King Of Kings (Miklós Rózsa)

UnderScorama • Publié le 15/02/2021 par

King Of KingsKING OF KINGS (1961)
Compositeur : Miklós Rózsa
Éditeur : Tadlow Music
Format : 2CD
Date de sortie : 11/12/2020

4.5 Stars
Florent Groult Certes, la partition n’a absolument pas la notoriété de Ben-Hur, ni la richesse de The Thief Of Bagdad, ni même le même attrait séduisant d’El Cid, mais redécouvrir ses propres atours monumentaux (le thème principal, en particulier, est formidable) dans ce nouveau et magistral réenregistrement, ça ne saurait décemment se refuser.
4 Stars
Sébastien Faelens « Jésus reviens, Jésus reviens parmi les tiens ! » Voilà qui est fait avec cette réédition dont l’authenticité et la qualité de l’interprétation forcent l’admiration, même si l’œuvre en elle-même n’est pas ma préférée de Rózsa.
4 Stars
Franck Le Roux J’écoutais cet album, quand un ami de passage m’a dit : « Tiens, t’écoutes Ben-Hur ? » Et moi de répondre : « Non ! Enfin, si… mais non ! » Que dire d’autre, tant les liens sont flagrants ? Mais attention, cette sublime partoche vit par elle-même. Cette édition, qui était réclamée à cor et à Christ, offre une qualité sonore impressionnante ! Merci Tadlow !
5 Stars
Christophe Maniez Je ne vois pas bien ce qu’on pourrait reprocher à cette splendide musique. Et encore moins à cette interprétation ample et fidèle du, décidemment devenu très bon, City of Prague Philharmonic Orchestra ! Rózsa, le KFC de la musique de film : King of the Film Composers.
5 Stars
Olivier Soudé Superbe réenregistrement d’une des plus titanesques partitions du légendaire Rózsa. Voilà une musique qui raconte quelque chose ! L’orchestre et les chœurs exécutent impeccablement la partition, déjà parue dans sa version originale en double CD chez Rhino à l’aube des années 2000. Mais jamais la partition n’avait ainsi brillé. Chef-d’œuvre !
5 Stars
Christophe Olivo Un réenregistrement complet attendu comme le messie ! Elle est facile, mais c’est vrai ! Nic Raine et le City of Prague livrent là une version titanesque et formidable du travail de Rozsa, qui me fait prendre conscience que je ne sais pas mettre d’accent sur des « o » avec mon clavier. Pour le reste, c’est somptueux et quasi miraculeux.
5 Stars