Ubeda 2009 : les récompenses

Press Room | Tapis Rouge | Par Florent Groult | Publié le 27/07/2009   

ubeda-2009-bandeau-recompenses

 

Si célébrer la musique de film revêt bien des formes à Ubeda, il est pour cela un exercice des plus explicites auquel le festival ne déroge pas : la remise de prix. Chaque année, les organisateurs ont ainsi d’abord à cœur d’attirer l’attention sur les talents de jeunes compositeurs lors d’une première soirée, le 16 juillet, au cours de laquelle sont attribués les Jerry Goldsmith Awards. Si bien sûr chacune des six catégories trouvera son unique lauréat, la cérémonie ne sert pas tant à honorer le travail d’un individu qu’à mettre en lumière celui de toute une nouvelle génération éprise de musique et d’image.

 

ubeda-awards-patrick-doyle-300x225ubeda-awards-jorge-aliaga-300x225ubeda-awards-oscar-xiberta-300x225

 

Ce sont donc pas moins de vingt-cinq artistes, oeuvrant pour différents horizons audiovisuels, qui ont donc concouru cette année : une majorité d’espagnols bien entendu, mais également deux américains et deux allemands, dont qui s’est fait remarquer pour sa contribution au court métrage d’animation Our Wonderful Nature. Les autres primés de la soirée se nomment (meilleure chanson), (meilleure musique pour un documentaire), (meilleure musique pour un court métrage) et Arturo Solar (meilleure création libre).

 

ubeda-awards-1399-300x225ubeda-awards-aritz-villodas-300x225ubeda-awards-christopher-young-300x225

 

Le grand vainqueur de la soirée, succédant à primée l’année passée, s’appelle quant à lui , et remporte le prix de la meilleure partition pour un long métrage ainsi que le titre de meilleur jeune compositeur : rien d’étonnant tant sa mélodieuse musique pour No me pidas que te bese porque te besaré, réalisé par Albert Espinosa, s’avère être une véritable petite merveille propre à faire chavirer les cœurs. Mais on retiendra également de cette cérémonie les encouragements adressés aux participants par un lui-même très impliqué dans le soutien aux jeunes compositeurs : «Qu’importe que vous soyez ce soir gagnant ou non, le plus important est que vous devez garder la foi, cela paiera un jour !».

 

►►► Les nominations et le palmarès complet

 

ubeda-awards-nominees

 

Plus traditionnelle, la grande et longue cérémonie des GoldSpirit Awards, le samedi 18 juillet, aura été l’occasion de revisiter les principaux évènements musico-cinématographiques de l’année 2008, sur un plan cette fois plus international. Les catégories sont nombreuses et il y en a pour tous les goûts. Parmi les invités présents, certains repartiront d’ailleurs avec leur statuette : le très sympathique est donc distingué pour l’excellence de sa contribution au jeu vidéo Afrika, tandis que reçoit avec Un Homme et son Chien le prix de la meilleure partition pour un film européen, après celui obtenu en France lors de la dernière édition du festival d’Auxerre. reviendra deux fois sur le podium, la première pour son travail sur la quatrième saison de Lost (meilleure partition pour la télévision), la seconde pour Roar!, son imposant générique final de Cloverfield, élu meilleur thème musical de l’année.

 

ubeda-awards-wataru-hokoyama-300x225ubeda-awards-philippe-rombi-300x225ubeda-awards-michael-giacchino-300x225

 

Alors que , en véritable régional de l’étape, devient une nouvelle fois le meilleur compositeur espagnol de l’année (son Crimenes de Oxford récoltant au passage le prix de la meilleure partition pour un thriller), décroche lui aussi une statuette avec La Conjura de El Escorial et sa musique pour chœur et orchestre (meilleure partition pour un film espagnol) et emballe le prix, très mérité, de la meilleure partition pour une comédie avec le déjanté Sexykiller. Le prix de la révélation de l’année 2008 revient également à un espagnol, , dont la partition pour le long métrage El Lince Perdido, battue dans la catégorie animation par le Wall-E de , a fait grande impression elle aussi. Quelques prix spéciaux sont également attribués : un Basil Poledouris Award sera remis à Colette Delerue pour la carrière de son époux, et Santiago Segura repartira également avec une statuette.

 

ubeda-awards-robert-townson-colette-delerue-300x225ubeda-awards-santiago-segura-300x225ubeda-awards-christopher-young-pinhead-300x225

 

Mais c’est un français qui décroche les plus grands honneurs de cette huitième édition des GoldSpirit Awards : devient en effet le meilleur compositeur de l’année 2008 avec notamment sa partition pour le film de David Fincher, The Curious Case Of Benjamin Button (L’Etrange histoire de Benjamin Button), plusieurs fois récompensée. Par ailleurs, la cérémonie tire également un trait sur les cinq dernières années écoulées en élisant et sa composition pour The Village (Le Village) respectivement meilleur compositeur et meilleure partition pour la période 2004 - 2008. Les grands gagnants sont donc évidemment absents, mais ils n’ont pas manqué pour l’occasion d’enregistrer chacun un message vidéo pour adresser leurs remerciements à l’assemblée réunie à Ubeda. Un espoir et des pistes en vue d’une nouvelle édition (pourtant incertaine) du festival l’année prochaine ? Les deux compositeurs ont en effet tous deux émis le souhait d’être présent en Espagne… Voilà bien, en attendant, une réjouissante et optimiste perspective dont on espère qu’elle deviendra très vite une réalité…

 

►►► Les nominations et le palmarès complet

 

ubeda-awards-team