Norwegian Wood (Jonny Greenwood)

Chroniques | Chroniques Express | Par Sébastien Faelens | Publié le 18/05/2011   

norwegian-wood-cd-02-150x150NORUWEI NO MORI (2010)

LA BALLADE DE L’IMPOSSIBLE

Compositeur :

Durée : 51:12 | 14 pistes

Éditeur : Nonesuch

★★★★☆
amazon-logo

Après Bodysong et There Will Be Blood, il semblait improbable que réitère un nouveau coup de maître. Mais le film de Tran Anh Hung est une nouvelle occasion pour le guitariste de Radiohead de devenir un véritable acteur dans la narration, un personnage dont la voix guide immédiatement le spectateur dans un univers intérieur et pourtant infini.

 

Compositeur résident de la BBC depuis 2004, Greenwood a donc confié l’interprétation au BBC Concert Orchestra ainsi qu’à The Emperor Quartet, les deux formations privilégiant les cordes. Et ces dernières peignent un étrange tableau qui, dès le début, impose et fait vivre au spectateur à la fois un décor, une ambiance et le ton sur lequel l’histoire sera racontée. Très vite, l’auditeur est à la fois saisi par la sécheresse de l’ensemble, et happé par son éloquence. Peut-être est-ce là l’expression de cœurs enflammés prisonniers de corps transis de froid… Les interventions de la musique originale dans Norwegian Wood sont minutieusement dosées mais, comme dans le film de Paul Thomas Anderson, elles en font très vite un personnage-clé. Entre lyrisme réprimé et aspirations romantiques, entre le désespoir ambiant et quelques fugitifs moments de grâce, la puissance évocatrice du travail de Greenwood interpelle.

 

norwegian-wood-photo-01