Halloween III (John Carpenter & Alan Howarth)

Les masques de la mort rouge

Disques • Publié le 10/05/2010 par

Halloween III Cover 2HALLOWEEN III: SEASON OF THE WITCH (1982)
HALLOWEEN III: LE SANG DU SORCIER
Compositeurs :
John Carpenter & Alan Howarth
Durée : 68:27 | 25 pistes
Éditeur : AHI Records

 

3 Stars

Pour la troisième et dernière fois, John Carpenter signe la partition musicale d’un épisode de la saga Halloween. De nouveau composée en association avec Alan Howarth, la musique d’Halloween III : Season Of The Witch avait été éditée une première fois au moment de la sortie du film puis était demeurée indisponible durant de nombreuses années. Vingt-cinq ans plus tard, la voici rééditée dans une édition de luxe – attention, 1000 exemplaires seulement ! – contenant l’intégralité du score : 68 minutes, soit 32 de plus que dans la version précédente. Les collectionneurs auront donc quantité de matériau inédit à se mettre sous la dent – ou sous l’oreille, comme on voudra – tandis que les spectateurs qui découvriraient le film aujourd’hui pourront directement accéder à l’édition complète.

 

À l’instar du film, l’intérêt de la bande originale d’Halloween III est de ne recycler aucun des éléments présents dans les deux premiers opus, ce qui signifie, musicalement parlant, l’absence totale des thèmes issus des deux scores précédents. On ne s’en plaindra pas puisque déjà Halloween II recyclait ad nauseam les thèmes présentés dans Halloween et que le simple fait d’apporter un peu de nouveauté confère à Halloween III un cachet particulier. Cela dit, la relative quiétude due à l’absence de l’oppressant motif associé à Michael Myers est rapidement bouleversée par la noirceur absolue et le pessimisme radical de cette nouvelle composition. En effet, si les thèmes connus ont disparu, la tonalité dominante reste exactement la même (c’est-à-dire très monochrome et fondée sur des expérimentations électroniques d’une sécheresse et d’une sévérité sans faille), tout comme les instrumentations (sonorités synthétiques grinçantes et dérangeantes) et le choix de privilégier à nouveau une forme répétitive et obsessionnelle. À ce titre, le morceau le plus mémorable est sans doute Halloween Montage, correspondant au jingle diffusé pendant la publicité destinée à envoûter les enfants et à faire exploser leurs masques maléfiques : lénifiante à souhait, cette chansonnette à la fois drôle et malsaine rend compte à elle seule de l’esprit particulier du film.

 

Beaucoup plus atmosphérique que mélodique, la musique déploie peu à peu ses sombres harmonies tout au long du voyage qui mènera les héros au bout de l’enfer. Permanente succession de pistes toutes plus glauques les unes que les autres, elle évite soigneusement, par son absence de thème vraiment identifiable et son refus d’illustrer l’action de façon trop littérale, tout effet horrifique facile et toute émotion superflue. Au lieu de cela, elle plonge le spectateur/auditeur toujours plus loin dans le mystère et le malaise, évoquant à merveille le climat de malveillance et de magie noire qui imprègne le film. Hypnotique et entêtante jusqu’au vertige (écoutez donc Chariots Of Pumpkins et The Rock), parfois étonnamment solennelle (les sonorités d’orgue confèrent à Drive To Santa Mira et à I Really Love This des accents d’oraison funèbre), elle crée un suspense très prenant même lorsqu’elle détourne systématiquement les rares scènes d’action en nouveaux morceaux de déprime au rythme incroyablement lent (First Chase et Challis Escapes). Seuls quelques brusques crissements dissonants viennent perturber de temps à autre la progression de l’ensemble et annoncer un virage dramatique inattendu (dans le Main Title, Goodbye Ellie ou encore Where Is She?).

 

Certes, le score d’Halloween III : Season Of The Witch, entièrement synthétique, sonne aussi kitsch et daté que les deux précédents et, en tant que parfaite incarnation de toute la tradition électronique des années 80, pourra rebuter bon nombre d’auditeurs. Très caractéristique du style Carpenter/Howarth et très proche, en toute logique, d’Escape From New York ( New-York 1997) et de The Fog, son aspect monochrome et sa constante morosité pourront susciter l’ennui. Cependant, tout comme le film qu’elle accompagne, cette musique constitue au final une expérience de qualité, à laquelle l’album rend parfaitement justice.

 

Halloween III: Season Of The Witch

Gregory Bouak

Gregory Bouak

Contributeur (2010-2012)
Toujours un peu décalé, Grégory écoute de la musique classique à l’âge où les autres écoutent du rock, de la variété, ou rien, ce qui fait qu’à quinze ans, il pense avoir fait le tour de la question et se retrouve tout démuni. Il aime aussi depuis longtemps le cinéma et surtout les Star Wars, les Batman, les James Bond, dont il goûte les musiques avant tout parce qu’elles lui rappellent les films. Un jour, en voyant Stargate, il découvre que les musiques de films peuvent être d’une grande richesse et s’apprécier pour elles-mêmes en écoute isolée, se présentant comme les dignes héritières de son genre de prédilection, la grande musique symphonique telle qu’elle a atteint son apogée à la fin du XIXe siècle. C’est le début d’une longue et belle amitié qui n’a jamais connu de rupture. A partir de 2000, il se met à écrire des articles et des critiques de musique de film pour le site internet TraxZone, puis pour LeFantastique.net et Khimaira Magazine, tous deux spécialisés dans le fantastique, la fantasy et la science-fiction. En parallèle, il publie des articles dans la version papier de Khimaira. En 2006, il crée Horreurs et Merveilles, un blog puis un site consacré aux musiques des films de l’imaginaire. En 2010, suite à un bug irrémédiable d’Horreurs et Merveilles, dont il soupçonne secrètement les membres d’UnderScores d’être les instigateurs afin de l’inciter à rejoindre leur équipe, il accepte avec joie de contribuer au nouveau magazine de référence de la musique de film en langue française, afin de continuer à promouvoir sa passion.
Gregory Bouak