Warhammer 40,000: Space Marine (Velasco & Dikiciyan)

Adeptus Astartes Symphoniae

Disques • Publié le 02/11/2011 par

WARHAMMER 40,000: SPACE MARINE (2011)
WARHAMMER 40,000: SPACE MARINE
Compositeurs :
Cris Velasco & Sasha Dikiciyan
Durée : 51:07 | 19 pistes
Éditeur : Sumthing Else Music Works

 

3.5 Stars

Cris Velasco et Sascha Dikiciyan sont aujourd’hui des vétérans de la musique de jeu vidéo. Velasco est surtout connu pour ses travaux cuivrés et percussifs (la série God Of War, Darksiders ou encore Clive Barker’s Jericho), Dikiciyan est lui plus tourné vers la musique électronique et industrielle (Quake II et III et Tron: Evolution). Les deux hommes ont l’habitude de travailler ensemble, notamment sur Borderlands ou G.I. Joe: The Rise Of Cobra. Leur musique est généralement produite par Sonic Mayhem, le studio de Dikiciyan, c’est d’ailleurs le cas de Warhammer 40,000: Space Marine, la plus ambitieuse partition de Velasco et Dikiciyan, selon les propres mots des compositeurs.

 

Cette nouvelle aventure vidéoludique dans l’univers créé par la compagnie de jeux de plateau Games Workshop bénéficie d’un avantage certain : l’interprétation par un véritable orchestre, qui manquait cruellement dans la série Dawn Of War. Seconde qualité, les deux compositeurs ont pris à cœur de profiter de l’orientation prise par les développeurs pour donner une dimension dramatique et narrative au score. Le thème principal, introduit dès le Prologue puis brièvement mais avec force dans Titus’ Theme, est donc très dramatique et bien identifiable. L’on remarque d’ailleurs qu’il est construit de manière similaire au thème de Danny Elfman pour Terminator Salvation, dont la référence est flagrante dans Titus’ Theme, The Weirdboy ou Heart Of Darkness. Ce thème s’avère, comme son modèle, idéal en terrains guerriers comme en envolées élégiaques, la foi en l’Empereur des Humains étant un élément majeur de l’univers du jeu. Décliné de multiples façons sur l’album, il renforce la cohésion de l’ensemble et surtout, lui fournit un appui dramatique solide. Des motifs guerriers vont faire leur apparition tout au long de l’album, s’imbriquant très souvent dans le thème principal (déjà dans Titus’ Theme puis dans Prelude To War). L’abondance thématique permet de dépasser le temp track peu discret qui ne manquera pas d’interpeler les auditeurs les plus attentifs.

 

Warhammer 40.000: Space Marine

 

Si l’ombre du studio Remote Control (Transformers entre autres) plane inévitablement, certains se réjouiront de saisir des influences de la prélogie Star Wars (Valkyrie Run), ou, d’une manière encore plus proéminente, l’influence de Jerry Goldsmith. En effet, son travail sur The Edge sert ici pour les meilleures variations aux cuivres du thème de Space Marine (Battlements et Reunion With Mira). L’orchestration se concentre sur les pupitres des cuivres et des cordes (notablement travaillés pour le thème principal), doublés de percussions massives, à la fois électroniques et acoustiques (The Weirdboy), ce côté guerrier étant efficacement équilibré avec des sonorités synthétiques spectrales. C’est un choix de timbre d’importance dans le décor musical de Space Marine. En plus de fournir une couleur originale, ces sonorités éthérées assument souvent leur part dans les apparitions du thème principal, par exemple dans Whispers Of The Dead. Le choix esthétique de l’ensemble pourra rappeler le travail d’Edward Shearmur sur Reign Of Fire (Le Reigne du Feu).

 

L’album est agréablement construit : une partie introductive laisse place à deux chapitres guerriers, l’un très orchestral, le second plus sauvage et percussif, séparés par des pistes plus calmes, le thème principal n’étant jamais laissé de côté. A Hero’s Legacy fournit un final très satisfaisant, faisant office de conclusion dramatique et de générique de fin, avec la reprise d’éléments déjà entendus plus tôt. L’on apprécie les larges moyens dont ont bénéficié Velasco et Dikiciyan, mais en découvrant de cet album conçu pour un plaisir d’écoute maximum, c’est avant tout la sensation d’entendre une histoire racontée en musique qui séduit. Et si le duo n’atteint pas les qualités narratives et la sophistication de Michael Giacchino, Christopher Lennertz ou Chris Tilton, il tente manifestement de s’en approcher, pour notre plus grand plaisir.

 

Warhammer 40.000: Space Marine

Milio Latimier

Milio Latimier

Rédacteur
Enfant dans les années 1980, l'infection se manifeste par le fredonnement incessant de musiques de films en jouant avec ses G.I.Joe. Plus tard, les symptômes s'aggravent avec le magnétophone collé à la télévision pour enregistrer des béos et les écouter le soir en cachette. Le diagnostic est définitif en 1991 avec prescription à Noël de disques Spielberg/Williams et Star Wars. Se shoote toujours principalement au cocktail « Poledouris, Silvestri, Kamen, Elfman » entre deux cures de Williams ou Goldsmith. Dernières rechutes dues à des excès de Beltrami et de Giacchino.
Milio Latimier