Disparition du compositeur Krzysztof Penderecki

Bref hommage à l'une des figures musicales les plus emblématiques du XXème Siècle

News • Publié le 29/03/2020 par

Krzysztof PendereckiIl restera l’une des plus essentielles et influentes figures de la musique du XXème siècle : l’immense compositeur polonais Krzysztof Penderecki est mort, ce dimanche 29 mars 2020, à Cracovie, à l’âge de 86 ans. Né à Debica le 23 novembre 1933, il est notamment l’auteur de quatre opéras, de huit symphonies, d’une douzaine de concertos, de nombreuses pages orchestrales (dont le fameux et saisissant Thrène à la Mémoire des Victimes d’Hiroshima) ainsi que de diverses œuvres sacrées, et parmi celles-ci une Passion Selon Saint Luc et le Requiem Polonais. Malgré le fait qu’il touche brièvement au cinéma au début de sa carrière, auprès de réalisateurs tels que le polonais Wojciech Has pour Rekopis Znaleziony w Saragossie (Le Manuscrit Trouvé à Saragosse) ou le français Alain Resnais pour Je t’aime, je t’aime, Krzysztof Penderecki ne s’attarde pas sur le média : « J’ai décidé que (le cinéma) était très dangereux pour un compositeur dit “sérieux” » confiait-il en 2010 au chroniqueur Kevin Filipski, « parce que s’il était très aisé d’y gagner beaucoup d’argent, revenir à la composition de musique “sérieuse” ensuite aurait été plus difficile. »

 

Pourtant, son nom est aujourd’hui indissociable d’importantes bandes originales : de fait, lorsque dans les années qui suivent des réalisateurs lui demandent de recourir à quelques-unes de ses œuvres pour l’un de leurs films, il accepte le plus souvent bien volontiers. C’est ainsi qu’il permet tout au long de sa carrière à des artistes tels que Stanley Kubrick, William Friedkin, David Lynch ou plus récemment Alfonso Cuarón, Martin Scorsese et Andrzej Wajda de piocher dans son répertoire : l’impact de ses musiques sur les spectateurs, au sein de long métrages tels que The Exorcist (L’Exorciste), The Shining (Shining), Children Of Men (Les Fils de l’Homme) ou Shutter Island, se révèle décisif et lui assure une certaine notoriété auprès du grand public partout dans le monde. « Il est vrai que beaucoup de gens ne connaissent mon nom que par les musiques qu’ils ont entendues dans des films. Quand Kubrick m’a appelé à propos de Shining, c’était très étrange : il m’a d’abord demandé d’écrire une musique originale, mais je lui ai plutôt donné des suggestions concernant certaines de mes pièces. Je lui ai parlé du Rêve de Jacob qu’il a utilisé. (La pièce) a été écrite en tant qu’œuvre sacrée, il est donc effrayant de constater à quel point elle fonctionne bien avec l’image pour des séquences particulièrement sinistres. Ma musique est plutôt abstraite, et sonne peut-être même de manière étrange pour certaines personnes, c’est sans doute pourquoi elle a été utilisée dans tant de films d’horreur et de thrillers. » Adieu, Maestro.

Florent Groult

Florent Groult

Rédacteur en chef adjoint
Né en 1974, originaire de Normandie, Florent Groult grandit au contact de la musique classique et, par trois coups de baguette (le King Kong de 1933, Forbidden Planet et Jaws) assénées au travers d'un écran TV, est touché assez tôt par la magie du cinéma. Il était sans doute inévitable que les deux finissent un jour ou l'autre par se conjuguer en une seule et même passion. Ce sera chose faite en 1993, à l'occasion de la sortie française du Dracula de Francis Ford Coppola. Fasciné dès lors par l’interaction entre musique et image qui lui révèle des horizons infinis de découvertes, il rejoint d'abord les membres de l’association caennaise CinéScores, contribuant modestement à leur fanzine et leur émission de radio sur une antenne locale (1994-1999), avant de participer à la création de l'association Colonne Sonore / L'Ecran Musical (1999-2002). En 2008, il co-fonde avec Olivier Desbrosses- UnderScores : le Magazine de la Musique de Film pour lequel il occupe depuis le poste de rédacteur en chef adjoint. En 2011, il contribue à l'ouvrage collectif intitulé John Williams : Un Alchimiste Musical (Editions L'Harmattan) et signe ses premières notes de livret pour le label spécialisé Music Box Records. Il devient par ailleurs cette même année membre de l'International Film Music Critics Association (IFMCA). La passion plus que jamais vivace, l'aventure continue aujourd'hui...
Florent Groult