Cliffhanger (Trevor Jones)

UnderScorama • Publié le 15/03/2017 par

CliffhangerCLIFFHANGER (1993)
Compositeur : Trevor Jones
Éditeur : La-La Land Records
Format : 2CD
Date de sortie : 31/01/2017

4 Stars
Olivier Desbrosses Presqu’un classique déjà que cette chouette partition d’action/aventure de Trevor Jones, hautement dérivative (les ravages du temp track sévissaient déjà à l’époque), mais aussi hautement appréciable, qu’il s’agisse du thème principal particulièrement altier ou des nombreuses pièces d’action pétaradantes. Un score comme on n’en fait plus !
4 Stars
Florent Groult Robuste dans le suspense et l’action, cette partition se distingue surtout par son thème principal typique du Jones post-Mohicans. Mais les références presque permanentes au Predator de Silvestri, mais aussi au Hunt For Red October de Poledouris ou au Horner de Rocketeer sont au final bien trop envahissantes. Nouveau remastering  impeccable.
2.5 Stars
Pierre Braillon Trevor Jones au sommet : il traduit les tourments des personnages comme si c’était du David Lean et les scènes d’action comme si c’était du McTiernan. Ceux pour qui l’écoute d’un score est synonyme d’évasion bigger than life savent donc chez qui réserver leur billet ce mois-ci.
4 Stars
Baptiste Brylak On discutait comme ça avec le boss pendant la vaisselle et vla t’y pas qu’il me dit « Ouais, mais y a quand même vachement d’emprunts dans Cliffhanger. » Alors oui, certes. N’empêche, un film comme ça aujourd’hui n’aurait pas droit à un score et un thème aussi classes. Donc tais-toi, t’es pas mon père !
4 Stars
Milio Latimier C’est désormais de notoriété publique : cette partition vampirise de nombreux travaux hollywoodiens des années 80 et 90. Mais Jones le fait avec une telle classe et une telle ampleur qu’il est difficile de ne pas trépigner de bonheur à l’écoute de cette hénaurme béo d’action. L’éditeur en profite pour corriger les erreurs de la version précédente.
5 Stars
Christophe Maniez Y’a pas à dire, le début du thème me fait toujours penser à celui de Last Of The Mohicans. Mais en dehors des emprunts (dus au temp track) notamment à Kamen et Silvestri, c’est un score de très haute volée. Jones a fait des prouesses pour que sa partition reste toujours mélodique, même dans le suspens ou l’action. A ne pas rater.
4.5 Stars