Sorcerer

Discussions autour de l'univers de la vidéo et du home cinéma

Sorcerer

Nouveau messagede Chapichapo le Jeu 8 Mai 2014 18:38

Délivré de 36 ans de purgatoire, considéré par Friedkin comme étant l'oeuvre dont il est le plus fier, "Sorcerer" nous vient des USA, sans bonus video, mais avec un livret d'une trentaine de pages (extrait des mémoires de Friedkin) qui nous livre les méandres de la création de ce remake (bien que Friedkin n'ait jamais adhèré à cette terminologie), de l'oeuvre de Clouzot.
La trame peut dans une simplicité lapidaire se résumer au convoyage à bord de 2 camions chargés de nitroglycérine instable, dans la jungle d'un pays imaginaire d'Amérique du sud, de 4 fugitifs (raisons criminelle, politique, financière..) afin d'éteindre par souffle explosif un puits pétrolifère en feu.
Lapidé majoritairement par la critique New Yorkaise brûlant ce qu'elle avait encensé (dithyrambes ayant accompagné "French connection" et "L'exorciste" ) , la sortie du film allait coïncider à ses dépens avec celle de "Star wars", et être vite éjecté du circuit de distribution.
Il est des films qui subissent une malédiction (voir le sort réservé à "Heaven's gate" de Cimino ), qui leur confère une aura, vérifiable à l'occasion de l'édition soit d'un "directors cut" pour le cas de "Heaven's gate", soit d'une version non laminée et au bon format dans celui de "Sorcerers".
La vision de "Sorcerers" est un véritable bonheur d'émotion, de fascination, d'intelligence. Peu d'oeuvres ont ce pouvoir de fascination qu'exerce Friedkin tout au long de ce voyage dans une jungle sud américaine hostile pour un parcours de 218 miles. Peu de morceaux de bravoure dans l'histoire du cinéma sont aussi "scotchant" que cette traversée de 2 camions sur un pont de lianes qui franchit une rivière en crue. Peu de films réalisent l'osmose parfaite du corps humain (ses sécrétions et ses viscères) et de la nature à la fois matricielle et inhospitalière. Peu de "casting" apparemment aussi hétérogène que celui qui associe "Roy Scheider", "Fancisco Rabal", "Amidou" , et "Bruno Cremer", (ce dernier aux antipodes des prestations offertes par les "Frenchy" de service) n'est aussi cimenté que celui ci pour ce trip sous "nitro". Rares sont également les préambules aussi bien écrits qui explicitent avec brio et retenue la nécessité tragique si classique du déracinement de quatre âmes damnées.
N'ayant pas revu récemment "le salaire de la peur" de Clouzot, je peux difficilement faire un parallèle entre les 2 oeuvres , sinon relever que "Sorcerer" dure une demi heure de moins que sa devancière, que la partition de George Auric me semblait plus discrète et minérale que celle de Tangerine dream, que figure également également au casting de l'adaptation Française de l'oeuvre de George Arnaud, Vera Clouzot, alors que la présence féminine est pour le moins minimaliste dans "Sorcerer" et peut être d'ailleurs dans toute l'oeuvre de William Friedkin. Autre interrogation de ma part, celle qui concerne les coupures demandées par la censure Américaine au moment de l'exploitation du film de Clouzot (1953) aux USA.
Je ne peux terminer sans donner l'origine du titre "Sorcerer", nom d'un des 2 camions , baptisé par Friedkin en hommage à un morceau musical de "Miles Davis". Mais plus qu'un titre lié aux passions immédiates du réalisateur, ce "Sorcerer" trouve sa représentation dramatique dans une figure de pierre (maléfique?) croisée au cours du périple, et qui renvoie certes à "L'exorciste" , mais également à des oeuvres plus récentes du réalisateur à l'image de "Bug", comme si la réalité s'évanouissait face à la magie.
Avatar de l’utilisateur
Chapichapo
Elephant Man
 
Messages: 390
Inscription:
Ven 23 Sep 2011 19:54

Sorcerer

Nouveau messagede Misquamacus le Jeu 8 Mai 2014 21:01

Merci pour cette analyse. Très grand film pour ma part. J'adore "le salaire de la peur", et sur un postulat similaire Friedkin offre une vision totalement différente et surtout une ambiance fabuleuse. Et bien sûr comment ne pas parler de la musique... Le réalisateur se fend même d'un petit mot sur l'album pur expliquer combien le score de Tangerine a Influencé le film.
« Je ne connais pas la moitié d’entre vous autant que je le voudrais et j’aime moins de la moitié d’entre vous à moitié moins que vous ne le méritez ! »
Avatar de l’utilisateur
Misquamacus
Starman
 
Messages: 6214
Inscription:
Mar 16 Sep 2008 10:34

Sorcerer

Nouveau messagede Bmcready le Ven 9 Mai 2014 02:59

Misquamacus a écrit:Merci pour cette analyse. Très grand film pour ma part. J'adore "le salaire de la peur", et sur un postulat similaire Friedkin offre une vision totalement différente et surtout une ambiance fabuleuse. Et bien sûr comment ne pas parler de la musique... Le réalisateur se fend même d'un petit mot sur l'album pur expliquer combien le score de Tangerine a Influencé le film.

Oui, d'autant que TOUTE la musique du film a été composée sans les images mais juste d'après le scénario que Friedkin envoya à Froese. Incroyable ! :shock:

J'ai pu aussi - tout comme Chapi - redécouvrir le film en Blu-Ray. La Claque !!! Hormis une première séquence très gênante car « fourmillant » à tout va (séquence précédent la première apparition de Nilo - Francisco Rabal) le reste du film est une tuerie, comme dans mon souvenir :geek:
Le cast est fantastique et même la séquence « Parisienne » sonne juste, ce qui n’est pas toujours le cas dans ce genre de film.

Dommage par contre que côté Bonus cela soit le néant absolu :? Même pas une bande annonce [dead]
Avatar de l’utilisateur
Bmcready
Flim Flam Man
 
Messages: 1938
Inscription:
Dim 12 Oct 2008 02:52
Localisation: Paris

Sorcerer

Nouveau messagede Pierrebrrr le Sam 10 Mai 2014 11:30

C'est du zone all ? un pressage français ?
"Le cinéma, c'est comme l'amour, quand c'est bien fait, c'est merveilleux, quand c'est mal fait, c'est un petit peu merveilleux aussi." S.Donen

Octobre 2014: 31 jours, 31 films :http://trainfantome.blogspot.com/
Avatar de l’utilisateur
Pierrebrrr
Hollow Man
 
Messages: 3245
Inscription:
Ven 26 Mar 2010 14:49

Sorcerer

Nouveau messagede Cornélius le Sam 10 Mai 2014 12:48

Vous me donnez furieusement l'envie de le revoir ce film, les p'tits loups. La dernière fois que je l'ai vu, c'était, il me semble, sur feu La Cinq (de Jean Claude Bourret ;) ), il y a plus de 25 ans !!!! En plus, on captait mal cette chaine (fourmillement atroce) et ils nous infligeaient un logo énorme sur tous les films :( .
Le film m'avait énormément intrigué de par son atmosphère poisseuse. Hâte de le revoir.
Je réitère la question de Pierrebrrr, pressage français ou multizones ?
Avatar de l’utilisateur
Cornélius
Wrong Man
 
Messages: 504
Inscription:
Mer 2 DĂ©c 2009 15:41
Localisation: Pas loin de RENNES

Sorcerer

Nouveau messagede Bmcready le Sam 10 Mai 2014 13:56

Pierrebrrr a écrit:C'est du zone all ? un pressage français ?

Oui c'est un zone all (region free comme ils disent) mais pressage américain avec stf ;)
Avatar de l’utilisateur
Bmcready
Flim Flam Man
 
Messages: 1938
Inscription:
Dim 12 Oct 2008 02:52
Localisation: Paris

Sorcerer

Nouveau messagede Cornélius le Sam 10 Mai 2014 14:24

Bmcready a Ă©crit:
Pierrebrrr a écrit:C'est du zone all ? un pressage français ?

Oui c'est un zone all (region free comme ils disent) mais pressage américain avec stf ;)

Nickel :)
Avatar de l’utilisateur
Cornélius
Wrong Man
 
Messages: 504
Inscription:
Mer 2 DĂ©c 2009 15:41
Localisation: Pas loin de RENNES


Sorcerer

Nouveau messagede Odelay le Sam 10 Mai 2014 16:21

J'ai cette édition, elle est effectivemement formidable. Le seul petit problème c'est qu'elle a des sous titres anglais incrustés dès que ça ne parle pas Anglais. Et c'est souvent que ça ne parle pas Anglais, notamment durant toute partie française au début avec Crémer, Jacques François et JL Bideau. Et ensuite vu que ça se passe en Amérique du Sud, c'est un peu la chevauchée des sous titres. Dommage que Warner ne connaisse pas la piste sous titres partiels comme on a souvent pour les éditions françaises...
Avatar de l’utilisateur
Odelay
Candyman
 
Messages: 2848
Inscription:
Mar 7 Oct 2008 20:49

Sorcerer

Nouveau messagede Lee Van Cleef le Mer 21 Mai 2014 18:53

Pour qui n'a jusqu'alors expérimenté le film de Friedkin qu'à travers une antique copie délabrée, le choc de la redécouverte promet d'être brutal ! Hier malmenée par les pâtés de la VHS ou d'un DVD peu regardant sur la camelote, la beauté primitive de Sorcerer retrouve grâce à ce providentiel Blu-Ray tout son éclat. L'inoubliable traversée du pont n'a jamais autant ressemblé à une peinture rupestre de l'aube des temps, où les silhouettes trapues des deux camions seraient devenues celles de créatures préhistoriques furibondes, et Sly et Brian Thompson eux-mêmes, pourtant poisseux à souhait dans Cobra, s'étrangleraient de jalousie en découvrant avec quelle fantastique acuité la photo souligne la moindre rigole de sueur brunissant la peau de Roy Scheider et de ses comparses. Gentlemen, voilà ce qu'il convient d'appeler un achat obligatoire.
Avatar de l’utilisateur
Lee Van Cleef
Inside Man
 
Messages: 10469
Inscription:
Ven 28 Nov 2008 19:31

Sorcerer

Nouveau messagede Dadid le Sam 24 Mai 2014 22:59

Odelay a écrit:c'est un peu la chevauchée des sous titres. Dommage que Warner ne connaisse pas la piste sous titres partiels comme on a souvent pour les éditions françaises...


Je n'ai pas vu ce BD, mais à te lire ça n'a rien à voir avec la gestion des S/T du BD, et tout à voir avec l'utilisation d'une copie américaine déja sous-titrée pour réaliser le master HD... non ? Si c'est le cas ça se distingue nettement (les S/T se superposent plus ou moins). Rencontres du 3ème type a longtemps souffert d'un syndrome similaire, avec au début les dialogues méxicains sous-titrés en anglais sur le film, puis par-dessus en Français via le support video...
A part ça vous me donnez envie de le découvrir ce Sorcerer, je ne l'ai vu qu'il y a plusieurs dizaines d'années en VHS pan & scannée. [dead]
Avatar de l’utilisateur
Dadid
Darkman
 
Messages: 7637
Inscription:
Mer 15 Oct 2008 09:33


Retourner vers DVD & Blu-Ray

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité