The Journey Of Natty Gann (James Horner)

L'odyssée musicale de Natty Gann

Disques • Publié le 26/07/2009 par

THE JOURNEY OF NATTY GANN (2005)

NATTY GANN

Compositeur : James Horner

Durée : 43:09 | 16 pistes

CD : Intrada

Rating: ★★★½☆

 

 

Attendue depuis un quart de siècle, la partition de James Horner pour la production Disney The Journey Of Natty Gann (Natty Gann) est enfin disponible grâce au travail du remarquable éditeur Intrada. Sorti en 1985, ce film qui tient une place à part dans le canon cinématographique de la compagnie de Mickey fait partie des expériences que le studio tente à l’époque pour sortir des sentiers battus, au même titre que l’étrange Dragonslayer (Le Dragon du Lac de Feu). Croisement heureux entre l’univers de la misère sociale à la Steinbeck et le mythe du Loup proche de James Oliver Curwood ou de Jack London, ce film a marqué les esprits pour ses interprètes talentueux, excellemment dirigés. Le fameux Jed, chien-loup star, a par ailleurs incarné Croc Blanc dans l’adaptation qu’en fera Disney en 1991 sous la férule de Randall Kleiser. Pour parvenir à une telle réussite, ils font appel à un cinéaste discret mais talentueux, ayant réussi dans le passé à traiter des sujets délicats avec classicisme et humanisme, sans racolage : Jeremy Paul Kagan. Je renvoie d’ailleurs aux quelques mots élogieux du dictionnaire du cinéma américain de Tavernier / Coursodon à propos du cinéaste et de ce film.

 

James Horner remplace pour la musique Elmer Bernstein, premier choix du cinéaste (encore ce goût pour le classicisme non ostentatoire) pour apporter au film une Disney touch, le transfert ayant déjà fonctionné sur Something Wicked This Way Comes (La Foire des Ténèbres) de Jack Clayton, sur lequel le compositeur avait remplacé Georges Delerue.

 

Horner ne fait pas regretter le travail de Bernstein grâce à sa capacité à trouver des motifs mélodiques et des couleurs instrumentales pouvant formidablement incarner une lecture «magique» du film, moins réaliste certainement que la vision originelle de Bernstein. Un style faussement naïf qui lui a d’ailleurs permis d’œuvrer avec succès dans l’animation. A noter cependant qu’un très court morceau de Bernstein a survécu dans le film, lorsque Natty s’échappe du pick-up conduit par un vieux vicelard ne lui voulant pas que du bien.

 

Les motifs mélodiques sont tous exposés dans le générique du film. Tout d’abord celui du lien affectif (père/fille, Natty/le loup, Natty/Harry) par la section des vents, qui est transformé et développé ensuite comme thème de l’aventure par l’orchestre, sur une rythmique de guitares et de dulcimer. Une variation vient ponctuer ce développement avant la conclusion sur le motif initial. Ce thème de l’aventure, bondissant, serait certainement à rapprocher des danses celtiques, d’un fond musical à l’origine du folklore américain et qui accompagne parfaitement ce voyage initiatique aux accents de légende, que l’on pourrait sans cesse raconter le soir au coin du feu,

David Hocquet

David Hocquet

Contributeur (2009-2010)
Employé du Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International, David entretient une passion pour la musique de film, la musique classique et contemporaine depuis 25 ans. Cinéphage plus que cinéphile, il a contribué depuis à certaines publications dédiées à la musique de film : Dreams to Dream, Colonne Sonore ou les sites Underscores et James Horner Film Music. Un de ses articles sur la partition de James Horner pour le film Willow de Ron Howard a été publié dans l'ouvrage collectif consacré à la musique pour l'image « Analyser la musique de film : méthodes, pratiques, pédagogie » publié en 2010 chez Books on Demand sous la direction de Frédéric Gimello-Mesplomb. Il a aussi participé à la rédaction d'un dossier sur la musique de film dans Positif, sous la direction de Pierre Berthomieu.
David Hocquet