Soul Of The Ultimate Nation (Howard Shore)

Le retour du roi

Disques • Publié le 16/10/2012 par

Soul Of The Ultimate NationSOUL OF THE ULTIMATE NATION (2007)
Compositeur : Howard Shore
Durée : 64:36 | 20 pistes
Éditeur : Howe Records

 

 

3.5 Stars

En 2004, alors qu’il n’était pas encore tout à fait remis de l’emprise de l’Anneau de Pouvoir, Howard Shore entamait la composition du score du jeu vidéo Soul Of The Ultimate Nation (SUN), un jeu de rôle en ligne. L’influence de The Lord Of The Rings (Le Seigneur des Anneaux) était en fin de compte de bon aloi au regard de l’univers médiéval et fantastique de ce MMORPG coréen dont la partition, déjà éditée à l’époque au pays du matin calme, revoit le jour sur le propre label du compositeur.

 

Entre les différents environnements, les classes de personnages et les combats en nombre qui jalonnent SUN et entretiennent des liens de parenté plus ou moins évidents avec l’univers du roman-fleuve de Tolkien, les morceaux composés par Shore reflètent la même énergie massive contrebalancée par des passages poétiques similaires. Ainsi, après une courte introduction au shakuhachi, Sanctuary Of Ether laisse entendre des chœurs sacrés rappelant les elfes de Peter Jackson. On retrouve également, avec un certain plaisir mais sans surprise, une solennité familière dans le cor de Helron’s Castle et dans les envolées de The Triumph.

 

On regrettera certains passages un peu laborieux, sans doute la faute à l’écriture habituellement rigide du compositeur qui nous prive parfois du potentiel guerrier de sa musique, par exemple pendant la marche de A Prelude To Revolt qui, mise à part la partie chorale, peine à transporter l’auditeur vers le champ de bataille. En revanche, la fureur des mouvements de cuivres à l’entame de The Valley Of Dragons, qui offre d’ailleurs un contraste saisissant par la présence d’un theremin – instrument utilisé à quelques reprises dans l’œuvre et mis très (trop ?) en avant par rapport à l’orchestre, ainsi que le rythme lent et fatidique de Empire Geist, morceau qui hérite par ailleurs des stridences des passages les plus douloureux de Se7en, rassurent sur la capacité de Shore à provoquer un certain malaise, au demeurant relatif dans le cas de SUN. Par contre, la bataille dantesque évoquée dans Menace Of The Army Wings est tout à fait digne de celles qui sont menées contre les armées de Sauron !

 

Si le terreau de Soul Of The Ultimate Nation a été de toute évidence prélevé de la Terre du Milieu, notamment par ses composantes sonores diverses, c’est surtout la peinture hétéroclite des divers tableaux constituant l’univers du jeu qui laisse transparaître celui de Tolkien. Il ne faut pas chercher un souci narratif dans cette fresque, bien que certains thèmes soient récurrents, mais l’ampleur et la véritable ambition de la musique raviront le gamer et le cinémélomane toujours pas fatigué du Seigneur des Anneaux. Si Howard Shore s’est découvert un talent pour l’illustration épique, peut-être a-t-il intérêt à en garder sous le pied pour The Hobbit, sans quoi il pourrait finir par lasser vraiment…

 

Soul Of The Ultimate Nation

Sebastien Faelens

Sebastien Faelens

Rédacteur
Cinéphile depuis sa plus tendre enfance, ce n’est qu’à ses dix-huit ans que Sébastien commence réellement à écouter la musique de film en dehors de son support. Effectivement, il s'écoulera de nombreuses années d’errements dans les vidéo-clubs de Beauvais à la recherche de films bien trop violents pour son âge, avant sa rencontre pendant ses études avec Vivien Lejeune, qui deviendra rapidement un ami et un premier guide passionné dans l’univers de la B.O. Puis c’est l’escalade : la rencontre avec Olivier Soudé, puis la participation aux magazines Dreams to Dreams et Cinéfonia finiront de rendre le jeune métalleux complètement accroc aux trames sonores, ce qui a longtemps conforté ses parents dans l’idée qu’il avait probablement des fréquentations peu recommandables malgré son apparente tranquillité. Mais le célèbre magazine périclite en 2006 et c’est après trois ans d’une retraite bien méritée qu’il reprend du service comme rédacteur puis secrétaire de rédaction d’UnderScores : les années ont passé mais la passion est restée intacte !
Sebastien Faelens