Cure For Wellness (A) (Benjamin Wallfisch)

UnderScorama • Publié le 15/03/2017 par

A Cure For WellnessA CURE FOR WELLNESS (2017)
Compositeur : Benjamin Wallfisch
Éditeur : Milan Music
Format : CD & Digital
Date de sortie : 17/02/2017

3.5 Stars
Olivier Desbrosses Une berceuse vocale à l’inquiétante étrangeté introduit le thème central, qui sera ensuite décliné sous différents atours tout au long du score, qu’il s’agisse de douceur intime, d’une valse au lyrisme mystérieux ou même d’action forcenée. Le docteur Wallfisch a bien soigné son traitement, le béophile sceptique n’a rien à craindre, il sera fort bien soigné…
3.5 Stars
Florent Groult Outre des thèmes denses assez réussis, Wallfisch refait le coup de la berceuse horrifique et d’une valsa interruptus au développement intensément dramatique, et ça marche bien même si on reste plus circonspect quant aux intrusions empesées de l’électronique. Un mixage plus incisif aurait pu rehausser l’impact de la profonde sonorité des cors.
3.5 Stars
Pierre Braillon Une berceuse, une valse, des choeurs, de l’orgue, des expérimentations sonores… Wallfisch sait sur quels boutons appuyer. Sa mosaïque horrifique est traversée d’un souffle nous emportant dès l’ouverture pour ne rendre notre dépouille qu’une heure plus loin, sur une chanson faussement douce et vraiment dérangeante… I wanna be sedated !
4 Stars
Baptiste Brylak Wallfisch est à l’honneur ce mois-ci et c’est tant mieux ! Il est de nouveau en forme et on le sent s’amuser comme un petit fou. De l’orchestre, du travail de chœur discret mais efficace, avec un peu de modernité moyenne que je lui pardonne. C’est mon compositeur que j’aime d’amour de ce mois.
4 Stars
Milio Latimier Argh ! Il y a d’un côté une superbe ambition mélodique, à mi-chemin entre Elfman et Kilar, avec des thèmes amples ensorcelants. Mais… le mixage complètement bouffé par l’esthétique RCP désamorce toute subtilité, écrasée sous des basses (cuivres et chœurs grossiers) dégommant tout sur leur passage. Zut !
2.5 Stars
Christophe Maniez Merveilleusement orchestrale, parfois pastiche de Danny Elfman (chœurs, valses…), parfois aussi étonnamment dissonante, la musique de Wallfisch n’oublie jamais d’être thématique. LA surprise du mois (et qui confirme tout le bien qu’on peut penser de ce compositeur sur la montante) !
4.5 Stars