Russkies : nostalgie eighties

Chroniques | Disques | Par Cédric Delelée | Publié le 30/04/2009   

russkies-150x150

RUSSKIES (1987)

RUSSKIES

Compositeur :

Durée : 30:53 | 19 pistes

CD : Varèse Sarabande

★★★☆☆

 

 

En pleine Guerre Froide, un groupe de jeunes américains (dont Joaquin Phoenix, alors âgé de treize ans et tout juste sorti de Spacecamp) sympathise avec un marin russe échoué sur la côte de Floride. Une histoire d’amitié et de révolte contre l’autorité parentale pour un petit film intimiste inédit en France et réalisé par Rick Rosenthal (Halloween II, Bad Boys et plus tard Halloween : Resurrection et Smallville) sur un script de Sheldon Lettich (Rambo III et quelques Van Damme, dont l’excellent Legionnaire). C’était en 1987, et n’en était qu’à son neuvième score, même s’il avait déjà signé le percutant 8 Million Ways To Die (Huit Millions de Façons de Mourir) et le très romantique Promised Land.

 

Editeur du LP à l’époque, Varèse profite de son Club pour exhumer cette musique bizarrement très demandée par les fans du compositeur. A la réécoute, on saisit un peu mieux pourquoi : bien qu’entièrement synthétique et fortement datée eighties, elle fait preuve d’une réelle maîtrise dans l’art de communiquer des émotions (le touchant Danny’s Theme) via une écriture ultra-mélodique et des arrangements volubiles où le Synclavier évoque celui d’Alan Silvestri pour Delta Force ou The Clan Of The Cave Bear (Le Clan de la Caverne des Ours). Il n’y a pas de quoi s’évanouir de bonheur non plus (les boîtes à rythmes ont pris un sacré coup de vieux), mais Russkies parvient à ne pas sonner comme une tentative de faire de l’orchestre avec du synthé, erreur souvent commise par, au hasard, Jay Chattaway sur les Missing In Action (Portés Disparus). Voilà une petite tartine de plaisir nostalgique dont on aurait tort de se priver, à condition de repêcher le CD, épuisé depuis déjà quelques semaines mais pas bien difficile à localiser.

TRACKLISTING


FICHE TECHNIQUE


Prise de son : Tom Perry, Michael Mason

Studio d’enregistrement : Circle 7, Los Angeles, CA

cd film