Captain Power And The Soldiers Of The Future (Gary Guttman)

Sus à l’empire Biotron !

Disques • Publié le 02/09/2013 par

Captain Power And The Soldiers Of The FutureCAPTAIN POWER AND THE SOLDIERS OF THE FUTURE (1987)
CAPTAIN POWER ET LES SOLDATS DU FUTUR
Compositeur :
Gary Guttman
Durée : 41:08 | 40 pistes
Éditeur : Goddard Film Group

 

3.5 Stars

L’an 2147. La Terre a été ravagée par la guerre. Le maléfique Lord Dread règne en maître, ses robots traquant les survivants humains. Leur unique espoir est incarné par le capitaine Jonathan Power et ses combattants… Destinée aux enfants, la série Captain Power And The Soldiers Of The Future a été conçue et produite par Gary Goddard (l’attraction T2 3-D) et co-écrite par Michael J. Straczynski (Babylon 5), surfant sur la vague des succès de Star Wars, Battlestar Galactica, Aliens et Terminator. Mais les ventes décevantes des jouets Mattel ont précipité sa fin, au bout de 22 épisodes.

 

Gary Guttman avait déjà travaillé avec Goddard peu de temps avant, en préparant la musique temporaire de Masters Of The Universe. Bien qu’ayant une solide formation classique, il n’avait pas réellement d’expérience dans l’écriture de musique pour l’image. Dirigeant l’orchestre, John Debney l’a épaulé pour constituer le stock de munitions musicales de Captain Power. Comme souvent à l’époque, la musique a été composée et enregistrée avant que la production ne batte son plein. Le compositeur piochait ensuite dans cette « librairie », adaptant par montage les séquences musicales aux images. Une méthode reflétée par la présentation du disque, avec beaucoup de pistes très courtes nommées de façon utilitaire.

 

L’album s’ouvre sur le générique avec narration et bruitages. Difficile de distinguer la musique, mais la fanfare de Captain Power se trouve une place. Héroïque et propulsive, elle se divise en deux parties mélodiques. L’une de quatre notes d’abord, très maniable, et une fanfare victorieuse de trois notes, le tout soutenu par un rythme martial accrocheur. Ces éléments serviront ensuite à créer les différents motifs et thèmes de la partition. Les réjouissances commencent dès la seconde piste avec le thème d’action Get Ready, qui sera réarrangé plusieurs fois par la suite. Choix heureux car c’est l’un des plus excitants : mené par ses percussions, diablement efficace pour faire monter la tension, les différents régiments de cuivres guerriers semblant se disputer la victoire musicale.

 

Captain Power And The Soldiers Of The Future

 

Suit l’une des plus surprenantes pistes de l’album : le Love Theme est tour à tour enchanteur, passionné, poignant pour finalement s’apaiser. Sa poésie romantique rappelle certains travaux de James Horner. C’est pourtant sa partition pour Aliens qui a servi de modèle pour l’esthétique générale, particulièrement notable dans l’excellent Air Battle, qui reprend les orchestrations martiales du film de James Cameron. Caisses claires, martèlement de piano et grondements de cuivres, c’est plus flagrant encore dans Sneaking Around.

 

L’écriture devient plus chaotique et violente dans Pursued, qui n’est pas sans rappeler les charges orchestrales de Mad Max 2 de Brian May. Les méchants ont aussi droit à leur lugubre motif de quatre notes descendantes (Castle Volcania), simple et efficace. De l’aveu de Guttman dans le livret, le tonitruant Big Battle est modelé sur Asteroid Field de John Williams (The Empire Strikes Back). On comprend vite pourquoi Guttman le compte parmi les morceaux de Captain Power qu’il trouve les plus réussis. Malgré l’ombre de ces illustres modèles, le compositeur ne désarme pas et blinde sa partition de ses thèmes conquérants, s’adonnant à des variations tonitruantes (Triumphant Battle) et dramatiques (Sad Heroic). Avec une telle énergie déployée, Guttman semble vouloir rallier les auditeurs pour prendre part à l’aventure de Jonathan Power.

 

Le programme symphonique très bien pensé laisse place à quelques minutes synthétiques, plus atmosphériques et oppressantes. Sur ce terrain-là, ce sont les efforts de Charles Bernstein ou Brad Fiedel qui seront repérés. L’album s’achève sur une stratégique relecture du thème principal réalisée en 2012, Gary Guttman s’armant des techniques musicales qui dominent aujourd’hui l’action hollywoodienne. La mélodie du thème ne collant pas, elle, aux canons actuels, la passe d’arme qui en résulte est assez intéressante.

 

Captain Power And The Soldiers Of The Future

Milio Latimier

Milio Latimier

Rédacteur
Enfant dans les années 1980, l'infection se manifeste par le fredonnement incessant de musiques de films en jouant avec ses G.I.Joe. Plus tard, les symptômes s'aggravent avec le magnétophone collé à la télévision pour enregistrer des béos et les écouter le soir en cachette. Le diagnostic est définitif en 1991 avec prescription à Noël de disques Spielberg/Williams et Star Wars. Se shoote toujours principalement au cocktail « Poledouris, Silvestri, Kamen, Elfman » entre deux cures de Williams ou Goldsmith. Dernières rechutes dues à des excès de Beltrami et de Giacchino.
Milio Latimier