Musique Fantastique II : Book One (Randall D. Larson)

L'auteur revisite entièrement son ouvrage de référence

Livres • Publié le 28/11/2012 par

Randall Larson : Musique Fantastique (Book One)MUSIQUE FANTASTIQUE II : BOOK ONE (2012)
Auteur : Randall D. Larson
Langue : Anglais
Format : Broché | 734 pages
Éditeur : Creature Features

 

4.5 Stars

Un Frankenstein en queue de pie, baguette à la main, réclamant d’un sourire béat l’attention de l’orchestre au moment d’entamer quelque symphonie monstre… L’engageante illustration de couverture (signée Bill Nelson) est d’emblée la meilleure ambassadrice d’un ouvrage qui, à chaque chapitre, à chaque sujet, à chaque compositeur évoqué, respire l’érudition et l’exigence mais aussi et surtout le plaisir et la passion. Le nom de Randall D. Larson est, consciemment ou non, connu de tous ceux qui ont fait de la défense et de la promotion de la musique de film un quasi sacerdoce quotidiennement entretenu. Les plus anciens aux Etats-Unis se souviennent peut-être qu’il fut l’éditeur de la revue CinemaScore : The Film Music Journal entre 1981 et 1987, lui qui débuta dans le fanzinat dès le début des années 70 (Fandom Unlimited, CineFan, Threshold Of Fantasy). Pour nous autres de ce côté de l’Atlantique, ses précieuses contributions au défunt magazine belge Soundtrack! The Collector’s Quarterly sont encore dans toutes les mémoires, non sans une certaine nostalgie, tandis qu’aujourd’hui, outre plus d’une centaine de notes de livrets disséminées au sein des disques de plusieurs éditeurs spécialisés, ses chroniques régulières pour le site BuySoundtrax peuvent être suivies par les passionnés du monde entier.

 

Cinéphile assidu, féru de littérature fantastique et des œuvres de H.P. Lovecraft et de Robert Bloch en particulier, il signe en 1985 Musique Fantastique : A Survey Of Film Music In The Fantastic Cinema qui, des années durant, restera un ouvrage de référence. Mais une fois publiée, toute rétrospective de cette sorte est figée dans son temps, et il n’aura échappé à personne qu’en près de vingt-cinq ans les genres fantastique, fantasy et science-fiction ont littéralement explosé, touchant sans cesse un public de plus en plus vaste. Ajoutons à cela que la révolution numérique, l’essor d’internet et la vitalité incroyable qu’ont connu l’édition et la restauration des bandes originales ces dernières années ont permis de rendre accessibles de nombreuses archives autrefois introuvables. De son côté, Randall D. Larson affûte donc ses connaissances, publie plusieurs autres ouvrages (dont notamment Music From The House Of Hammer en 1996), multiplie les rencontres, accumule les entretiens, au point de songer un beau jour qu’il serait grand temps pour lui de revisiter son travail initial.

 

Mais en fait de simple mise à jour, c’est d’une totale refonte dont il s’agit ici. N’y allons pas par quatre chemins : pour le passionné averti comme pour le néophyte, ce nouvel ouvrage, intitulé Musique Fantastique : 100 Years Of Fantasy, Science Fiction & Horror Film Music, est une mine d’or où chaque page est incrustée de précieuses informations. Il suffit de le feuilleter pour être irrésistiblement attiré par un titre ou une vignette, et dévorer aussi sec le texte qui s’y rattache. L’objectif est simple : mettre en lumière de la manière la plus accessible possible les enjeux et la fonction de la musique au sein de chaque film considéré. Se côtoient ainsi joyeusement les partitions les plus emblématiques et les contributions les plus confidentielles, traitées de manière plus ou moins détaillée, bien sûr, mais avec la même inspiration enthousiaste, l’auteur refusant tout réel jugement de valeur, une position qui en agacera peut-être certains mais que Larson assume totalement.

 

Les monstres des studios Universal

 

Plus que tout, l’aspect le plus saisissant réside peut-être dans le fait que l’ouvrage donne à lire une véritable histoire de la musique de film. Même si le panorama est fatalement incomplet, puisqu’il est dressé au travers d’un prisme cinématographique donné, il est proprement fascinant de constater que, du muet à nos jours, le genre fantastique, plus que n’importe quel autre, a offert à la plupart des compositeurs la matière idéale pour faire substantiellement progresser l’Art de la musique appliquée à l’image. «Selon moi» écrit Larson, «la musique dans les cinémas de fantasy, de science-fiction et d’horreur offre vraiment des éléments uniques, stimulant la créativité et l’imagination, quelque chose qu’on ne trouve pas toujours chez d’autres types de musique, ou au moins pas de manière aussi poussée.» Voilà qui n’est en soi pas une surprise, mais il n’est jamais inutile d’en réunir les preuves, surtout lorsque cela est fait avec autant de sérieux et de méticulosité.

 

En tout, Musique Fantastique deuxième du nom comptera près de 1700 pages réparties en quatre volumes. Le premier d’entre eux, disponible à la vente depuis septembre dernier chez l’éditeur californien Creature Features, couvre pour l’essentiel la période 1900-1959, depuis les pionniers du muet (Giuseppe Becce, Hans Erdmann, Gottfried Huppertz) jusqu’aux compositeurs des productions de science-fiction des années 50 marquées du sceau de la Guerre Froide en passant bien sûr par les partitions des célèbres films d’aventure fantastique de la RKO et de monstres de la Universal. En plus de chapitres spécifiquement consacrés à Miklos Rozsa, Roy Webb et Dimitri Tiomkin, Randall D. Larson met ainsi en lumière le travail de compositeurs aussi différents que Max Steiner, Leith Stevens, Franz Waxman, Werner Heymann, Clifford Vaughn, Ferde Grofe, Ernest Toch, Herman Stein, Frank Skinner, Hans J. Salter, William Axt, Harry Sukman, Gerald Fried, Paul Sawtell, William Lava ou encore Carmen Dragon, pour ne citer que quelques noms. En sus de cette chronologie essentiellement tournée vers le cinéma américain, on découvrira une section entière dédiée aux kaij? eiga japonais (et abordant donc les contributions d’Akira Ifukube, Fumio Hayasaka, Masaru Sato, Ikuma Dan…) et la première partie d’un dossier traitant des partitions pour la télévision où l’on croise pêle-mêle les noms de Jerry Goldsmith, Dominic Frontiere, Fred Steiner, Barry Gray, Vic Mizzy, Ron Grainer, Nelson Riddle et bien d’autres. «J’ai découvert, comme vous le ferez aussi, qu’en lisant le livre de Randall, je pouvais apprendre quelque chose de pratiquement tout les compositeurs mentionnés» explique avec justesse Christopher Young dans son introduction exaltée.

 

Devant un contenu aussi alléchant, il nous tarde désormais de voir publiés les trois prochains volumes : on y parlera de l’Hollywood des années 60, de Bernard Herrmann, de Les Baxter, des cinémas fantastiques européen, mexicain, philippin, du cinéma d’animation (livre II), du symphonisme et de la musique électronique des années 70 et 80, de Jerry Goldsmith, de John Williams, des cinémas de l’Inde et du Pakistan, de la télévision (livre III) et enfin des nouvelles tendances esthétiques des années 90 et 2000 (livre IV). La conclusion s’impose d’elle-même : Musique Fantastique : 100 Years Of Fantasy, Science Fiction & Horror Film Music se présente à l’évidence comme une célébration de la musique au cinéma et à la télévision. De la part de Randall D. Larson, voilà qui équivaut à une vraie déclaration d’amour. Indispensable.

 

Pour plus d’informations : Musique Fantastique II

 

Randall D. Larson

 

Frankenstein in tails, baton in hand, asking with a blissful smile for the attention of the orchestra before starting some monstrous symphony… The captivating cover illustration (by Bill Nelson) is at once the best ambassador for a book which inhales scholarship and meticulousness in every chapter, in every subject, in every quoted composer, and which is, more importantly, a real labor of love. Consciously or not, Randall D. Larson’s name is known by all those who made a point to defend and promote film music. In the United States, some may remember that he was the editor of CinemaScore : The Film Music Journal between 1981 and 1987, and that he started his writing career at the beginning the 70s (Fandom Unlimited, CineFan, Threshold of Fantasy). For us overseas, his priceless contributions to the late Belgian magazine Soundtrack! The Collector’s Quarterly are still remembered, not without nostalgia, whereas today, besides more than a hundred liner notes spread within many labels, his regular column for BuySoundtrax are followed by film music enthusiasts from all around the world.

 

Diligent film buff, keen on fantastic literature and especially H.P. Lovecraft’s and Robert Bloch’s works, he wrote in 1985 Musique Fantastique: A Survey Of Film Music In The Fantastic Cinema that remained for many years a comprehensive reference cinema book. But once its published, any retrospective of this kind is rooted in its time, and for the next twenty five years, horror, fantasy and sci-fi genres literally exploded, gathering more and more people. Furthermore, the digital revolution, the rise of the internet and the incredible vitality of the labels dedicated to soundtracks allowed access to numerous archives formerly impossible to obtain. During that period, Randall D. Larson increased his knowledge, published several other books (including Music From The House Of Hammer in 1996), gathered interviews, until considering one day that it finally could be the time for him to revisit his initial work.

 

But more than a simple update, what we have here is a complete revision. For both the informed enthusiast or the novice, this new work entitled Musique Fantastique : 100 Years Of Fantasy, Science Fiction & Horror Film Music is a gold mine where every page is inlayed with invaluable information. In fact, you just have to leaf through it to be irresistibly attracted by a title or a picture, and immediately devour the text connected to it. The main purpose is quite simple: to bring out the stakes and function of music within every considered movie in the best accessible way. There, you will find the bigger scores and the most confidential contributions all mixed together, considered in a way more or less detailed, of course, but with the same enthusiastic inspiration, the author avoiding any value judgments, a position which can maybe annoy some people but that Larson fully supports.

 

Dracula

 

More than anything, the most gripping aspect is maybe the fact that this book brings out the real history of film music. Of course, the picture is inevitably incomplete because it is drawn up through a specific genre prism, but it is clearly fascinating to notice that, from the Silents until today, and more than any other genre, horror and sci-fi movies offered to many composers the ideal material to make substantial progress in the Art of film music. « It’s my feeling » writes Larson, « that music in fantasy, science fiction, and horror films does indeed provoke elements of uniqueness, creativity, and imagination that are not always found in other types of music, or at least not as profoundly. » It is not for us a real surprise, but it is always useful to see it proven, especially when it is made with such seriousness and meticulousness.

 

This news Musique Fantastique will total 1700 pages distributed in four volumes. The first one, available on sale since last September from the Californian publisher Creature Features, covers the period 1900-1959, from pioneers of the silent days (Giuseppe Becce, Hans Erdmann, Gottfried Huppertz) to composers of sci-fi productions of the 50s influenced by the Cold War, and including of course scores from RKO’s fantastic adventures and Universal’s monster movies. Besides chapters specifically dedicated to Miklos Rozsa, Roy Webb and Dimitri Tiomkin, Randall D. Larson brings out the works of composers as different as Max Steiner, Leith Stevens, Franz Waxman, Werner Heymann, Clifford Vaughn, Ferde Grofe, Ernest Toch, Herman Stein, Frank Skinner, Hans J. Salter, William Axt, Harry Sukman, Gerald Fried, Paul Sawtell, William Lava or Carmen Dragon, to name a few. In addition to this chronology essentially turned towards United States, we’ll discover a whole section dedicated to the Japanese kaiju eiga (and the contributions of Akira Ifukube, Fumio Hayasaka, Masaru Sato, Ikuma Dan…) and the first part of a thematic section dealing with scores for TV series where we find the names of Jerry Goldsmith, Dominic Frontiere, Fred Steiner, Barry Gray, Vic Mizzy, Ron Grainer, Nelson Riddle and many more. « I found, as you will too, by reading Randall’s book, that you can learn something from virtually everyone mentioned » explains rightly Christopher Young in his impassioned foreword.

 

Considering such a great content, we’re now thrilled to wait for the next three volumes: they will deal with the Hollywood of the 60s, Bernard Herrmann, Les Baxter, the European, Mexican and Philippine horror movies, animated movies (book II), symphonic and electronic music of the 70s and 80s, Jerry Goldsmith, John Williams, movies from India and Pakistan, TV (book III) and finally new aesthetic trends of the 90s and 2000s (book IV). The conclusion is obvious: Musique Fantastique : 100 Years Of Fantasy, Science Fiction & Horror Film Music is a celebration of film music. From Randall D. Larson, it seems to be a real declaration of love. This book is a true must-have.

 

For more information: Musique Fantastique II

 

The Wolf Man

Florent Groult

Florent Groult

Rédacteur en chef adjoint
Né en 1974, originaire de Normandie, Florent Groult grandit au contact de la musique classique et, par trois coups de baguette (le King Kong de 1933, Forbidden Planet et Jaws) assénées au travers d'un écran TV, est touché assez tôt par la magie du cinéma. Il était sans doute inévitable que les deux finissent un jour ou l'autre par se conjuguer en une seule et même passion. Ce sera chose faite en 1993, à l'occasion de la sortie française du Dracula de Francis Ford Coppola. Fasciné dès lors par l’interaction entre musique et image qui lui révèle des horizons infinis de découvertes, il rejoint d'abord les membres de l’association caennaise CinéScores, contribuant modestement à leur fanzine et leur émission de radio sur une antenne locale (1994-1999), avant de participer à la création de l'association Colonne Sonore / L'Ecran Musical (1999-2002). En 2008, il co-fonde avec Olivier Desbrosses- UnderScores : le Magazine de la Musique de Film pour lequel il occupe depuis le poste de rédacteur en chef adjoint. En 2011, il contribue à l'ouvrage collectif intitulé John Williams : Un Alchimiste Musical (Editions L'Harmattan) et signe ses premières notes de livret pour le label spécialisé Music Box Records. Il devient par ailleurs cette même année membre de l'International Film Music Critics Association (IFMCA). La passion plus que jamais vivace, l'aventure continue aujourd'hui...
Florent Groult