Halloween II (John Carpenter & Alan Howarth)

L'hôpital et son fantôme

Disques • Publié le 09/05/2010 par

Halloween II Cover 2HALLOWEEN II (1981)
HALLOWEEN II
Compositeurs :
John Carpenter & Alan Howarth
Durée : 69:50 | 18 pistes
Éditeur : AHI Records

 

2 Stars

Ingrédient-clé de la réussite du premier film, le thème musical d’Halloween se devait d’être réemployé dans Halloween II. Et puisqu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, le producteur John Carpenter ressort sa casquette de compositeur et adapte sa partition pour le premier opus, secondé par son fidèle comparse Alan Howarth (The Dentist 1 & 2), qui collaborera avec lui sur presque tous ses films. La bande originale d’Halloween II est donc sensiblement identique à celle de son prédécesseur : le thème principal, inoubliable et toujours très efficace, est repris dès l’ouverture, mais précédé cette fois d’une introduction inédite sombre et menaçante. Il réapparaîtra à plusieurs reprises, notamment dans He Knows Where She Is! et dans Still He Kills (Murder Montage).

 

Vient ensuite le thème de Laurie qu’on retrouve sous une forme étrangement modifiée dans Mrs. Alves, porteur d’un fatalisme évident puisque la malédiction se resserre autour de la jeune femme lorsqu’on apprend qu’elle est en fait la sœur du tueur. Autres thèmes marquants repris du premier opus : le thème de suspense et d’attente, lourdement martelé et répété lui aussi à l’infini tout au long de Laurie And Jimmy et de Michael’s Sister ; le motif associé aux attaques du Grand Requin Blanc alias The Shape (par exemple dans le très évocateur The Shape Stalks Again), très scandé et illustrant l’avancée inexorable du prédateur vers une proie qu’il massacrera avec autant de brutalité que d’indifférence.

 

Le reste de la partition se situe dans l’exacte lignée de ce que John Carpenter a pu écrire pour Halloween, avec souvent des sonorités encore plus grinçantes, aiguës et perçantes qui plongent le spectateur dans des abîmes de malaise. Les apparitions fantomatiques de Michael Myers sont marquées par une musique très évanescente et abstraite, quasiment extraterrestre, glaçante à souhait et illustrant parfaitement la nature fantastique du personnage (Flats In The Parking Lot). Ses interventions dans l’hôpital (The Shape Enters Laurie’s Room et In The Operating Room) occasionnent alors des morceaux planants pleins d’un sombre mystère, tendus et oppressants. Ces quelques passages sont sans doute les plus intéressants car ils ne constituent pas une redite littérale du score précédent et se permettent quelques nouvelles expérimentations. Bien sûr, l’album d’Halloween II, qui s’achève sur l’inévitable et amusante chanson Mr. Sandman, autre titre-phare de la saga et de quantité de films d’horreur américains, ne séduira qu’un public très limité, fans absolus de la franchise ou amateurs de musiques synthétiques cheap et datées. Très efficace dans le film, la partition composée et recyclée par Carpenter et Howarth n’en demeure pas moins difficile – voire désagréable – à écouter en dehors.

 

NB : Suite à l’album édité en 1990 par Varèse Sarabande, qui durait seulement trente minutes, une nouvelle édition a vu le jour en 2009 chez AHI, le label du compositeur Alan Howarth déjà responsable de la réédition de Halloween III : Season Of The Witch en 2007, et contient presque quarante minutes supplémentaires.

 

Halloween II

Gregory Bouak

Gregory Bouak

Contributeur (2010-2012)
Toujours un peu décalé, Grégory écoute de la musique classique à l’âge où les autres écoutent du rock, de la variété, ou rien, ce qui fait qu’à quinze ans, il pense avoir fait le tour de la question et se retrouve tout démuni. Il aime aussi depuis longtemps le cinéma et surtout les Star Wars, les Batman, les James Bond, dont il goûte les musiques avant tout parce qu’elles lui rappellent les films. Un jour, en voyant Stargate, il découvre que les musiques de films peuvent être d’une grande richesse et s’apprécier pour elles-mêmes en écoute isolée, se présentant comme les dignes héritières de son genre de prédilection, la grande musique symphonique telle qu’elle a atteint son apogée à la fin du XIXe siècle. C’est le début d’une longue et belle amitié qui n’a jamais connu de rupture. A partir de 2000, il se met à écrire des articles et des critiques de musique de film pour le site internet TraxZone, puis pour LeFantastique.net et Khimaira Magazine, tous deux spécialisés dans le fantastique, la fantasy et la science-fiction. En parallèle, il publie des articles dans la version papier de Khimaira. En 2006, il crée Horreurs et Merveilles, un blog puis un site consacré aux musiques des films de l’imaginaire. En 2010, suite à un bug irrémédiable d’Horreurs et Merveilles, dont il soupçonne secrètement les membres d’UnderScores d’être les instigateurs afin de l’inciter à rejoindre leur équipe, il accepte avec joie de contribuer au nouveau magazine de référence de la musique de film en langue française, afin de continuer à promouvoir sa passion.
Gregory Bouak