Contatto con l’Oriente (Akira Ifukube)

Hommage à l'italienne pour le maestro Ifukube

Disques • Publié le 07/08/2009 par

Akira Ifukube : Contatto con l'OrienteCONTATTO CON L’ORIENTE (1988)
CONTACT WITH THE ORIENT
Compositeur :
Akira Ifukube
Durée : 56:30 | 15 pistes
Éditeur : Kronos Records

 

3.5 Stars

15 mars 1988, Prato, Italie. C’est un hommage bien singulier qui se tient en l’église San Giuseppe. Le lieu est contre toute attente plein à craquer, et le programme qui y est proposé apparaît, et c’est le moins qu’on puisse dire, des plus disparates : s’y succèdent notamment, installés devant un écran géant, une formation orchestrale, un chœur, un ensemble de musique de chambre, des musiciens de jazz, une imposante batterie de synthétiseurs, tandis qu’une artiste peintre réalise en temps réel une fresque basée sur une série d’idéogrammes japonais… Car le compositeur qui est célébré ce soir-là, et qui au préalable adresse à distance ses salutations à l’assemblée ainsi réunie, est bel et bien tranquillement installé dans sa maison de Tokyo : «Mesdames et messieurs, je suis le compositeur japonais Akira Ifukube. Je suis vraiment ravi que vous ayez l’opportunité d’entendre mes œuvres pendant ce concert… ». C’est donc, on l’imagine, non sans une certaine émotion que le public assiste alors aux interprétations live des musiques de l’un des artistes essentiels et emblématiques de la firme Toho, lequel nous a depuis quitté, le 8 février 2006, à l’âge de 91 ans.

 

Le thème principal de Godzilla, particulièrement à l’honneur, donne une bonne idée de l’esprit de cette célébration puisque rien de moins que quatre arrangements différents y seront entendues successivement tout au long de la soirée : par l’orchestre pour le plus conventionnel, puis par un sextuor (piano, flûte et quatuor à cordes) mais également en version synthétique et même sous la forme d’une fantaisie jazzy spécialement créée pour l’occasion sur une idée de Roberto Zamori (Hexarcord Records), instigateur de l’événement à l’époque et également co-producteur de ce disque. Outre le célèbre thème musical, chaque ensemble convoqué viendra ainsi interpréter à son tour quelques pages du compositeur. Le E. Chiti Orchestra, sous la direction d’Angelo Luorno, laissera entendre les marches de Godzilla Vs. Monster Zero, Battle In Outer Space et Destroy All Monsters, programme que suivra, à peu de choses près, Andrea Benassai avec ses synthétiseurs. Tandis qu’un chœur se charge de scander avec conviction un chant issu de King Kong Vs. Godzilla, il n’est pas interdit de se délecter peut-être plus particulièrement du lyrisme délicat des versions très réussies, pour ensemble de chambre, du thème principal de Latitude Zero, du Destroy Tokyo! de Godzilla et du Kong & Susan de King Kong Escapes. Sans oublier la profonde et très belle voix d’Edda del Orso, invitée vedette de ce concert, qui durant huit trop courtes minutes, accompagnée de son mari au piano et au laminophone (un instrument conçu par ce dernier), hypnotise littéralement son auditoire avec une suite issue des films Godzilla Vs. The Thing et King Kong Vs. Godzilla.

 

Qu’on ne se méprenne pas : avec sa prise de son incertaine et chevrotante, souvent parasitée par le public, ses interprétations hétéroclites quoique animées par la plus grande sincérité, ce disque est loin de représenter pour le néophyte une entrée en matière idéale au monde du grand Akira Ifukube. Du reste, même pour celui qui y est familiarisé, l’intérêt du programme est variable et, s’il y en a effectivement pour tous les goûts, celui-ci sera diversement apprécié. Mais l’important est-il vraiment là, tant ce disque a d’abord et avant tout valeur de témoignage, celui d’un événement musical atypique et unique porté par l’enthousiasme et la passion ? Et de passion, il en est ici question également de la part du tout jeune label Kronos Records et de son principal artisan, Godwin Borg (The Famous Mr. B. !), qui avec cette réédition d’un enregistrement paru à l’origine en tirage limité en 1988 (chez SLC), lance courageusement le premier jalon d’un catalogue dont on sait déjà qu’il s’enrichira bientôt de nouveaux titres. On les attend avec impatience…

 

Akira Ifukube

Florent Groult

Florent Groult

Rédacteur en chef adjoint
Né en 1974, originaire de Normandie, Florent Groult grandit au contact de la musique classique et, par trois coups de baguette (le King Kong de 1933, Forbidden Planet et Jaws) assénées au travers d'un écran TV, est touché assez tôt par la magie du cinéma. Il était sans doute inévitable que les deux finissent un jour ou l'autre par se conjuguer en une seule et même passion. Ce sera chose faite en 1993, à l'occasion de la sortie française du Dracula de Francis Ford Coppola. Fasciné dès lors par l’interaction entre musique et image qui lui révèle des horizons infinis de découvertes, il rejoint d'abord les membres de l’association caennaise CinéScores, contribuant modestement à leur fanzine et leur émission de radio sur une antenne locale (1994-1999), avant de participer à la création de l'association Colonne Sonore / L'Ecran Musical (1999-2002). En 2008, il co-fonde avec Olivier Desbrosses- UnderScores : le Magazine de la Musique de Film pour lequel il occupe depuis le poste de rédacteur en chef adjoint. En 2011, il contribue à l'ouvrage collectif intitulé John Williams : Un Alchimiste Musical (Editions L'Harmattan) et signe ses premières notes de livret pour le label spécialisé Music Box Records. Il devient par ailleurs cette même année membre de l'International Film Music Critics Association (IFMCA). La passion plus que jamais vivace, l'aventure continue aujourd'hui...
Florent Groult