The Tree Of Life (Alexandre Desplat)

Le nouveau nouveau monde

Disques • Publié le 16/06/2011 par

The Tree Of LifeTHE TREE OF LIFE (2011)
THE TREE OF LIFE
Compositeur :
Alexandre Desplat
Durée : 61:08 | 13 pistes
Éditeur : Lakeshore Records

 

4 Stars

Alexandre Desplat suscite de plus en plus l’admiration : après s’être exporté à Hollywood avec un succès qui ne s’est pas encore démenti, il apporte désormais sa pierre à l’édifice d’un auteur mythique du cinéma américain. Et même si Terrence Malick n’aime rien tant que piocher dans ce que les compositeurs écrivent pour ses films (quitte à sacrifier la cohérence d’une entité musicale exclusive), cet album démontre encore une fois le talent et la faculté d’adaptation du musicien.

 

A l’image de la narration qu’adopte habituellement le réalisateur, c’est une sorte de poème musical que le compositeur a écrit pour The Tree Of Life et sa personnalité s’y prête à merveille : la sensibilité à fleur de peau, la captation des émotions et l’écriture de mélodies point trop évidentes sont les principaux traits de caractères des morceaux figuratifs composés pour le film. Ces derniers sont effectivement conçus comme les chapitres d’un livre qui traduiraient en une musique spirituelle les étapes de la vie humaine, les sentiments – le doute, la souffrance morale, la joie de vivre – ou encore l’univers qui nous domine. Le pouvoir d’évocation de Desplat réside autant dans son tact que dans sa force. On sent chez l’auteur de Sur tes Lèvres toute la fragilité des thèmes dans leur étirement, par exemple celui joué par un piano timide et un peu candide, évoquant l’enfance qui se construit. Délicatesse également des orchestrations formant un ensemble évolutif et bien plus vaste : les cordes emportent doucement l’auditeur dans un tourbillon dans lequel les instruments soli s’intègrent de manière évidente pour signifier le cours du temps.

 

L’on ne peut qu’être transporté par l’émotion qui se dégage de l’ensemble, autant par l’humilité qu’il inspire que par l’universalité des thèmes abordés. En fait, c’est peut-être la liberté avec laquelle Alexandre Desplat a peint ces tableaux qui leur procure la faculté d’imposer leur propre image à l’auditeur. Et si cette musique originale est finalement très peu présente dans le montage final du film, attribuons au compositeur le mérite d’avoir réalisé son propre film… musical.

 

The Tree Of Life

Sebastien Faelens

Sebastien Faelens

Rédacteur
Cinéphile depuis sa plus tendre enfance, ce n’est qu’à ses dix-huit ans que Sébastien commence réellement à écouter la musique de film en dehors de son support. Effectivement, il s'écoulera de nombreuses années d’errements dans les vidéo-clubs de Beauvais à la recherche de films bien trop violents pour son âge, avant sa rencontre pendant ses études avec Vivien Lejeune, qui deviendra rapidement un ami et un premier guide passionné dans l’univers de la B.O. Puis c’est l’escalade : la rencontre avec Olivier Soudé, puis la participation aux magazines Dreams to Dreams et Cinéfonia finiront de rendre le jeune métalleux complètement accroc aux trames sonores, ce qui a longtemps conforté ses parents dans l’idée qu’il avait probablement des fréquentations peu recommandables malgré son apparente tranquillité. Mais le célèbre magazine périclite en 2006 et c’est après trois ans d’une retraite bien méritée qu’il reprend du service comme rédacteur puis secrétaire de rédaction d’UnderScores : les années ont passé mais la passion est restée intacte !
Sebastien Faelens