Achats Blu-ray

Discussions autour de l'univers de la vidéo et du home cinéma
Avatar de l’utilisateur
Krull
Inside Man
Messages : 3794
Inscription : ven. 12 sept. 2008 09:09
Localisation : Savignies (Oise)
Contact :

Re: Achats Blu-ray

Message non lu par Krull »

Alors j’ai regardé la chronique des Années Laser: le 4K + HDR révèlent « des détails insoupçonnés » (c’est vrai qu’il restait quelques infimes pétouilles de péloche sur le BD).
Comme dit Dadid, ce n’est pas vraiment en terme de définition que tu vas y gagner mais peut-être dans la gestion des contrastes :?:
Et la VO est super dans son nouveau format sonore DTS-X machin. Voilà :!: :)
Avatar de l’utilisateur
Sam Lowry
Medicine Man
Messages : 5988
Inscription : sam. 13 sept. 2008 08:40
Localisation : Angers City

Re: Achats Blu-ray

Message non lu par Sam Lowry »

Merci Dadid et Krull pour ces précisions.
Je suis d'accord sur la définition qui ne devrait pas être supérieur à celle du Blu Ray. Malgré que la colorimétrie du film soit beaucoup axée sur les teintes sombres et les contrastes entre le blanc et le bleu nuit, un scan de bonne tenue 4K en HDR devrait quand même être assez appréciable (surtout que j'adore ce film), et plus encore s'il y a eu un petit nettoyage de printemps.
J'avoue que le podcast récent sur Carpenter m'a fait ressortir le film et même si le blu ray se défend bien sur un écran 4k, il y a quand même un petit problème de contrastes et de micro cacas ça et là...
Un accusé est cuit quand son avocat n'est pas cru. (Pierre DAC)
Rork
Little Big Man
Messages : 776
Inscription : dim. 20 janv. 2013 15:01

Re: Achats Blu-ray

Message non lu par Rork »

Le dernier blu-ray que j'ai acheté c'est un docu à propos d'un vieux monsieur chez lui qui raconte sa jeunesse en agitant les bras. Même que ça s'appelle Ennio.
Avatar de l’utilisateur
Lee Van Cleef
Inside Man
Messages : 11446
Inscription : ven. 28 nov. 2008 19:31

Re: Achats Blu-ray

Message non lu par Lee Van Cleef »

Jeanne Dielman, 23 Quai du Commerce, 1080 Bruxelles : aussi clinique que le libellé d'une enveloppe, le titre annonce la couleur — terne, sans relief, froide à l'égal d'une dalle de marbre. L'oeuvre jusqu'au-boutiste de Chantal Akerman, sauvée tout récemment du gris anonymat où elle triait les lentilles pour goûter soudain aux honneurs des rétrospectives en grandes pompes et d'une restauration pointilleuse, ressemble à un manifeste suprême. Tout ce que le commun des mortels (ou des spectateurs, en tout cas) reproche au "cinéma d'ôteur", avec des inflexions acerbes et quelque peu sarcastiques, bourgeonne dans la moindre encoignure des images désespérément fixes, pareilles à un goulot d'étranglement, que la stoïque Delphine Seyrig traverse d'un pas machinal plus de trois heures durant. Qu'elle pèle des patates, récure le fond de sa baignoire, aille boire un café ou accueille dans son lit des étrangers la rétribuant comptant, l'actrice se frotte à la routine exsangue du "train-train quotidien" comme bien peu d'autres films, parions-le, auront donné à l'endurer.

Paradoxalement, cette tentative d'hyperréalisme, poussé dans ses retranchements derniers, finit par s'arracher à la pesanteur qui l'écrase implacablement pour épouser une bizarre abstraction, celle d'un ruban de Möbius entraînant les tâches ménagères au coeur de son vortex. Prisonnière de cadrages composés avec une rigueur voisine de l'obsession mathématique, où ne se distingue pas davantage d'issue qu'à l'intérieur d'une souricière, assourdie par le silence digne d'un mausolée où son fils lui-même, sa seule compagnie, ne pose que des mots épars et dépourvus d'écho, répétant encore et sans trêve les gestes de chaque jour avec l'infaillibilité d'un automate que nul ne se serait jamais donné la peine de débrancher, la malheureuse héroïne paraît agoniser dans l'étreinte visqueuse d'un cauchemar. On pourrait en dire autant du vieux Van Cleef, abasourdi et plus souvent qu'à son tour mortifié d'ennui devant le théâtre étriqué de la banalité ! Et pourtant, s'y mêlait aussi une part de fascination, sommant l'oeil de ne point quitter l'écran, comme si l'espoir palpitait, têtu, obstiné, qu'un impromptu finirait tôt ou tard par briser l'horrible aridité de l'existence de Jeanne Dielman.

Image
Scorebob
Superman
Messages : 12918
Inscription : dim. 12 oct. 2008 15:11

Re: Achats Blu-ray

Message non lu par Scorebob »

Scorebob a écrit : sam. 10 févr. 2024 14:13
Forrester a écrit : sam. 10 févr. 2024 10:38
Scorebob a écrit : sam. 10 févr. 2024 08:45 Le coffret des Conan HDR a moitié prix chez Amazon com qui contient en bonus le score isolé du film ainsi que la symphonie dirigée par Basil Polédouris himself a Ubeda :

https://www.amazon.com/Conan-Chronicles ... 415&sr=1-1
Alors , reçu aujourd'hui et c'est vraiment cool de pouvoir visionner le film 4k en version rallongée avec le tout score isolé en stéréo.
L'image est belle mais pas extraordinaire non plus , dans les scènes nocturnes c'est c'est flagrant on a pas la qualité d'un remastering comme celui du Ben Hur de la grande époque par exemple qui est un modèle du genre.
Le 4 k est lisible sans problème sur les lecteurs non dézonés comme le mien par contre le blu ray du coffret non, zone A uniquement , hélas il contient les bonus sur Basil Polédouris avec le concert Conan a Ubeda.
Répondre