Giorgino (Laurent Boutonnat)

UnderScorama • Publié le 15/05/2020 par

GiorginoGIORGINO (1994)
Compositeur : Laurent Boutonnat
Éditeur : The Omega productions Records
Format : LP + CD
Date de sortie : 27/05/2020

2 Stars
Florent Groult Chœur et orchestre sous la houlette d’Yvan Cassar et belles interventions du duduk de Minassian, quelques mois après celles de Gasparyan pour The Crow. Le romantisme névrosé de la partition du Boutonnat-compositeur est sans doute ce qui a survécu le mieux de l’interminable déprime filmique du Boutonnat-réalisateur.
3 Stars
Pierre Braillon Un score bien de son temps : on peut y repérer des échos de Bram Stoker’s Dracula ou The Crow, mais il n’a ni la puissance sonore de l’un, ni le romantisme rock de l’autre. L’écriture de Boutonnat joue contre elle-même : tenté par le lyrisme, il ne s’y abandonne jamais et lui préfère des climats répétitifs et mélodiquement assez pauvres.
2 Stars
Franck Le Roux « Noir, c’est noir » chantait l’autre. A trop vouloir faire dans la noirceur, Boutonnat enterre ses belles idées musicales sous une bonne couche d’ennui. Le trop est visiblement l’ennemi du bien. Et les deux suites sonores sont un calvaire. Si ce coffret comble les fans hardcore de Mylène Farmer, aurait-il eu le même succès sans l’aura de cette dernière ?
2 Stars
Christophe Maniez J’avais acheté la B.O. à la sortie du film. Parce que dans le film, ça m’avait bien plu. Mais, en écoute isolée, même s’il y a de très beaux passages (orchestre à cordes de Prague, duduk…), c’est assez froid. Mais il y a quelque chose de tragique assez plaisant à l’oreille, et c’est thématique. En bref, c’est plutôt pas mal. Mais faut pas être en phase dépressive.
3 Stars
Christophe Olivo Pas aimé le film et la musique à l’époque. Je viens d’écouter ça à nouveau et mon avis n’a pas changé. Ce qui marche avec des (chouettes) clips, devient d’un ennui mortel pour un film. C’est long, c’est morbide, c’est ch…
1 Stars