La Fête de la Musique (de film ?)

Actualité | Editorial | Par Olivier Desbrosses | Publié le 20/06/2010   

edito-banner

 

Ce 21 juin, comme chaque année, la France descend dans la rue pour fêter la musique, toutes les musiques. Nous avions donc l’intention d’informer les amateurs sur les événements organisés ce jour-là et consacrés à la musique pour l’écran, qui trouverait là l’occasion rêvée d’être appréciée en live lors de cette fête populaire destinée à mettre toutes les musiques à portée de toutes les oreilles.

 

Mais voilà : pas de trace d’une quelconque programmation dédiée. Sur le site officiel mis en place par le Ministère de la Culture, lorsque l’on consulte la liste des événements par genre, on y trouve pas moins de 18 styles différents. Mais de musique de film, point. Rien. Nada.

 

Pourtant, aucun autre genre musical n’a peut-être autant sa place dans une manifestation qui se veut aussi éclectique que cette Fête de la Musique. Conçue pour le cinéma, art-somme par essence, la musique de film est elle-même un art protéiforme : on trouve tout autant des compositions orchestrales dans le sens classique que le jazz, le rock, la musique électronique et tous les autres genres musicaux imaginables. Pourquoi, alors, est-elle victime d’une telle indifférence, d’un ostracisme tellement radical qu’il ne peut pas vraiment être le fruit du hasard ?

 

Les raisons en en sont vraisemblablement multiples. Tout d’abord, peut-être l’aspect très universel de la musique de film est-il aussi son pire ennemi. Que peuvent bien faire les hautes instances de la culture française face à un genre aussi inclassable, eux qui aiment tant cataloguer toutes les formes d’art à défaut d’en comprendre véritablement la nature profonde ? Si l’on ajoute à cela l’essence indéniablement populaire d’un art cinématographique (dans le sens noble du terme : accessible au plus grand nombre) qui peine déjà bien souvent à obtenir une reconnaissance en tant que tel, on comprend assez aisément le ban auquel la musique qui l’accompagne se retrouve systématiquement reléguée dans nos contrées.

 

Pas de Fête de la Musique de Film, donc, en tout cas pas sous une forme institutionnalisée. On s’en passera volontiers : sur UnderScores, c’est avec passion que que nous continuons quotidiennement de militer pour cette musique qui n’a finalement pas besoin de l’aval des apparatchiks de la culture pour être légitime. Et nous n’aurons de cesse de la célébrer, sans attendre que les instances officielles daignent la reconnaitre à sa juste valeur : elles ne sont de toute façon probablement pas capables de le faire, faute d’en comprendre la valeur intrinsèque, que ce soit avec l’image du film ou dans les salles de concert. Après tout, peu importe : sur UnderScores, c’est chaque jour la Fête de la Musique de Film !