Kaamelott : Premier Volet (Alexandre Astier)

UnderScorama • Publié le 15/12/2020 par

Kaamelott (Premier Volet)KAAMELOTT : PREMIER VOLET (2021)
Compositeur : Alexandre Astier
Éditeur : Deutsche Grammophon
Format : CD & Digital
Date de sortie : 27/11/2020

4 Stars
Florent Groult La sensibilité musicale d’Astier semble finalement assez proche de celle d’un Rombi et ce n’est pas pour déplaire : une écriture claire qui dose ses effets à la perfection, un discours aéré et précis, des orchestrations choisies, tout cela respire une attention de tous les instants. Peut-être manque-t-il un vrai souffle qui emporterait la partition toute entière…

4.5 Stars

Sébastien Faelens A l’inverse de Lorne « je-mérite-des-Balfe », Monsieur Astier est équilibré. On sent un amour certain pour tous les pupitres, en même temps qu’une certaine prudence tant le score semble fuir le spectaculaire à tout crin. Cela ne manque pas d’épaisseur dans les intentions, mais quelqu’un comme Philippe Rombi y aurait donné une ampleur bienvenue.
3.5 Stars
Franck Le Roux Pour le coup, je ne m’attendais pas à une telle partition. Cette belle musique orchestrale, pleine de couleurs et de fougue, en jette sacrément. C’est du vrai travail à l’ancienne, comme on veut en entendre plus souvent. Reste à espérer que ce film ait du succès et qu’un deuxième volet suive. A l’écoute de ce CD, on veut crier : Joy To The World !
4 Stars
Christophe Maniez Comédien, scénariste, réalisateur, musicologue bien connu, Astier est aussi compositeur. Trop pour un seul homme ? Peut-être. Néanmoins, il s’en tire de façon honorable, avec un certain sens de l’orchestration. On peut regretter toutefois un manque d’ampleur, une économie de moyens trop systématique et une thématique relativement timide.
2.5 Stars
Christophe Olivo Déjà auteur de la musique de la série mais aussi de la partition de son premier film, on attendait le musicien Astier au tournant. Et il s’en sort superbement ! Orchestre de Lyon au taquet, des idées et de belles références, l’ami Alexandre mérite plus que jamais son titre d’homme-orchestre. La B.O. française de l’année, ni plus, ni moins. Chapeau bas.
5 Stars