Jack Smalley

Hommage à Delerue | Témoignages | Par Olivier Desbrosses | Publié le 11/04/2012   

jack-smalley-150x150JACK SMALLEY

ORCHESTRATEUR

 

PROPOS RECUEILLIS EN MARS 2012

 

 

 

J’ai eu une relation unique avec Georges. J’étudiais à Paris en 1948 et je jouais de la contrebasse au Club Saint-Germain. Georges jouait de l’orgue à l’église de la place. Des années plus tard, j’ai été recommandé à Georges par Dan Carlin, parce que j’avais toujours quelques connaissances superficielles du français. Il m’appelait et me disait, «Jacques, je peux écrire des symphonies et des musiques de film, mais je ne suis pas à l’aise avec le jazz.» Je le rencontrais dans son bureau immaculé, il était toujours habillé de blanc, et c’était pour moi un plaisir de prêter main-forte sur quelques partitions pour big band. Il était toujours si équitable, m’attribuant le crédit sur chaque morceau, et j’ai été affligé par son décès. Heureusement j’ai encore la chance de tomber sur Colette au marché et nous nous saluons avec un sourire.

 


 

UKI had a unique relationship with Georges. I had studied in Paris back in 1948 and played the bass at the Club Saint-Germain des Prés. Georges was playing the organ at the church on the square there. Years later, I was recommended to Georges by Dan Carlin, as my smattering of French was still with me. He would call me and say, Jacques, I can write symphonies and film scores, but I’m not so well with jazz. I would meet him in his immaculate study, he was always dressed in white, and it was my pleasure to help out with some big band scores. He was always so fair, gave me cue sheet credit, and I was desolated by his passing. Luckily I still run into Colette at the market, and we greet each other with a smile.

 

 

MEMORIES OF ME | End Credits