Santa Claus: The Movie (Henry Mancini)

Le Noël fondateur de Mancini

Disques • Publié le 25/12/2010 par

Santa Claus: The MovieSANTA CLAUS: THE MOVIE (1985)
SANTA CLAUS
Compositeur :
Henry Mancini
Durée : 42:04 | 12 pistes
Éditeur : Singular Soundtrack

 

4 Stars

Film de Noël oblige, il est évident que la musique compte pour beaucoup dans la création d’une atmosphère féérique. Durant sa carrière, le réalisateur Jeannot Szwarc a eu la chance de travailler avec quantité d’artistes prestigieux parmi lesquels John Williams et Jerry Goldsmith. Pour Santa Claus : The Movie, il a collaboré avec le grand Henry Mancini, célèbre compositeur de The Pink Panther (La Panthère rose), de Peter Gunn ou encore de A Touch Of Evil (La Soif du Mal), mais aussi, vers la fin de sa carrière et de sa vie, de musiques de films pour enfants telles celle The Great Mouse Detective (Basil Détective Privé) ou encore celle de Tom And Jerry : The Movie (Tom & Jerry : le Film). C’est évidemment à cette dernière catégorie qu’appartient le genre à part entière du Christmas movie auquel Mancini, à l’aise dans tous les registres, s’est essayé avec un enthousiasme manifeste.

 

Dès le Main Title, on se croirait dans un Home Alone (Maman, j’ai raté l’Avion) avant l’heure (Mancini a-t-il imité le style de John Williams – déjà bien affirmé à l’époque – à la demande du réalisateur de Jaws 2 ?). Clochettes, violons, harpe et flûte, tout l’arsenal chatoyant habituellement associé à Noël est présent ici et le thème du Père Noël, fédérateur et mémorable, s’avère tendre et séduisant à souhait, de même que les envolées pleines de magie en milieu de morceau, faites de cordes et de bois malicieux. La partition contient plusieurs moments de grâce d’un raffinement et d’une délicatesse enchanteurs (Arrival Of The Elves, Sad Patch) correspondant aux scènes de contemplation, de découverte et d’émerveillement et dont Michael Convertino s’inspirera presque dix ans plus tard pour The Santa Clause (Super Noël).

 

Santa Claus: The Movie

 

Bien entendu, les chœurs et les voix solistes sont omniprésents, comme dans tout chant de Noël qui se respecte. Le compositeur fait même appel à une chorale d’enfants dans plusieurs morceaux afin d’illustrer l’univers des elfes ; nombre de références sont alors convoquées pour tout ce qui concerne le monde des jouets, de Haydn (la Symphonie des Jouets) à Tchaikovsky (Casse-Noisette). Les chants de Noël les plus connus sont tous repris ici et là sous forme de medleys, notamment dans le très agréable Christmas Rhapsody. Quant à la mélodie de It’s Christmas Again, particulièrement émouvante, on pourrait presque croire qu’il s’agit de la matrice de Christmas, Why Can’t I Find You?, chanson-phare de How The Grinch Stole Christmas (Le Grinch) de James Horner. C’est dire à quel point la composition d’Henry Mancini est fondatrice…

 

Du début à la fin, le musicien nous transporte d’enchantement en enchantement à grand renfort d’envolées de cordes radieuses et de fanfares chaloupées (March Of The Elves), sans oublier quelques passages plus jazzy – voire disco dans la dernière piste ! – nous rappelant que le maestro est aussi l’auteur de The Pink Panther. Humour, fantaisie, lyrisme échevelé, marches endiablées (Sleigh Ride Over Manhattan), la musique de Santa Claus : The Movie contient tout ce qu’il faut pour devenir un classique incontournable à réécouter à chaque fin d’année. Seulement disponible en LP chez EMI au moment de la sortie du film et épuisée depuis longtemps, cette bande originale a enfin été rééditée en décembre 2009 par le label Singular Soundtrack afin que tout le monde puisse s’en délecter ! À noter : une chanson semble s’être perdue d’un album à l’autre (Shouldn’t Do That, interprétée par Kaja), mais fort heureusement ce titre est loin d’être essentiel…

 

Santa Claus: The Movie

Gregory Bouak

Gregory Bouak

Contributeur
Toujours un peu décalé, Grégory écoute de la musique classique à l’âge où les autres écoutent du rock, de la variété, ou rien, ce qui fait qu’à quinze ans, il pense avoir fait le tour de la question et se retrouve tout démuni. Il aime aussi depuis longtemps le cinéma et surtout les Star Wars, les Batman, les James Bond, dont il goûte les musiques avant tout parce qu’elles lui rappellent les films. Un jour, en voyant Stargate, il découvre que les musiques de films peuvent être d’une grande richesse et s’apprécier pour elles-mêmes en écoute isolée, se présentant comme les dignes héritières de son genre de prédilection, la grande musique symphonique telle qu’elle a atteint son apogée à la fin du XIXe siècle. C’est le début d’une longue et belle amitié qui n’a jamais connu de rupture. A partir de 2000, il se met à écrire des articles et des critiques de musique de film pour le site internet TraxZone, puis pour LeFantastique.net et Khimaira Magazine, tous deux spécialisés dans le fantastique, la fantasy et la science-fiction. En parallèle, il publie des articles dans la version papier de Khimaira. En 2006, il crée Horreurs et Merveilles, un blog puis un site consacré aux musiques des films de l’imaginaire. En 2010, suite à un bug irrémédiable d’Horreurs et Merveilles, dont il soupçonne secrètement les membres d’UnderScores d’être les instigateurs afin de l’inciter à rejoindre leur équipe, il accepte avec joie de contribuer au nouveau magazine de référence de la musique de film en langue française, afin de continuer à promouvoir sa passion.
Gregory Bouak
  • Tadlow Music