Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Discussions autour de la musique de film, de télévision et de jeu vidéo

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Janus le Dim 6 Juin 2010 21:24

Je n'ai pas su attendre et je viens d'Ă©couter ASSASSINIO SUL PONTE (aka IL GIUDICE E IL SUO BOIA). MĂŞme si la pochette
du cd laisse entrevoir un giallo,il n'en est rien,en réalité. Il s'agit d'une partition essentiellement mélodique qui révèle un
MORRICONE ironique,pour ne pas dire sarcastique,ludique et décontracté. Il faudrait vraiment que je redécouvre ce film car
si on tient compte de l'approche très décalée du compositeur,il ne peut être question d'un thriller ordinaire,plutôt une satire
policière avec beaucoup d'humour noir et peut-être de burlesque.(?)

parmi les morceaux les plus marquants,il y a ce "Fuga in Svizzera",dans sa version longue,plage 8,où BACH y est clairement cité, ironisé et modernisé. Le thème du Maître du Baroque est joué à l'orgue,alors que,successivement,mandoline,basson, petite percussion,clavecin et même une flûte à bec,sur un ton espiègle,viennent y greffer leurs motifs. "Notte cromatica" délivre une ambiance enjouée et dynamique. Les voix y sont ouvertement moqueuses. "Cadusa e ripresa" qui est un peu le seul thème d'atmosphère proprement dit,revient dans des déclinaisons sans cesse renouvelées,parfois par de belles combinaisons instrumentales. "Meditazione melodica" porte très bien son titre,caractéristique de l'écriture morriconienne: exposition de la mélodie,par ailleurs très belle,voix masculines éthérées,une partie centrale sublimée par un glissement des cordes que le compositeur italien emploie souvent. "Affresco con bambino" en propose une version plus ironique grâce à l'apport d'une voix d'enfant. "Sul ponte di Istambul",plage 1,thème très agréable avec la voix cristalline d'EDDA Dell'ORSO,ne bénéficie d'aucune déclinaison,de celle qui aurait su esquiver une mandoline un peu < gondole-à-Venise>,alors que les plages "Balletto...col morte","Troppo triste per essere allegro" et "Fox astratto",en offrent de fameuses,notamment la première citée ( Pl.29). Belle association d'instruments et d'une voix masculine,pour un ballet miniature,ludique,joyeux et communicatif...C'est le genre d'extrait qui,écouté le matin au pied du lit,vous met de bonne humeur le reste de la journée.

La fanfare conclusive ne rompt en rien avec l'humeur de l'ensemble. Elle en est le point d'orgue,l'ultime marche des bons et des méchants,et c'est encore une voix d'enfant espiègle qui nous la rend bancale et grotesque.

Au final,beaucoup d'inédits pour une partition très divertissante et très agréable à écouter. Les 76 minutes passent très bien,
seules les vingt secondes restantes sont un peu longues... :D
Avatar de l’utilisateur
Janus
Postman
 
Messages: 3629
Inscription:
Dim 28 Juin 2009 16:17

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Manuma le Dim 6 Juin 2010 21:36

Janus a écrit:Je ne connaissais pas le titre français de ce giallo que je n'ai d'ailleurs jamais vu. Le titre italien étant "La corta notte delle
bambole di vetro",il existe aussi sous les titres bien plus courts de "Malastrana" et "Catalepsis".
Qu'as-tu pensé de ce film? Vaut-il le détour?

Lee a bien résumé la chose. Un excellent film, superbement photographié et remarquablement maîtrisé niveau mise en scène pour une première oeuvre. 2 petites réserves toutefois : comme l'indique notre homme au katana préféré, il ne s'agit pas d'un pur giallo, mais plutôt d'un thriller politique habillé en giallo. Ensuite, c'est avant tout une oeuvre d'atmosphère, au rythme assez posé. Son ambiance morbide aux p'tits oignons anticipe celles, tout aussi accrocheuses, de Chi l'ha vista morire ? et La Disubbidienza dans l'oeuvre de Lado.

Dans les bonus du DVD, on apprend qu'à partir de leur seconde collaboration, La Cosa buffa (un des mes Morricone préféré, toute veine musicale et période confondue), le travail du maestro pour les films de Lado démarrait très en amont sur chaque projet. Morricone bossait à partir du script et Lado pouvait ainsi caler sa mise en scène sur sa partition.
Manuma
Elephant Man
 
Messages: 391
Inscription:
Ven 12 Sep 2008 21:39

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Manuma le Dim 6 Juin 2010 21:40

Merci pour ce topo complet sur End of the game, Janus. M'en vais commander ça dans la semaine, en fonction des nouvelles sorties US.
Manuma
Elephant Man
 
Messages: 391
Inscription:
Ven 12 Sep 2008 21:39

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Janus le Dim 6 Juin 2010 21:49

Manuma a écrit: La Cosa buffa(un des mes Morricone préféré, toute veine musicale et période confondue),


J'adore cette B.O. aussi et je trouve que MORRICONE y déploie tout son talent dans l'art de la déclinaison. Le thème principal
est d'une grande richesse. Tu supprimes la mélodie et l'accompagnement se suffit à lui-même. Le final est pour moi un chef-d'oeuvre à lui-seul. Bien sûr,il me faudrait réécouter le disque afin d'en donner un avis plus précis.

Merci à Lee et à toi pour vos précieux renseignements sur le film de ALDO LADO. De lui,j'aimerais beaucoup voir CHI L'HA
VISTA MORIRE? car l'approche de MORRICONE m'y semble encore une fois décalée. C'est une musique que j'adore aussi.
Avatar de l’utilisateur
Janus
Postman
 
Messages: 3629
Inscription:
Dim 28 Juin 2009 16:17

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Manuma le Dim 6 Juin 2010 22:34

Janus a Ă©crit:
Manuma a écrit: La Cosa buffa(un des mes Morricone préféré, toute veine musicale et période confondue),


J'adore cette B.O. aussi et je trouve que MORRICONE y déploie tout son talent dans l'art de la déclinaison.

Voilà, c'est exactement ça. En plus de son thème à tomber par terre, c'est qui m'épate là dedans, c'est l'extraordinaire richesse des variations proposées par Morricone. Une leçon de composition pour moi (et pour ce que j'en connais, évidemment).

Et puis, My God, ce thème associé à la photographie de Franco Di Giacomo, les extérieurs vénitiens, la beauté d'Ottavia Picolo et la très belle réalisation de Lado : si vous ne tombez pas amoureux du cinéma italien après ça, moi je ne sais pas ce qu'il vous faut ! Quel dommage que ce film soit invisible ici (alors qu'il s'agit d'une coproduction italo-française).
Manuma
Elephant Man
 
Messages: 391
Inscription:
Ven 12 Sep 2008 21:39

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Julien le Lun 7 Juin 2010 14:59

Manuma a écrit:Et puis, My God, ce thème associé à la photographie de Franco Di Giacomo, les extérieurs vénitiens, la beauté d'Ottavia Picolo et la très belle réalisation de Lado : si vous ne tombez pas amoureux du cinéma italien après ça, moi je ne sais pas ce qu'il vous faut !


Là je dois dire que jusqu'à présent, j'ai jamais été très fan de cette bo que je trouve un peu anodine mais tu me donne envie de voir le film.

Janus a écrit:De lui,j'aimerais beaucoup voir CHI L'HA VISTA MORIRE? car l'approche de MORRICONE m'y semble encore une fois décalée. C'est une musique que j'adore aussi.


C'est pas mal le travail qu'il a fait sur les voix, en utilisant le phénomène d'écho. Et puis ces voix d'enfants ont quelque chose d'assez effrayant. Ça crée une certaine étrangeté qui correspond bien au climat d'angoisse du film. C'était d'ailleurs bien avant que Schifrin en utilise aussi sur Amityville. Je me demande s'il était pas un peu inspiré par ce qu'avait fait Egisto Machi sur Voix. Pour le film, je trouve que la réalisation d'Aldo Lado est assez médiocre mais il exploite assez bien le décor de la ville de Venise. Il y a aussi Nicoletta Elmi, la fillette rousse qui joue la fille de Lazenby. A l'époque on la voyait dans pas mal de films fantastiques. Chez Mario Bava ou Dario Argento.
Avatar de l’utilisateur
Julien
Cinderella Man
 
Messages: 2247
Inscription:
Sam 20 Sep 2008 11:46

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Janus le Lun 7 Juin 2010 16:37

Manuma a Ă©crit:Janus a Ă©crit:
Manuma a Ă©crit:
La Cosa buffa(un des mes Morricone préféré, toute veine musicale et période confondue),


J'adore cette B.O. aussi et je trouve que MORRICONE y déploie tout son talent dans l'art de la déclinaison.

Voilà, c'est exactement ça. En plus de son thème à tomber par terre, c'est qui m'épate là dedans, c'est l'extraordinaire richesse des variations proposées par Morricone. Une leçon de composition pour moi (


Une leçon de composition,c'est parfaitement ça. J'ai toujours aimé cette B.O. et,en général,chez MORRICONE,mais pas
uniquement chez l'ui,j'ai souvent eu une prédilection pour les b.O. qui se construisent autour d'un matériel réduit et,pour ce,
mes musiques de films de chevet ne sont pas systématiquement celles qui sont les plus riches en thèmes distincts.

Julien a écrit:C'est pas mal le travail qu'il a fait sur les voix, en utilisant le phénomène d'écho. Et puis ces voix d'enfants ont quelque chose d'assez effrayant. Ça crée une certaine étrangeté qui correspond bien au climat d'angoisse du film. C'était d'ailleurs bien avant que Schifrin en utilise aussi sur Amityville. Je me demande s'il était pas un peu inspiré par ce qu'avait fait Egisto Machi sur Voix


Ce n'est pas impossible et j'aimerais beaucoup pouvoir Ă©couter cette oeuvre d'EGISTO MACCHI. La connaitrais-tu,par hasard?
Je vais faire un court hors-sujet,(car je n'ose pas trop ouvrir un fil sur ce compositeur) en évoquant une musique électro-acoustique assez déchirante qu'il composa en 1989 pour le film de FONDS RADEMAKERS; THE ROSE GARDEN. Aimant beaucoup cette composition dénuée de toute concession,je me demande bien ce qu'elle vaut à l'image. C'est un film avec LIV
ULLMANN et MAXIMILIAN SCHELL. (?)
Avatar de l’utilisateur
Janus
Postman
 
Messages: 3629
Inscription:
Dim 28 Juin 2009 16:17

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Julien le Mar 8 Juin 2010 13:37

Janus a Ă©crit:Ce n'est pas impossible et j'aimerais beaucoup pouvoir Ă©couter cette oeuvre d'EGISTO MACCHI. La connaitrais-tu,par hasard?


Oui. J'aime beaucoup. Ça n'existe qu'en vynil mais tu devrais pouvoir le trouver facilement à télécharger. Il a pas mal utilisé les voix d'enfants sur ce disque et il y a des passages qui font un peu penser à ce qu'à fait Morricone sur Chi l'ha Vista Morire. Je trouve d'ailleurs le disque de Macchi musicalement bien plus intéressant. Bon Morricone on voit qu'il a fait ça un peu rapidement quand même.

Janus a écrit:Je vais faire un court hors-sujet,(car je n'ose pas trop ouvrir un fil sur ce compositeur) en évoquant une musique électro-acoustique assez déchirante qu'il composa en 1989 pour le film de FONDS RADEMAKERS; THE ROSE GARDEN.


Connais pas. Ça existe en cd. Sur la bo de Crying the Dark j'ai vu. C'est celui-là que tu as ? Ça doit pas être évident à trouver maintenant.
Avatar de l’utilisateur
Julien
Cinderella Man
 
Messages: 2247
Inscription:
Sam 20 Sep 2008 11:46

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Janus le Mar 8 Juin 2010 17:15

Julien a écrit:Bon Morricone on voit qu'il a fait ça un peu rapidement quand même.


C'est une impression que j'ai parfois avec la musique de film en général...des approches intéressantes qu'une réflexion
supplémentaire aurait pu rendre plus aboutie. Et bien qu'il a fait ça un peu rapidement,cette musique n'est pas bâclée,elle me
fascine d'un bout à l'autre. Avec MACCHI et sa musique de film,si elle est intéressante,elle gagnerait à être plus fascinante à l'écoute seule. Son manque de concession lui ôte de l'intérêt sur la durée,me la rend moins obsédante,ce qui est un peu dommage car j'aime réellement une musique lorsqu'elle m'obsède,comme LA CLASSE OUVRIERE ou MANI SPORCHE...
Avatar de l’utilisateur
Janus
Postman
 
Messages: 3629
Inscription:
Dim 28 Juin 2009 16:17

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Julien le Mer 9 Juin 2010 15:09

Janus a écrit:Et bien qu'il a fait ça un peu rapidement,cette musique n'est pas bâclée,elle me fascine d'un bout à l'autre.


Le truc que je trouve pas mal sur la bo c'est sur la chanson titre, les gosses qui imitent les violons stridents de Psychose. En fait il a vraiment mis la voix en avant dans cette partition. C'est assez rare comme approche. D'habitude les bo sont plutôt instrumentales. Là pour une fois tous les morceaux sont chantés. J'aimerais bien trouver les paroles des chansons d'ailleurs. Certains ont été écrit par la femme de Morricone. je crois pas qu'elles y soient sur le cd.
Avatar de l’utilisateur
Julien
Cinderella Man
 
Messages: 2247
Inscription:
Sam 20 Sep 2008 11:46

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Janus le Mer 9 Juin 2010 17:21

Julien a Ă©crit:
Janus a écrit:Et bien qu'il a fait ça un peu rapidement,cette musique n'est pas bâclée,elle me fascine d'un bout à l'autre.


Le truc que je trouve pas mal sur la bo c'est sur la chanson titre, les gosses qui imitent les violons stridents de Psychose. En fait il a vraiment mis la voix en avant dans cette partition. C'est assez rare comme approche. D'habitude les bo sont plutôt instrumentales. Là pour une fois tous les morceaux sont chantés. J'aimerais bien trouver les paroles des chansons d'ailleurs. Certains ont été écrit par la femme de Morricone. je crois pas qu'elles y soient sur le cd.


Non,elles n'y sont pas. Il a aussi écrit des pièces contemporaines pour voix blanches dont une existe en CD sous le titre de
SCIOPERI per cori et voci bianche. Sinon,il fait une utilisation des voix blanches dans QUANDO L'AMORE e SENSUALITA,dans
un style très répétitif,très obsessionnel avec une petite formation instrumentale assez particulière et déchaînée par moment.
Je me demande bien quel genre de film il peut s'agir. Je ne l'ai jamais vu. Tournerait-il autour du sexe,de la religion et de la folie? C'est quelque chose qui se ressent aussi dans la musique de SESSO IN CONFESSIONALE qui,il me semble,fut la troisième et dernière collaboration entre MORRICONE et VITTORIO DE SISTI. C'est un cinéma dont j'ignore tout mais qui,apparemment,justifiait des approches intéressantes et singulières. Ce réalisateur a très certainement fait d'autres films et je me demande avec quels autres compositeurs il a pu collaborer? PICCIONI,MACCHI peut-être? Quelqu'un sait?
Avatar de l’utilisateur
Janus
Postman
 
Messages: 3629
Inscription:
Dim 28 Juin 2009 16:17

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Manuma le Mer 9 Juin 2010 20:27

Janus a écrit:Non,elles n'y sont pas. Il a aussi écrit des pièces contemporaines pour voix blanches dont une existe en CD sous le titre de
SCIOPERI per cori et voci bianche. Sinon,il fait une utilisation des voix blanches dans QUANDO L'AMORE e SENSUALITA,dans
un style très répétitif,très obsessionnel avec une petite formation instrumentale assez particulière et déchaînée par moment.
Je me demande bien quel genre de film il peut s'agir. Je ne l'ai jamais vu. Tournerait-il autour du sexe,de la religion et de la folie? C'est quelque chose qui se ressent aussi dans la musique de SESSO IN CONFESSIONALE qui,il me semble,fut la troisième et dernière collaboration entre MORRICONE et VITTORIO DE SISTI. C'est un cinéma dont j'ignore tout mais qui,apparemment,justifiait des approches intéressantes et singulières. Ce réalisateur a très certainement fait d'autres films et je me demande avec quels autres compositeurs il a pu collaborer? PICCIONI,MACCHI peut-être? Quelqu'un sait?

Pour ma part je n'ai vu qu'un seul film de Vittorio De Sisti. Il s'agit de Lezioni Private, une petite polissonnerie avec Carroll Baker plutôt efficace dans son genre mais pas d’une grande ambition (sans parler d’un fond assez douteux dans sa façon d’associer homosexualité refoulée et perversion). La musique, signée Franco Micalizzi, sonnait très Morricone.

J’avoue d’ailleurs que, connaissant les scores de Morricone composés pour Quando l'amore è sensualità et Spogliati, protesta, uccidi – des partitions très intéressantes mais ne comptant pas parmi les travaux les plus faciles d’accès du compositeur – je m’attendais à une œuvre nettement moins frivole que ça en entamant ce Lezioni private. En fait, j’ai un peu l’impression que ce De Sisti a suivi un chemin similaire à celui de son compatriote Samperi, rangeant progressivement ses ambitions d’auteur au placard pour donner dans le divertissement populaire de plus en plus bas de gamme.
Manuma
Elephant Man
 
Messages: 391
Inscription:
Ven 12 Sep 2008 21:39

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Janus le Mer 9 Juin 2010 22:57

Manuma a écrit:Quando l'amore è sensualità et Spogliati, protesta, uccidi – des partitions très intéressantes mais ne comptant pas parmi les travaux les plus faciles d’accès du compositeur – je m’attendais à une œuvre nettement moins frivole que ça en entamant ce Lezioni private. En fait, j’ai un peu l’impression que ce De Sisti a suivi un chemin similaire à celui de son compatriote Samperi, rangeant progressivement ses ambitions d’auteur au placard pour donner dans le divertissement populaire de plus en plus bas de gamme.


Ce qui laisserait supposer; tout comme le vieux dicton: "L'habit ne fait pas le moine",la musique ne fait pas le film. C'est une
chose que je savais déjà,bien sûr,mais disons qu'à l'écoute de ces musiques inventives et singulières,j'y ai souvent imaginé
derrière des films intéressants et ambitieux. Mon imagination me ferait-elle alors défaut?
Avatar de l’utilisateur
Janus
Postman
 
Messages: 3629
Inscription:
Dim 28 Juin 2009 16:17

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Dadid le Sam 19 Juin 2010 23:18

Une info qui n'a peut-être pas été relayée ici : le nouveau DVD version "collector" (ce mot me sort par les trous de nez :-C ) d'ENQUÊTE SUR UN CITOYEN AU-DESSUS DE TOUT SOUPçON contient non seulement le CD "Cinevox" de la musique, mais une excellent interview de Morricone conduite par Fabio Ferzetti, dans laquelle le maestro commente son travail avec le réalisateur (et joue les thèmes au piano). Bref, le film étant lui-même un chef-d'oeuvre, n'hésitez-pas à vous laisser tenter 8-)
Avatar de l’utilisateur
Dadid
Darkman
 
Messages: 7507
Inscription:
Mer 15 Oct 2008 09:33

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Janus le Dim 20 Juin 2010 17:53

Dadid a écrit:Une info qui n'a peut-être pas été relayée ici : le nouveau DVD version "collector" (ce mot me sort par les trous de nez :-C ) d'ENQUÊTE SUR UN CITOYEN AU-DESSUS DE TOUT SOUPçON contient non seulement le CD "Cinevox" de la musique, mais une excellent interview de Morricone conduite par Fabio Ferzetti, dans laquelle le maestro commente son travail avec le réalisateur (et joue les thèmes au piano). Bref, le film étant lui-même un chef-d'oeuvre, n'hésitez-pas à vous laisser tenter 8-)


Il est un de mes films de chevet tous genres confondus et la musique,une approche quasi-inédite à l'époque qui marqua KUBRICK et d'autres réalisateurs,[notamment italiens et qui voulurent,eux aussi,ce type de musique dès qu'ils réalisèrent un
film d'investigation.
Avatar de l’utilisateur
Janus
Postman
 
Messages: 3629
Inscription:
Dim 28 Juin 2009 16:17

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Lee Van Cleef le Lun 21 Juin 2010 19:25

Alors là, pour ceux d'entre nous qui n'ont jamais vu le merveilleux film d'Elio Petri (doit quand même y'en avoir quelques-uns) ni écouté la fascinante musique du Maestro (doit quand même y'en avoir quelques-uns, bis repetita), il n'y a définitivement plus à lanterner !
Avatar de l’utilisateur
Lee Van Cleef
Inside Man
 
Messages: 10370
Inscription:
Ven 28 Nov 2008 19:31

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Starfe le Mar 22 Juin 2010 16:16

est-ce que quelqu'un saurait me donner la liste des polars mis en musique par Morricone durant les années 70 ? (genre Milano odia : la polizia non puo sparare ou Peur sur la ville)

8-)
Toute l'actualité des sorties CD, c'est ici !
Avatar de l’utilisateur
Starfe
Lawman
 
Messages: 5693
Inscription:
Mar 9 Sep 2008 23:30
Localisation: Paris 13

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Janus le Mar 22 Juin 2010 18:04

Starfe a écrit:est-ce que quelqu'un saurait me donner la liste des polars mis en musique par Morricone durant les années 70 ? (genre Milano odia : la polizia non puo sparare ou Peur sur la ville)

8-)


en dehors des deux cités,Il y a GLI INTOCCABILI (1968) réalisé par GIULIANO MONTALDO,pour lequel MORRICONE favorisa
la musique d'ambiance,les différentes actions du film se déroulant souvent dans les bars de nuit. A noter une Ballade chantée
datée mais énergique,efficace, et bien dans l'ambiance de l'époque,ainsi qu'un thème complètement atonal et agressif qui
électrise les scènes glauques du film. JOHN CASSAVETES et PETER FALK dans les rôles principaux. Une musique agréable et variée mais bien moins intéressante que PEUR SUR LA VILLE et MILANO ODIA.

L'ULTIMO TRENO DELLA NOTTE (1974),film d'ALDO LADO. Musique bruitiste,courte mais intéressante qui exploite le bruit du
train en circulation. On y trouve aussi des éléments de PEUR SUR LA VILLE,un générique interprété par DEMIS ROUSSOS aux
orchestrations assez kitchs et un love thème naïf et frustrant. Cette composition vaut essentiellement pour sa partie d'action
et climatique ainsi que son exploitation de l'harmonica,notamment dans "coĂŻncidenze". Ceci-dit,c'est plus un giallo qu'un polar.

LA CITA VIOLENTA (1971),un film de SERGIO SOLLIMA ,chef-d'oeuvre d'ENNIO MORRICONE.
LE CLAN DES SICILIENS (1969) de HENRI VERNEUIL et autre chef-d'oeuvre d'ENNIO MORRICONE.

AD OGNI COSTO aka LE CARNAVAL DES TRUANDS (1967?) film de GIULIANO MONTALDO qui relate un casse pendant le carnaval de Rio. La musique de MORRICONE est très belle et enlevée,teintée de samba. Elle devrait ressortir bientôt avec
des inédits,j'espère les génériques début et fin qui sont très bien et restent curieusement inédits jusqu'à aujourd'hui.

COMANDAMENTI PER UN GANSTER (1968),un film de ALFIO CALTABIANO et une partition surprenante d'ENNIO MORRICONE,
très dynamique,avec des choeurs et de l'orgue. Le générique déménage mais ce n'est pas le seul atout de cette B.O. qui révèle un beau "love theme",sorte de préambule à celui,magnifique,qu'il composera plus tard pour LE GRAND SILENCE.
Si cette partition est un peu datée,aujourd'hui,elle n'en demeure pas moins une oeuvre forte et intéressante du compositeur.

UN UOMO DA RISPETTARE (1972-73),film de MICHELE LUPO avec KIRK DOUGLAS pour lequel MORRICONE composa une excellente partition dont le thème de 11 mn 33 qui ouvre le cd est un chef-d'oeuvre à lui-seul. Très audacieux et quelle construction,architecture! une ambiance folle . C'est bien lorsque le cinéma permet ce genre de chose. Un cd qui reprend les thèmes du 33tours et qui laisse une forte impression d'être incomplet. Il y manquerait notamment un superbe thème chanté.

REVOLVER(1973),film de SERGIO SOLLIMA avec OLIVER REED,FABIO TESTI,BERNARD GIRAUDEAU. Très sympathique partition dont on retiendra principalement le thème d'action construit comme un boléro.

IL GIOCATTOLO (1979) de GIULIANO MONTALDO,bien qu'il s'agisse davantage d'un drame que d'un polar,proprement dit,cependant,MORRICONE y développe une musique assez dans cette tendance avec un love thème magnifique et un
travail de sonorités électroniques très intéressant...des sonorités "jouets" qui laissent percevoir une menace à venir,rien de
gratuit,pas des sonorités juste là pour colorer un générique,une musique d'action,mais des sonorités qui ont aussi une raison
filmique subtile et qui contribuent parallèlement à faire de cette musique un délice. Il y a trop longtemps que je n'ai pas vu ce film mais il me semble me souvenir d'un habile pamphlet contre les armes à feux.

LE BANDIT AUX YEUX BLEUS (1980),un film de ALFREDO GIANNETTI qui permit à MORRICONE une incursion inspirée dans le
monde du jazz et une rencontre avec trois fameux musiciens du genre,ENRICO PIERANNUNZI au piano,RICCARDO DEL FRA
à la contrebasse (et compositeur attitré des films de LUCAS DELVAUX) et ROBERTO GATTO à la batterie. A noter aussi un
très beau thème de facture plus classique sous le titre de "Madre assente".

LE CASSE de HENRI VERNEUIL (1971) pour lequel MORRICONE écrivit deux thèmes principaux. Verneuil étant dans l'incapacité
de choisir,le maître transalpin combina les deux thèmes par son art du contrepoint et le tout devint le générique génial et célèbre qui trotta dans la tête de beaucoup de gens après la vision du film. La mélodie que la mémoire auditive retient le plus aisément est celle jouée au "piano percussif",alors que le contrepoint mélodique (l'autre thème) est peut-être encore plus beau.
Avatar de l’utilisateur
Janus
Postman
 
Messages: 3629
Inscription:
Dim 28 Juin 2009 16:17

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Starfe le Mer 23 Juin 2010 16:02

merci Janus ! :D
Toute l'actualité des sorties CD, c'est ici !
Avatar de l’utilisateur
Starfe
Lawman
 
Messages: 5693
Inscription:
Mar 9 Sep 2008 23:30
Localisation: Paris 13

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Manuma le Mer 23 Juin 2010 21:24

Janus a écrit:LE BANDIT AUX YEUX BLEUS (1980),un film de ALFREDO GIANNETTI qui permit à MORRICONE une incursion inspirée dans le
monde du jazz et une rencontre avec trois fameux musiciens du genre,ENRICO PIERANNUNZI au piano,RICCARDO DEL FRA
à la contrebasse (et compositeur attitré des films de LUCAS DELVAUX) et ROBERTO GATTO à la batterie. A noter aussi un
très beau thème de facture plus classique sous le titre de "Madre assente".

Tiens, je voulais le citer parce que j'ai vu le film il y a peu. De mon côté j'ai trouvé cet essai jazz relativement mineur. Le thème central bien cuivré n'est pas vilain mais sent un peu la redite dans l'oeuvre de Morricone.
Manuma
Elephant Man
 
Messages: 391
Inscription:
Ven 12 Sep 2008 21:39

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Janus le Jeu 24 Juin 2010 07:55

Manuma a Ă©crit:
Janus a écrit:LE BANDIT AUX YEUX BLEUS (1980),un film de ALFREDO GIANNETTI qui permit à MORRICONE une incursion inspirée dans le
monde du jazz et une rencontre avec trois fameux musiciens du genre,ENRICO PIERANNUNZI au piano,RICCARDO DEL FRA
à la contrebasse (et compositeur attitré des films de LUCAS DELVAUX) et ROBERTO GATTO à la batterie. A noter aussi un
très beau thème de facture plus classique sous le titre de "Madre assente".

Tiens, je voulais le citer parce que j'ai vu le film il y a peu. De mon côté j'ai trouvé cet essai jazz relativement mineur. Le thème central bien cuivré n'est pas vilain mais sent un peu la redite dans l'oeuvre de Morricone.


D'un point de vue artistique,tu as raison,ce n'est pas une prouesse,plus un habile exercice de style qui convient parfaitement à l'esprit du film et une musique très divertissante sur disque...enfin,à mon goût... :D Elle n'est pas de l'envergure de ce qu'il composa pour UN HOMME A RESPECTER de MICHELE LUPO,par exemple,...je pense au grand thème de + de 11 mn,également d'inspiration "Jazz" ni aussi intéressante que IL GIOCATTOLO (LE JOUET DANGEREUX). LE BANDIT AUX YEUX BLEUS est surtout une musique entre amis musiciens,d'ailleurs,PIERANNUNZI lui rendit,courant 2001-2002,un hommage avec MARC JOHNSON à la contrebasse et JOEY BARON à la batterie,en l'espace de deux CD,y interprétant des titres inattendus dans ce registre,comme ADDIO FRATELLO CRUDELE,LE MANI SPORCHE ou encore NINFA PLEBEA. J'aime beaucoup ces deux albums,cette manière de remodeler à la sauce jazz,surtout si c'est fait par de brillants solistes comme ces trois là,des thèmes que j'aime beaucoup et que je vais parfois préférer aux versions originales...comme JONA CHE VISSE NELLA BALENA...

[cd] BAARIA/IL PRIGIONIERO/ TRE DONNE de MORRICONE. [love] [love]
Avatar de l’utilisateur
Janus
Postman
 
Messages: 3629
Inscription:
Dim 28 Juin 2009 16:17

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Manuma le Jeu 24 Juin 2010 08:36

Janus a écrit:D'un point de vue artistique,tu as raison,ce n'est pas une prouesse,plus un habile exercice de style qui convient parfaitement à l'esprit du film et une musique très divertissante sur disque...enfin,à mon goût... :D Elle n'est pas de l'envergure de ce qu'il
composa pour UN HOMME A RESPECTER de MICHELE LUPO,par exemple,...je pense au grand thème de + de 11 mn,également
d'inspiration "Jazz" ni aussi intéressante que IL GIOCATTOLO (LE JOUET DANGEREUX).

2 films et 2 musiques que j'aimerais beaucoup découvrir. Je me souviens que le second avait été diffusé aux dossiers de l'écran au milieu des années 80, mais je n'avais pas été autorisé à le regarder.

Janus a Ă©crit:[cd] BAARIA/IL PRIGIONIERO/ TRE DONNE de MORRICONE. [love] [love]

J'ai reçu Il Prigioniero il y a quelques jours. Une partition peu plus austère que ce que compose habituellement Morricone pour Lado (enfin ... sorti de La Corta vita ...). On pense un peu à Le Mani Sporche, composé l'année suivante par Morricone.
Manuma
Elephant Man
 
Messages: 391
Inscription:
Ven 12 Sep 2008 21:39

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Janus le Jeu 24 Juin 2010 08:52

Manuma a écrit:J'ai reçu Il Prigioniero il y a quelques jours. Une partition peu plus austère que ce que compose habituellement Morricone pour Lado (enfin ... sorti de La Corta vita ...). On pense un peu à Le Mani Sporche, composé l'année suivante par Morricone.


Austère,effectivement,et qui s'appuie presque exclusivement sur deux thèmes principaux que je trouve très beaux dans
leurs versions les mieux développées. J'adore la construction et le développement du second extrait qui se charpente autour
d'une même cellule mélodique...enfin,une de ses nombreuses obsessions de créateur que l'on retrouve,il me semble,dans I COMME ICARE et LA PIOVRA....
les deux autres thèmes (d'époque-musiques de source) sont assez anecdotiques...C'est donc un peu du luxe que de sortir cette musique seule sur cd,mais bon...Je n'ai toute fois pas boudé mon plaisir en réécoutant "L'estate e finita". Eh oui,je suis un fan et je l'assume...en toute objectivité...et aussi en toute subjectivité,bien sûr... :D
Avatar de l’utilisateur
Janus
Postman
 
Messages: 3629
Inscription:
Dim 28 Juin 2009 16:17

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede Hellboy le Mar 29 Juin 2010 00:36

Quelqu'un peut-il me dire ce que vaut ce disque ?
Je l'ai reçu par erreur dans une commande à la place d'autre chose...
}-)
I am the law ! Put down your mouse and prepare to be judged !
www.underscores.fr
Avatar de l’utilisateur
Hellboy
The Man
 
Messages: 2982
Inscription:
Sam 6 Sep 2008 20:55
Localisation: Paris, France

Ennio Morricone: génial stakhanoviste.

Nouveau messagede BigJ. le Mar 29 Juin 2010 09:30

Ca a l'air très bien. :)

On peut faire pire, comme erreur.
http://www.auparadoxeperdu.com/Top 5: 1° B. Herrmann 2° E. W. Korngold 3° J. Goldsmith 4° J. Williams 5° M. Rozsa.
Avatar de l’utilisateur
BigJ.
Flim Flam Man
 
Messages: 1852
Inscription:
Mar 16 Sep 2008 23:17
Localisation: Genève, Suisse

PrécédentSuivante

Retourner vers Musique de Film

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 65 invités