Soul Surfer (Marco Beltrami)

L'âme hawaïenne

Disques • Publié le 09/06/2011 par

SOUL SURFER (2011)
SOUL SURFER
Compositeur :
Marco Beltrami
Durée : 45:34 | 19 pistes
Éditeur : Madison Gate Records

 

4.5 Stars

Malgré toute l’estime que l’on porte à Marco Beltrami, il faut bien avouer que sa filmographie horrifique et fantastique laisse peu de place à d’autres genres cinématographiques. Si son talent et son style affirmé s’imposent aisément dans les gros succès que l’on connaît, l’auteur de Hellboy est également tout à fait capable de se montrer d’autant plus brillant quand il se frotte à des univers moins familiers. Soul Surfer fait partie de ceux-là.

 

La sécheresse caractéristique des compositions de Beltrami trouve un contre-point intéressant dans ce biopic d’une jeune surfeuse. Effectivement, le générique se présente avec toute la simplicité d’un chant hawaiien, d’une guitare et d’un piano accompagnés de cordes légères. Nous sommes très loin de la musique torturée de Knowing (Prémonitions) ! Non seulement l’esprit et l’orchestration de ce score se placent à cent lieues des travaux habituels du compositeur, mais l’on est encore une fois surpris par la justesse et la beauté dont le compositeur peut faire preuve pour coller à son sujet. Et si ce dernier peut être considéré comme léger, il n’en est pas moins le vecteur d’un score recherché et émouvant.

 

Même si l’on y retrouve les cordes et les cadences typiques de Beltrami dans quelques morceaux tendus, ces tics sont malicieusement contrebalancés par des instruments et des voix intervenant ponctuellement et une approche globale qui met en avant des mélodies touchantes habillées d’harmonies réconfortantes. Sans abuser du dépaysement, l’instrumentation donne à entendre un ukulélé et une flûte à nez qui apportent quelques couleurs complémentaires à l’ensemble, tandis que les chants hawaiiens – masculins, féminins ou même interprétés par un chœur d’enfants – interviennent toujours avec à-propos pour exalter les moments forts. Déjà évoqués, le piano et la guitare procurent ce qu’il faut de proximité et achèvent de tisser un fil nuancé et évocateur dont la progression dramatique, certes balisée et plutôt classique, n’entame en rien la sincérité de la démarche.

 

Marco Beltrami, un intellectuel froid produisant une musique implacablement précise ? Cette image change à la lumière de Soul Surfer, ce rayon de soleil rafraîchissant et bienfaiteur. Quel bonheur !

 

Soul Surfer

Sebastien Faelens

Sebastien Faelens

Rédacteur
Cinéphile depuis sa plus tendre enfance, ce n’est qu’à ses dix-huit ans que Sébastien commence réellement à écouter la musique de film en dehors de son support. Effectivement, il s'écoulera de nombreuses années d’errements dans les vidéo-clubs de Beauvais à la recherche de films bien trop violents pour son âge, avant sa rencontre pendant ses études avec Vivien Lejeune, qui deviendra rapidement un ami et un premier guide passionné dans l’univers de la B.O. Puis c’est l’escalade : la rencontre avec Olivier Soudé, puis la participation aux magazines Dreams to Dreams et Cinéfonia finiront de rendre le jeune métalleux complètement accroc aux trames sonores, ce qui a longtemps conforté ses parents dans l’idée qu’il avait probablement des fréquentations peu recommandables malgré son apparente tranquillité. Mais le célèbre magazine périclite en 2006 et c’est après trois ans d’une retraite bien méritée qu’il reprend du service comme rédacteur puis secrétaire de rédaction d’UnderScores : les années ont passé mais la passion est restée intacte !
Sebastien Faelens