The Message (Maurice Jarre)

Un Prophète

Disques • Publié le 10/05/2019 par

The MessageTHE MESSAGE (1977)
LE MESSAGE
Compositeur :
Maurice Jarre
Durée : 63:34 | 22 pistes
Éditeur : Tadlow Music

 

4 Stars

 

Dans un beau souci d’œcuménisme, avant le Jesus Of Nazareth (Jésus de Nazareth) de Zeffirelli, Maurice Jarre a mis en musique cette fresque de trois heures consacrée à la naissance de l’Islam. Le metteur en scène et producteur de l’entreprise, Moustapha Akkad, rassembla pour le film de prestigieux collaborateurs habitués aux superproductions britanniques comme le chef opérateur Jack Hildyard, la costumière Phyllis Dalton (qui avait également officié sur Lawrence d’Arabie) et, logiquement, Maurice Jarre. La partition de ce dernier est d’une écoute plus difficile que ses autres scores épiques. L’album alterne des morceaux de bravoure qui utilisent un vaste orchestre symphonique enrichi de percussions et d’instruments exotiques (Building The First Mosque, Entry To Mecca, The Declaration) et des pièces plus introspectives dans lesquelles interviennent les ondes Martenot dans des soli qui semblent improvisés (The Sura, Presence Of Mohammad et Spread Of Islam).

 

Le score s’articule autour de trois thèmes : le thème principal, discrètement énoncé au début de la première piste, est le plus proprement épique. Son caractère assertif est marqué par l’intervalle de quarte qui en ouvre la mélodie. Il connaît ses développements les plus spectaculaires dans les pistes The Declaration et Faith Of Islam. Un autre thème est introduit dans la seconde piste. Moins lyrique et plus résolu que le premier, il apparaît le plus nettement sous la forme d’une marche dans Entry To Mecca. Enfin, moins présent, un thème martial plus sombre et percussif est utilisé dans les scènes de batailles (Fight ou Broken Idols).

 

Jarre soumet ce matériau finalement assez restreint à une infinité de variations qui ne fixe jamais une mélodie de manière certaine pour l’auditeur. Les contours des thèmes principaux se dessinent et s’affirment tout au long du score : une cithare articule avec subtilité une première version du thème principal dans la piste The Message et celui-ci réapparaîtra dans une variété d’arrangements instrumentaux et rythmiques dans Building The First Mosque, Presence Of Mohammad ou Fight et, sous sa forme la plus achevée, dans le finale. Cette malléabilité des thèmes crée une représentation complexe de la foi religieuse, à l’image de cette musique qui alterne les moments d’exaltation et les passages plus obscurs. Elle ne permet pas à l’auditeur de s’installer dans une conviction, remet en cause ses certitudes, et celui-ci doit toujours se livrer à un déchiffrage et à une interprétation pour en saisir toute la richesse. Une partition d’une grande modernité donc, sous les ornements d’une musique de film épique.

 

Anthony Quinn dans The Message