retrouve tout démuni. Il aime aussi depuis longtemps le cinéma et surtout les Star Wars, les Batman, les James Bond, dont il goûte les musiques avant tout parce qu’elles lui rappellent les films. Un jour, en voyant Stargate, il découvre que les musiques de films peuvent être d’une grande richesse et s’apprécier pour elles-mêmes en écoute isolée, se présentant comme les dignes héritières de son genre de prédilection, la grande musique symphonique telle qu’elle a atteint son apogée à la fin du XIXe siècle. C’est le début d’une longue et belle amitié qui n’a jamais connu de rupture. A partir de 2000, il se met à écrire des articles et des critiques de musique de film pour le site internet TraxZone, puis pour LeFantastique.net et Khimaira Magazine, tous deux spécialisés dans le fantastique, la fantasy et la science-fiction. En parallèle, il publie des articles dans la version papier de Khimaira. En 2006, il crée Horreurs et Merveilles, un blog puis un site consacré aux musiques des films de l’imaginaire. En 2010, suite à un bug irrémédiable d’Horreurs et Merveilles, dont il soupçonne secrètement les membres d’UnderScores d’être les instigateurs afin de l’inciter à rejoindre leur équipe, il accepte avec joie de contribuer au nouveau magazine de référence de la musique de film en langue française, afin de continuer à promouvoir sa passion.
Gregory Bouak