Return To The Blue Lagoon (Basil Poledouris)

UnderScorama • Publié le 15/01/2017 par

Return To The Blue LagoonRETURN TO THE BLUE LAGOON (1991)
Compositeur : Basil Poledouris
Éditeur : Intrada
Format : CD
Date de sortie : 29/11/2016

4 Stars
Olivier Desbrosses Si on retrouve avec plaisir le thème rayonnant du premier film, on constate ensuite que l’ensemble du score s’avère moins varié et surtout moins ample que son prédécesseur, comme si Poledouris s’était mis en retrait. Cela dit, malgré ce manque d’implication, c’est orchestré au cordeau et on a même droit à quelques moments assez émouvants.
3.5 Stars
Florent Groult Jolie partition orchestrale une fois encore, entre romantisme et aventure, dans une veine évidemment comparable à la précédente. Il faut tout de même admettre que si le style de Poledouris a bien mûri en près de onze ans, il a perdu ici le genre de spontanéité qui faisait le sel de la contribution originale. Un détail peut-être, mais qui a son importance.
3 Stars
Baptiste Brylak Un peu moins intéressant que le premier, mais hey, c’est Poledouris quand même, donc ça reste une tuerie tant dans les thèmes que la mise en musique des éléments. Et pour faire dans le passéiste, en écoutant ça on regrette cette époque.
4 Stars
Sébastien Faelens Plus ouvert et aventureux que le premier opus, celui-ci est également plus varié. En revanche, que quelqu’un m’explique le trip d’Intrada consistant à nous infliger un quart d’heure de percussions. Trop d’extras tue l’extra.
3.5 Stars
Milio Latimier Poledouris retourne avec bonheur à son lagon bleu, ajoutant à la l’innocence et la romance une palette d’émotions un peu plus large, plus aventureuse, mais aussi moins flamboyante. L’auteur semble tout aussi passionné par son sujet (la mer aide sûrement) et les fans y trouveront de nombreuses similarités avec Amerika ou White Fang.
4.5 Stars
Christophe Maniez Poledouris revisite l’un de ses meilleurs travaux avec son thème à tomber par terre. Une musique impressionniste et impressionnante. La prise de son, claire et précise, aide à faire ressortir les instruments solistes (flute traversière, harpe…) au sein de l’orchestre. Doté d’un sens inné du lyrisme orchestral, le compositeur ravit son auditoire ! Du beau boulot.
4 Stars