La Philharmonie de Paris voit Charlie Chaplin en grand

Exposition, ciné-concerts, ateliers : nombreux rendez-vous chaplinesques en octobre prochain

News • Publié le 22/03/2019 par
Modern TimesLa Philharmonie de Paris va rendre un hommage appuyé au génial Charlie Chaplin pendant la saison 2019-2020. Au coeur du dispositif, entre le 11 octobre et le 26 janvier, se tiendra une vaste exposition dont le contenu audiovisuel proposera de faire découvrir ou redécouvrir sa filmographie sous l’angle de la musique, du rythme et de la danse. Intitulée Charlie Chaplin : l’homme-orchestre, elle promet d’ores et déjà un éclairage inédit sur son œuvre au travers de nombreux procédés interactifs, photos originales et documents rares. Mais bien entendu, outre des ateliers, promenades musicales et conférences, dont une animée par Serge Bromberg sur le thème Charlot face à son univers sonore (mercredi 9 octobre, 19h00), c’est une belle série de concerts successifs qui accompagneront le vernissage de l’exposition.
 
En apéritif, les 9 et 10 octobre (20h30), Frank Strobel dirigera d’abord l’Orchestre de Paris pour une sélection d’extraits de films accompagnés de musiques signées Brahms, Wagner et bien sûr Chaplin. Le 11 octobre (20h30), Johannes Kalitzke et l’Ensemble Modern interpréteront le spectacle Chaplin Operas créé en 1989 et constitué des films de 1917 Easy Street (Charlot Policeman), The Immigrant (L’Émigrant) et The Adventurer (Charlot s’évade) projetés sur une musique moderne composée par le britannique Benedict Mason. Ensuite, les samedi 12 (11h00 et 15h00) et dimanche 13 octobre (15h00), c’est en famille que les spectateurs pourront venir apprécier le premier et le troisième de ces mêmes courts métrages, cette fois accompagnés en direct et a capella par l’ensemble Les Voix Animées sur une sélection mêlant dans la bonne humeur des musiques de Bach, Verdi, les Frères Jacques et Chaplin. Les enfants seront également à la fête lors d’un ciné-concert participatif, Charlot Bruiteur (le 13, 11h00), qui permettra à Mélanie Levy-Thiébaut et l’Orchestre Manifesto de les replonger dans l’ambiance d’une projection à l’époque du muet à partir d’extraits de symphonies de Haydn et Mozart et de bruitages créés en direct par quatre spécialistes en accompagnement des courts métrages A Night In The Show (Charlot au Music-Hall) et The Pawnshop (Charlot Brocanteur ou Charlot Usurier). Plus pointu, le samedi 12 (17h00), l’Orchestre du Conservatoire de Paris dirigé par Patrick Davin interprétera Charlot Cubiste, un programme éclectique où, en particulier, le septuor n°2 de Hanns Eisler retrouvera son inspiration originale sous la forme d »extraits du film The Circus (Le Cirque) et où la Cinéma-Fantaisie de Darius Milhaud (d’après son Bœuf sur le Toit) rejoindra les images de The Count (Charlot et le Comte), le tout aux côtés du Ballet Mécanique de George Antheil, Ionisation d’Edgar Varèse, Un Américain à Paris de George Gershwin et Musique d’Accompagnement pour une Scène de Film d’Arnold Schönberg.
 
C’est enfin au compositeur, arrangeur, chef d’orchestre et spécialiste du muet Timothy Brock qu’a été confiée l’artillerie lourde avec, en point d’orgue de la manifestation, deux grands ciné-concert de première importance qui le verront à la tête de l’Orchestre de chambre de Paris : le premier (samedi 12 octobre, 20h30) pour la musique que Chaplin conçut pour la ressortie en 1976 de son drame A Woman Of Paris (L’Opinion publique) en remplacement de celle originellement écrite par Louis F. Gottschalk, le second (dimanche 13 octobre, 16h30) pour celle, truculente, du fameux Modern Times (Les Temps Modernes), deux partitions que Brock a entièrement reconstruites il y a plusieurs années.
 
 
Florent Groult

Florent Groult

Rédacteur en chef adjoint
Né en 1974, originaire de Normandie, Florent Groult grandit au contact de la musique classique et, par trois coups de baguette (le King Kong de 1933, Forbidden Planet et Jaws) assénées au travers d'un écran TV, est touché assez tôt par la magie du cinéma. Il était sans doute inévitable que les deux finissent un jour ou l'autre par se conjuguer en une seule et même passion. Ce sera chose faite en 1993, à l'occasion de la sortie française du Dracula de Francis Ford Coppola. Fasciné dès lors par l’interaction entre musique et image qui lui révèle des horizons infinis de découvertes, il rejoint d'abord les membres de l’association caennaise CinéScores, contribuant modestement à leur fanzine et leur émission de radio sur une antenne locale (1994-1999), avant de participer à la création de l'association Colonne Sonore / L'Ecran Musical (1999-2002). En 2008, il co-fonde avec Olivier Desbrosses- UnderScores : le Magazine de la Musique de Film pour lequel il occupe depuis le poste de rédacteur en chef adjoint. En 2011, il contribue à l'ouvrage collectif intitulé John Williams : Un Alchimiste Musical (Editions L'Harmattan) et signe ses premières notes de livret pour le label spécialisé Music Box Records. Il devient par ailleurs cette même année membre de l'International Film Music Critics Association (IFMCA). La passion plus que jamais vivace, l'aventure continue aujourd'hui...
Florent Groult