Enola Gay (Maurice Jarre)

Jarre en pilote automatique

Disques • Publié le 12/04/2019 par

Enola GayENOLA GAY: THE MEN, THE MISSION, THE ATOMIC BOMB (1980)
ENOLA GAY
Compositeur :
Maurice Jarre
Durée : 28:31 | 15 pistes
Éditeur : Varèse Sarabande

 

2.5 Stars

 

Quoi de plus explicite que le titre de ce téléfilm pour lequel Maurice Jarre retrouvait, en 1980, le contexte de la Seconde Guerre Mondiale, versant Pacifique cette fois. Si cette partition est loin de parvenir à se hisser au niveau de ses plus illustres aînées (que l’on songe seulement à Night Of The Generals / La Nuit des Généraux ou Paris Brûle-t-il ?), l’un des partis pris exposés a au moins le mérite d’interpeler l’auditeur. Certes l’ensemble répond assez bien à l’idée que l’on se fait d’une musique pour un tel sujet : caisses claires militaires en appui, trompettes solennelles résonnant comme un appel aux morts, accords sombres et menaçants à souhait pour évoquer la bombe. Point d’effets outrageusement patriotiques toutefois, et l’on retiendra d’ailleurs ici volontiers la progression musicale dramatisante développée pour illustrer le vol fatidique du tristement célèbre bombardier, et le sentiment d’inexorabilité qui s’en dégage.

 

L’essentiel est pourtant ailleurs. Car passées les inévitables marches galvanisantes, au demeurant plutôt réussies, dans le style qu’on lui connaît, Maurice Jarre s’applique surtout à traiter avec une sensibilité équivalente, et beaucoup de délicatesse, les scènes intimistes américaines et japonaises, unissant ainsi les deux parties au sein du même drame. C’est peu pour tirer la partition toute entière de l’anonymat dans une filmographie aussi étoffée, mais cela veut déjà dire beaucoup…

 

Enola Gay

Florent Groult

Florent Groult

Rédacteur en chef adjoint
Né en 1974, originaire de Normandie, Florent Groult grandit au contact de la musique classique et, par trois coups de baguette (le King Kong de 1933, Forbidden Planet et Jaws) assénées au travers d'un écran TV, est touché assez tôt par la magie du cinéma. Il était sans doute inévitable que les deux finissent un jour ou l'autre par se conjuguer en une seule et même passion. Ce sera chose faite en 1993, à l'occasion de la sortie française du Dracula de Francis Ford Coppola. Fasciné dès lors par l’interaction entre musique et image qui lui révèle des horizons infinis de découvertes, il rejoint d'abord les membres de l’association caennaise CinéScores, contribuant modestement à leur fanzine et leur émission de radio sur une antenne locale (1994-1999), avant de participer à la création de l'association Colonne Sonore / L'Ecran Musical (1999-2002). En 2008, il co-fonde avec Olivier Desbrosses- UnderScores : le Magazine de la Musique de Film pour lequel il occupe depuis le poste de rédacteur en chef adjoint. En 2011, il contribue à l'ouvrage collectif intitulé John Williams : Un Alchimiste Musical (Editions L'Harmattan) et signe ses premières notes de livret pour le label spécialisé Music Box Records. Il devient par ailleurs cette même année membre de l'International Film Music Critics Association (IFMCA). La passion plus que jamais vivace, l'aventure continue aujourd'hui...
Florent Groult