L’Ile du Dr. Moreau : moderne et primitif

Chroniques | Disques | Par Stéphane Abdallah | Publié le 11/04/2009   

the-island-of-dr-moreau-150x150THE ISLAND OF DR. MOREAU (1977)

L’ILE DU DR. MOREAU

Compositeur :

Durée : 57:09 | 15 pistes

CD : La-La Land Records

★★★★☆

 

 

Voici enfin, grâce à La-La Land Records, une édition CD officielle de cette composition du discret . Ecrite en 1977 pour l’adaptation du roman de HG Wells par Don Taylor, The Island Of Dr. Moreau (L’Ile du Dr. Moreau) est sans doute une des meilleures partitions de son auteur, et serait même paraît-il sa préférée. Malgré une brillante et exubérante musique pour Clash Of The Titans (Le Choc des Titans) en 1981, le musicien s’est depuis presque uniquement illustré à la télévision, dans un format où son talent ne s’exprime peut-être pas avec la même liberté.

 

L’édition qui nous est proposée ici, particulièrement soignée et accompagnée d’un livret très complet, comprend près d’une heure de musique et permet de retrouver l’intégralité de la musique composée pour le film, présentée de manière chronologique. Manifestement très inspiré par un sujet qui mêle science-fiction et aventure de jungle, le compositeur nous offre une partition symphonique dans la meilleure tradition américaine, teintée d’une certaine élégance propre à son style. On retiendra en particulier la richesse des climats harmoniques, souvent étranges, ambigus, parfois à la limite de l’atonalité, et l’intensité des séquences d’action. On retrouve également l’orchestre assez touffu et dense du compositeur de Brass Target et de Meteor, son utilisation très colorée des percussions et la qualité d’écriture à laquelle il nous a habitué.

 

Rosenthal pose dès les premières mesures du Main Title une atmosphère de mystère et d’archaïsme avec le motif associé à l’île et à Moreau, une sorte d’appel au cor anglais, entre mélopée plaintive et cri animal, sans doute une des meilleurs inspirations musico-dramatique du compositeur. Puis de nombreuses séquences d’action, violentes, tendues, aux accents parfois goldsmithiens, nous transportent au cœur de l’action, rappellant quelque peu Planet Of The Apes (La Planète des Singes) par leur ostinato rythmiques et leur sonorités « primitives » (The Jungle, Tiger Fight, To The House Of Pain / Funeral Pyre, Jungle Pursuit). La partition fait également la place à un lyrisme plus traditionnel, avec un love theme très romantique (Maria And Andrew) à l’écriture luxuriante, comme en contrepoint à l’aspect sauvage qui domine l’ensemble.

 

Sans doute la palette instrumentale et les registres orchestraux déployés ici par Rosenthal sont-ils moins variés que ceux d’autres musiciens de cinéma américains. Fidèle à la grande formation symphonique, il en élargi adroitement l’instrumentarium tout en restant dans les limites d’un certain classicisme, recourant souvent aux simples cordes pour créer la tension. L’écoute crée pourtant un envoûtement indéniable, par la beauté de l’inspiration mélodique et ce mélange de primitif et de moderne qui est au cœur du travail de Rosenthal pour le film.

 

Ajoutons à cela la très belle direction d’orchestre du compositeur, et on comprendra que cette édition est l’occasion idéale de découvrir un musicien resté quelque peu en marge du cinéma américain. Mais on sait que a toujours eu d’autres centres d’intérêt que l’écran, petit ou grand. Très actif au théâtre et au concert, il s’est aussi fait comme pianiste un des défenseurs de la musique de Georges Gurdjief, depuis son travail sur le film Meetings With Remarkable Men (Rencontres avec des Hommes Remarquables).

 

Précisons que cette édition limitée est officiellement épuisée chez l’éditeur mais reste trouvable sur le web.

TRACKLISTING


FICHE TECHNIQUE


Direction d’orchestre :

Orchestre : National Philharmonic Orchestra Of London

Orchestrations : & Alexander Courage

Prise de son : Eric Tomlinson

Montage musique : Bill Carruth

Studio d’enregistrement : Anvil Recording Studios, Denham, England

cd film