John Williams et la Voleuse de Livres

John Williams et la Voleuse de Livres

A 81 ans, John Williams a encore suffisamment d’énergie, de curiosité et d’envie pour solliciter Hollywood lorsque le sujet d’un film l’intéresse. Le choix de se tourner vers The Book Thief est tout sauf anodin : des enfants, une période historique dramatique, le savoir par les livres, la Mort, autant de thématiques récurrentes dans son œuvre

Georges Lautner: laisse aller, c’est une valse

Georges Lautner: laisse aller, c'est une valse

Simple et modeste, le réalisateur qui tourna avec Ventura, Belmondo, Delon, Gabin, Blier, Serrault se présente comme un homme sympathique, pétri d’humour et de dérision, et nous invite ici à voyager au cœur de sa carrière et de ses collaborations musicales avec entre autres Delerue, Magne, Sarde, Lai, Legrand ou Gainsbourg

Daniel Pemberton, conseiller du Cartel

Daniel Pemberton, conseiller du Cartel

Daniel Pemberton est un compositeur à la fois éclectique et prolifique. A 35 ans, sa filmographie compte déjà un certain nombre de longs métrages, plusieurs jeux vidéo et surtout une quantité impressionnante de productions télévisées britanniques. Il nous parle aujourd’hui de sa collaboration avec Ridley Scott pour The Counselor

Mr. Kamen’s Opus

Mr. Kamen's Opus

En cette dernière journée des Cinéphonies, l’orchestre occupe la scène du théâtre de Lunéville, mais la salle est encore vide… Quelques heures avant l’entrée des spectateurs, Michael Kamen est en pleine répétition. La veille, il a lui-même dirigé pour la toute première fois son poème symphonique, A New Moon In The Old Moon’s Arms…

Michael Kamen : 55

Michael Kamen : 55

Par un cruel hasard, ou une curieuse coïncidence, 55 est peu ou prou le nombre de scores écrits par Michael Kamen pour le cinéma et la télévision et l’âge du compositeur au moment de son décès. Au-delà de l’émotion profonde et sincère ressentie depuis le 18 novembre 2003, il y a la rage de se dire qu’à 55 ans, Kamen avait encore tellement à offrir

Michael Kamen en boulet de canon

Michael Kamen en boulet de canon

Manifeste de son amour pour l’irrationnel et l’imagination toute-puissante, Les Aventures du Baron de Munchausen est la profession de foi du génial Terry Gilliam. On serait d’ailleurs tenté de penser, face à ce bric-à-brac sublime, qu’il y a décidément du Fellini chez lui. A ceci près que Rota n’aurait sans doute pas suivi la voie finalement empruntée par Kamen

Cher Michael…

Cher Michael...

Cher Michael, à tous ceux qui douteraient que le temps file à folle allure, entraînant dans son sillage chacune de nos vies, il est des dates qui se chargent de nous remettre les idées en place. Dix ans donc depuis que vous nous avez quittés un jour de novembre 2003, quelques semaines après avoir rendu publique la maladie qui vous rongeait depuis des années

Don Davis et la pilule du bonheur

Don Davis et la pilule du bonheur

J’ai vu le futur de la musique de film et son nom est Don Davis. Pour l’auteur de ces lignes, abasourdi par le score à la sortie en salles de The Matrix, il ne faisait aucun doute que ce maelstrom d’action rentre-dedans et de vertiges avant-gardistes marquerait un tournant crucial dans l’histoire de la «grosse zique» hollywoodienne

Goldsmith : chefs-d’œuvre de jeunesse

Goldsmith : chefs-d'œuvre de jeunesse

En 1989, Intrada publiait un disque qui allait devenir une référence chez les béophiles. Goldsmith y dirigeait pour la première fois le London Symphony Orchestra dans une production placée sous le signe du luxe. Et le résultat fut à la hauteur de l’affiche ! Aujourd’hui relooké et remasterisé par Intrada, ce bel objet nous revient enrichi de quelques bonus

Cloverfield (Michael Giacchino)

Cloverfield (Michael Giacchino)

Quand se met à défiler le générique de fin, et que s’élèvent les premiers arpèges d’un inquiétant pupitre de cordes, plus d’un spectateur pourtant pas réceptif pour deux sous à la musique de film s’est trouvé soudain rivé à son strapontin. Aussi, comment résister à l’aura implacablement évocatrice qui nimbe chacune des dix minutes de Roar ?

Georges Delerue ou l’éloge de la légèreté

Georges Delerue ou l’éloge de la légèreté

Delerue est le troisième compositeur auquel Pascale Cuenot et Prelight Films consacrent un film-portrait. Projeté lors de festivals ou de séances spéciales, il est maintenant disponible en DVD, une édition sans doute très attendue des amateurs qui va compléter le documentaire réalisé en 1994 par Jean-Louis Comolli

Vintage Mutant Ninja Turtle (ou presque)

Vintage Mutant Ninja Turtle (ou presque)

Au cours des années 90, le plus redoutable concurrent du Roi des Monstres fut une gigantesque tortue qui se distinguait par ses incisives recourbées et, surtout, par le réacteur fiché dans un endroit intime de sa personne. Vraiment, tout ça n’a pas l’air très sérieux. Même l’amateur éclairé ne l’avait certainement pas vu venir

Captain Power (Gary Guttman)

Captain Power (Gary Guttman)

Bien qu’ayant une formation classique, Guttman n’avait pas réellement d’expérience dans l’écriture de musique pour l’image. Dirigeant l’orchestre, John Debney l’a épaulé pour constituer le stock de munitions musicales de Captain Power. Comme souvent à l’époque, la musique a été composée et enregistrée bien avant que la production ne batte son plein

Mike Patton et la BO : a love story

Mike Patton et la BO : a love story

S’il faut rappeler dans l’actualité toujours foisonnante de Mike Patton la sortie de sa musique originale pour A Place Beyond The Pines, l’on savait le bonhomme béophile de longue date, ayant créé un label qui a d’abord vocation à éditer les albums du groupe Fantômas puis à offrir un toit à des artistes en marge, quitte à abriter quelques musiques écrites pour l’écran

Powell & Bourne : l’action en marche

Powell & Bourne : l'action en marche

John Powell donne en 2002 le coup d’envoi de la trilogie cinématographique de Jason Bourne. Son travail sur la franchise s’inscrit comme un véritable renouveau musical dont l’efficacité narrative n’a d’égale que sa consistance en écoute seule. En atomisant les canons de la musique d’action, il parvient à un niveau d’excellence rarement atteint

The Dark Knight Rises… et Zimmer chute ?

The Dark Knight Rises... et Zimmer chute ?

Conclusion très attendue de la trilogie qui a vu Hans Zimmer entamer une collaboration étroite avec Christopher Nolan, The Dark Knight Rises est plus symptomatique encore des dualités, ambiguïtés et autres conflits intérieurs… d’un compositeur de musique de film. Alors que Bruce Wayne et son alias doutent plus que jamais et que Bane remet en cause l’ordre établi

Batman Begins : la naissance d’un monstre

Batman Begins : la naissance d'un monstre

Il y a sept ans, une nouvelle race de chauve-souris faisait son apparition sur les écrans. Batman Begins revenait sur la naissance du héros en repartant sur de nouvelles bases esthétiques, stylistiques et thématiques. Et charge à Hans Zimmer et James Newton Howard de se serrer les coudes pour donner à Batman un écrin musical digne de sa névrose

Streitenfeld dévoile les mensonges d’état

Streitenfeld dévoile les mensonges d'état

Troisième collaboration directe entre Ridley Scott et Marc Streitenfeld, Body Of Lies a tout du projet casse-gueule pour le musicien, qui n’avait pas encore abordé seul un blockbuster. Et sa tâche n’est pas facilitée : après Harry Gregson-Williams, John Powell et surtout Hans Zimmer dont il était l’assistant, il attaque un genre musical déjà maintes fois défriché

Christophe Héral, compositeur vidéo-ludique

Christophe Héral, compositeur vidéo-ludique

Compositeur et directeur artistique chez Ubisoft pour les jeux Rayman Origins et Les Aventures de Tintin - le Secret de la Licorne, Christophe Héral dévoile certains détails de fabrication avec passion et méticulosité. Même si sa décontraction naturelle élude l’importance des enjeux, il nous donne au passage une petite idée de la qualité du travail accompli

Erwann Kermorvant braque les Lyonnais

Erwann Kermorvant braque les Lyonnais

C’est toujours avec autant de talent et d’enthousiasme qu’Erwann Kermorvant poursuit son parcours entre télévision et cinéma. Cet automne 2011, le compositeur lorientais réinvestit l’univers d’Olivier Marchal : entre flic et voyou, il retrouve l’auteur de 36 Quai des Orfèvres pour Les Lyonnais et reprend du service pour la deuxième saison de Braquo

Erwann Kermorvant décolle pour l’espace

Erwann Kermorvant décolle pour l'espace

Après 36 Quai des Orfèvres, Erwann Kermorvant revenait à ses premières amours de cinéma avec les qualités que l’on avait décelées dans Mais Qui A Tué Pamela Rose ? Une occasion pour le compositeur de retrouver Eric Lartigau à la réalisation, Kad et Olivier sur le papier et à l’écran, et plus généralement de faire une virée sur une station spatiale

Cyril Morin, le Parrain des Borgia

Cyril Morin, le Parrain des Borgia

C’est Cyril Morin qui a donné son identité musicale particulière à la série nouvelle série créée et diffusée par Canal+. Le caractère sulfureux des Borgia n’appelle pas seulement un score retentissant mais implique également une recherche esthétique spécifique. Le compositeur nous explique ici ses influences et la génèse de cette BO contrastée et inspirée

Une Symphonie pour le Seigneur

Une Symphonie pour le Seigneur

Dix ans après la sortie en salles du premier volet de The Lord Of The Rings, Shore continue à faire vivre son œuvre par le biais d’une symphonie en six mouvements. C’est d’ailleurs le label du compositeur qui édite The Lord Of The Rings Symphony, interprétée par le 21st Century Symphony Orchestra & Chorus et dirigée par Ludwig Wicki

Thomas Newman : l’amour à mort

Thomas Newman : l'amour à mort

C’est paradoxalement pour un film globalement assez mal reçu que Thomas Newman a signé l’une de ses plus belles compositions. Malgré son point de départ appartenant au genre fantastique, Meet Joe Black assume totalement son romantisme «fleur bleue», même si l’on ne peut ignorer le ton doux-amer qui lui donne ce cachet particulier

Comme un poisson dans l’eau…

Comme un poisson dans l'eau...

Qui eût cru qu’un jour Thomas Newman, compositeur hollywoodien plutôt intimiste, éloigné de tous les genres trop codifiés et peu intéressé par les films d’action, s’attaquerait au cinéma d’animation ? C’est pourtant ce qui s’est passé quand le compositeur a rejoint son cousin Randy aux studios Pixar pour composer la musique de Finding Nemo

Le parfum subtil du laurier blanc

Le parfum subtil du laurier blanc

Thomas Newman n’est pas coutumier de la démonstration ni des mélodies trop évidentes. Quand il compose White Oleander, c’est pour distiller une force dramatique à laquelle il est difficile de ne pas succomber : Newman cultive l’introspection ouverte sur le monde en passant les portes d’une instrumentation étrange et toujours séduisante

Harry Potter 7 : la subtile magie de Desplat

Harry Potter 7 : la subtile magie de Desplat

Il faudra sans doute attendre la sortie de la seconde partie de Harry Potter And The Deathly Hallows pour estimer l’ampleur et l’impact du travail effectué par Alexandre Desplat, mais il n’en paraît pas moins évident que dès cette première partie, le musicien a livré un score des plus réussis, efficace dans le film mais surtout passionnant en écoute isolée

John Barry : il était une fois dans la vallée

John Barry : il était une fois dans la vallée

Totalement ignoré par un public rejetant sa vision sans fard des atrocités de la guerre et ses personnages ambigus, The Last Valley est resté pour ses artisans le film de tous les regrets. Entre autres ceux de feu John Barry qui, faisant montre d’un considérable investissement, a écrit ce qui aurait dû être unanimement reconnu comme un véritable classique

John Barry (1933-2011)

John Barry (1933-2011)

John Barry nous a quittés ce 30 janvier, à l’âge de 77 ans. Ainsi disparaît l’un des derniers grands noms de la musique de film, laissant derrière lui un héritage musical riche de partitions légendaires et s’étendant sur près d’un demi-siècle. Rares sont les compositeurs de cinéma à avoir atteint une telle notoriété. Retour sur une carrière exemplaire

Patton, chef d’oeuvre discret de Goldsmith

Patton, chef d'oeuvre discret de Goldsmith

Avec Patton, nous revenons à un tournant des années 60/70 qui constituent dans la carrière de Jerry Goldsmith ce que l’on peut considérer comme le début de la période classique au cours de laquelle les composantes essentielles du style du compositeur s’épanouissent naturellement, où inventions rythmiques et imagination orchestrale fusent et foisonnent

Reznor & Ross créent leur réseau social

Reznor & Ross créent leur réseau social

Si Trent Reznor n’est pas le premier musicien issu du monde du rock à s’immiscer dans celui de la musique de film, cette incursion n’est pas le fruit du hasard. Le duo qu’il forme avec Atticus Ross pour The Social Network démontre que la célébrité auprès du grand public n’ouvre pas automatiquement les portes de l’industrie cinématographique

Stéphane Lerouge : écoutez le cinéma…

Stéphane Lerouge : écoutez le cinéma...

Il y a déjà une décennie naissait la collection Ecoutez le Cinéma ! 80 albums plus tard, un bilan s’impose. Stéphane Lerouge a ainsi partagé avec nous ses souvenirs dans un entretien riche en anecdotes qui apporte un nouvel éclairage sur un aspect de la musique de film mal connu et pourtant indispensable pour nourrir la passion des amateurs

Miklós Rózsa : souvenirs d’Hollywood

Miklós Rózsa : souvenirs d’Hollywood

Il est des partitions tellement légendaires qu’il est difficile d’en parler. Ben-Hur fait certainement partie de ces œuvres musicales si colossales, si parfaites que la tâche semble herculéenne. Ce qui n’était heureusement pas le cas pour l’auteur de ce chef d’œuvre, qui nous invite donc à plonger avec lui au cœur des studios hollywoodiens des années 60

Maurice Jarre : pompe et dissonances

Maurice Jarre : pompe et dissonances

Eternel nomade, musicien des fresques du passé et des ailleurs exotiques, des épopées et des horizons lointains, et pourtant bien français, tel était Maurice Jarre. Figure quasi-légendaire de la musique de film, sa musique avait la générosité, le souffle naturellement large et puissant des natures hors normes et toujours une présence immédiate et fascinante

JN Howard transcende The Last Airbender

JN Howard transcende The Last Airbender

Doué d’un talent inné pour les mélodies, mais aussi le rythme et les orchestrations, faisant usage avec la même habileté et la même expressivité du pupitre des cordes, des bois ou des percussions, James Newton Howard nous donne ici une nouvelle preuve de son talent protéiforme et va plus loin encore que dans tous ses autres scores composés pour M. Night Shyamalan

Outland : l’étoile du marshall Goldsmith

Outland : l'étoile du marshall Goldsmith

Si Outland arbore la plupart des oripeaux du cinéma de science-fiction, il n’en reste pas moins qu’il relève plutôt du western, ne serait-ce que par l’imposante présence d’un Sean Connery portant l’insigne d’un intraitable marshall du futur. Eu égard au somptueux passif de Jerry Goldsmith dans ce genre ô combien emblématique de l’industrie hollywoodienne

Kérity: le conte musical de Christophe Héral

Kérity: le conte musical de Christophe Héral

Si Christophe Héral peut mettre en sons et en musiques des projets aussi divers que des documentaires, des jeux vidéo et des films d’animation, c’est parce qu’il possède ce talent rare d’appréhender le langage d’une image et d’en recréer, parfois de toutes pièces, la sensibilité. Donner une âme à un film, c’est ce que fait Christophe Héral, et il le fait bien

Astro Boy : l’envol triomphal d’Ottman

Astro Boy : l’envol triomphal d'Ottman

Manga créé en 1952, Astro Boy nous revient en 2009. John Ottman signe ici son premier score pour un film d’animation après s’être érigé depuis près d’une décennie en spécialiste des super-héros. Sa partition pour Astro Boy constitue sans doute son plus bel effort depuis Superman Returns et s’imposera peut-être comme son meilleur travail à ce jour

Amelia : la grâce aérienne de Gabriel Yared

Amelia : la grâce aérienne de Gabriel Yared

Il ne fait guère de doute que les aventuriers du ciel représentent aux yeux de Gabriel Yared une intarissable source d’inspiration, comme l’ont été les étendues désertiques pour Jarre et les océans si chers à Scott. Le gracieux Amelia s’inscrit dans la droite lignée de ces partitions aux atmosphères subtiles et à la thématique généreuse

Varèse Sarabande par Robert Townson

Varèse Sarabande par Robert Townson

Malgré un étrange logo et une marque plutôt abstraite, le nom de Varèse Sarabande Records suscite pourtant une résonance particulière chez les amateurs de musique de film. Né en 1977, Varèse Sarabande Records édite l’année suivante son tout premier album de musique de film, et devient dès lors le premier label spécialisé du genre

Daybreakers : une symphonie nocturne

Daybreakers : une symphonie nocturne

Si son nom n’est pas surexposé en permanence comme d’autres peuvent l’être, Christopher Gordon fait partie de ces musiciens dont on guette néanmoins chaque nouvelle partition avec le plus grand intérêt. Pour le comprendre, encore faut-il avoir à l’esprit les scores qui ont fait sa réputation. On ne saurait donc trop conseiller aux néophytes

Michael V. Gerhard : au coeur de La-La Land

Michael V. Gerhard : au coeur de La-La Land

Fin 2002, les amateurs de musique de film découvrent les premiers titres d’un tout nouvel éditeur : La-La Land Records. Le petit label a progressivement pris de l’ampleur et acquis une place bien méritée auprès des grands noms que sont Varèse Sarabande, FSM et Intrada. Mais c’est en 2009 que La-La Land a définitivement assuré sa place au panthéon des éditeurs

Le “Poème de la mer” de Jerry Goldsmith

Le "Poème de la mer" de Jerry Goldsmith

Adapté d’un roman en partie autobiographique d’Hemingway, Islands In The Stream est la cinquième collaboration de Goldsmith avec Schaffner. Comme beaucoup de ses partitions majeures, elle possède une unité thématique extrêmement forte. Le compositeur construit chaque pièce sur un matériau issu des deux thèmes principaux

Bear McCreary : Battlestar Musica !

Bear McCreary : Battlestar Musica !

Bear McCreary a construit pour Battlestar Galactica un univers musical inédit, radicalement différent de ce qu’on pouvait attendre d‘un space opera, et qui illustre à la perfection le monde dans lequel nous plonge la série. Le jeune compositeur a évoqué pour UnderScores, avec enthousiasme et candeur, son parcours initiatique au sein de cette aventure extraordinaire

Miklós Rózsa, un cantor à Hollywood

Miklós Rózsa, un cantor à Hollywood

L’art de Miklos Rozsa procède en quelque sorte d’un mariage de contraires. Si sa musique est caractéristique d’une Europe cultivée, il y a aussi au cœur de ses compositions une vigueur rude, une verdeur qui a quelque chose de primitif. Une force naturelle, rustique, qui s’exprime pourtant dans le langage et les formes du classicisme le plus raffiné

Jerry Fielding, du swing à l’avant-garde

Jerry Fielding, du swing à l’avant-garde

Il est l’un des rares musiciens que l’on peut identifier en quelques secondes en voyant un film. Une rumeur sourde montant aux cordes, un motif rythmique dans le grave du piano, une petite phrase descendante des bois… A des traits a priori banals, il a su imprimer une griffe inimitable. C’est un bien curieux parcours musical que celui de Jerry Fielding

Conan : la saga épique de Basil Poledouris

Conan : la saga épique de Basil Poledouris

La partition composée par Basil Poledouris pour le film de John Milius s’ouvre sur une scansion barbare et belliqueuse, une forme d’hommage à la divinité vénérée par Conan. Ce thème puissant et viril est l’incarnation du pouvoir tutélaire du dieu, qui a donné aux hommes le secret de l’acier, comme Prométhée leur a donné le secret du feu

Coraline : une question de mise en scène

Coraline : une question de mise en scène

Hasard des opportunités sans doute, Bruno Coulais semble ces derniers temps avoir trouvé de nouvelles marques au sein des longs processus de production des films d’animation. Ce sont en effet pas moins de trois projets de cette nature qui ont vu le jour en trois ans, le Coraline d’Henry Selick étant le dernier en date sur nos écrans, et pas le moindre

Jusqu’en enfer avec Christopher Young

Jusqu'en enfer avec Christopher Young

De par sa substance et son traitement, Drag Me To Hell est typiquement le genre de projet propre à combler les aspirations d’un Young épris de macabre depuis toujours. Ce qui interpelle en effet dès les premières notes, c’est bien l’enthousiasme manifeste avec lequel il empoigne l’affaire, fermement décidé à s’en donner à cœur joie

John Carpenter : l’homme-orchestre

John Carpenter : l'homme-orchestre

Cinéaste génial, John Carpenter est aussi un homme-orchestre. A la fois réalisateur, producteur, monteur, scénariste, il compose également les scores de presque toutes ses oeuvres, n’utilisant la plupart du temps que des synthétiseurs, et emploie techniques et rythmes minimalistes qui donnent à ses musiques une sonorité unique

Roger Feigelson : les coulisses d’Intrada

Roger Feigelson : les coulisses d'Intrada

Feigelson a un job en or chez Intrada. Ou tout du moins, c’est probablement ce que tous les amateurs de musique de film pensent lorsqu’on évoque le producteur et directeur marketing de l’un des plus importants éditeurs de musique de film au monde. Le meilleur moyen de s’en assurer était encore de lui demander, et c’est donc ce que nous avons fait !

F. Velázquez : les clés de l’Orphelinat

F. Velázquez : les clés de l’Orphelinat

D’abord montré en avant-première à Cannes, puis dans de nombreux festivals partout dans le monde, L’Orphelinat sort sur les écrans ibériques en octobre 2007 et devient en l’espace de quelques mois l’un des plus gros succès de l’histoire du cinéma espagnol. Très logiquement, 2008 aura donc été l’année de la consécration pour ce film admirable

L’orchestre sur le bout des doigts

L'orchestre sur le bout des doigts

Quelle que soit la manière dont on envisage sa musique, il paraît bien difficile de dénier à Herrmann le privilège d’incarner, sans doute plus que tout autre musicien américain de l’Age d’Or, l’idée selon laquelle chaque film appelle un traitement musical spécifique, que ce soit en termes d’à-propos dramatique ou d’instrumentation et d’orchestration

Jaws : un requin dans le moteur

Jaws : un requin dans le moteur

«Quelque chose s’éveille, un grondement inquiétant, un demi-ton s’élève du plus profond des cordes. Le rythme démarre, lentement, prend peu à peu de l’ampleur… alors peut-être nous ajoutons un tuba…» La petite idée que John Williams soumet ainsi à un Steven Spielberg dubitatif, un jour de 1975, a fait son chemin. Retour sur une partition exemplaire

Basil Poledouris : l’adieu au roi

Basil Poledouris : l'adieu au roi

C’est en juillet 2006 que Poledouris prit son envol vers l’Espagne pour participer, en qualité d’invité d’honneur, au Festival de Musique de Film d’Ubeda. Gravement malade mais également très enthousiaste, il vécut avec intensité chaque instant de son séjour en Andalousie. Ravi de rencontrer ses fans, enchanté de diriger sa suite symphonique de Conan