Fimucité 2010 : les chroniques de Tenerife

Press Room | Tapis Rouge | Par Olivier Desbrosses | Publié le 09/07/2010   

  1. Schwarzenegger, King Kong et Spartacus
  2. La musique de film chante aux Canaries
  3. Battlestar Operatica
  4. Bouquet final

fimucite-2010-photo-07

 

Battlestar Operatica

 

L’auditorium de Tenerife, sorte d’ovni architectural posé sur la jetée de Santa Cruz, est entièrement pensé pour offrir le plus beau des écrins à toute manifestation musicale. Cette scène hors du commun accueille ce soir le Tenerife Symphony Orchestra, qui figure parmi les meilleures formations symphoniques d’Espagne. Nous y retrouvons nos deux invités de marque qui se partageront les honneurs de cette soirée musicale. sera d’ailleurs récompensé à cette occasion d’un Fimucité Green Award décerné pour sa participation à de nombreux documentaires ayant pour sujet la nature. La sélection de ses œuvres ouvrant le concert a donc été réalisée en accord avec cette thématique, l’occasion pour le public de redécouvrir la richesse et le foisonnement d’idées que contiennent ses partitions pour Microcosmos, Himalaya et Océans, dirigées par le maître-organisateur du Festival, Diego Navarro.

 

fimucite-2010-photo-08

 

La deuxième partie de soirée est aussi une première mondiale. prend le podium pour diriger sa Battlestar Galactica Symphony, associant pour la première fois le groupe de musiciens qui l’accompagne habituellement (dont Steve Bartek, l’orchestrateur attitré de Danny Elfman) et un orchestre symphonique complet, chœur inclus. La petite troupe de passionnés s’en donne à cœur joie et n’hésite pas à dynamiter, à grands renforts de percussions et de riffs de guitare, un auditoire plus qu’acquis à sa cause. Nous avons d’ailleurs croisé quelques fans irréductibles qui suivent le BSG Orchestra sur chacun de ses concerts, un peu partout dans le monde.

 

battlestar-galactica

 

Et quel concert ! Le live apporte une dimension nouvelle et renforce encore l’aspect opératique de cette musique hors du commun. Mention spéciale au morceau Kara’s Coordinates, qui semble avoir été écrit pour être joué sur scène et laisse des frissons bien après que la dernière note se soit envolée. C’est sous un tonnerre d’applaudissements que se conclut cette symphonie. Alors que l’orchestre prend congé, la petite bande se reforme une dernière fois pour interpréter de façon décoiffante la chanson-phare de la série : All Along The Watchtower.

 

bear-mccreary

 

En assistant à ce type de concert, on se dit que la musique de film est entre de bonnes mains lorsqu’elle est explorée par de véritables aventuriers du son comme Coulais et McCreary, qui n’hésitent pas à tordre le cou aux convenances et à associer sonorités et influences musicales du monde entier pour nourrir leur art.

 

◄◄◄ 1 2 3 4►►►