Ridicule, risible, ringue et Dieu seul sait quoi d'autre

Discussions autour de l'actualité du grand et du petit écran

Ridicule, risible, ringue et Dieu seul sait quoi d'autre

Nouveau messagede Lee Van Cleef le Dim 15 FĂ©v 2015 18:25

A défaut du chimérique coffret Philippe Clair après lequel je bavais d'envie en conclusion du post précédent, il reste fort heureusement l'inépuisable manne de YouTube. Le chef-d'oeuvre mongoloïde du roi de la gaudriole, Le Führer en Folie, y est disponible depuis peu dans sa glorieuse intégralité. Exposez-vous à son apocalyptique visionnage si vous vous en sentez l'estomac suffisamment solide, mes braves compagnons, et vous m'en direz des nouvelles ! Henri Tisot, inoubliable Adolf à la mèche folle et à l'hyper-expressivité débordante de partout, mérite à lui seul que vous osiez taquiner le diable.
Avatar de l’utilisateur
Lee Van Cleef
Inside Man
 
Messages: 9213
Inscription:
Ven 28 Nov 2008 19:31

Ridicule, risible, ringue et Dieu seul sait quoi d'autre

Nouveau messagede Lee Van Cleef le Sam 27 Juin 2015 18:39

N'évoluant ici même qu'au milieu de cinéphiles au savoir sans borne et à l'estomac fait d'indestructible airain, je suis convaincu de n'apprendre à personne que les délicieuses soirées Trash d'Arte, plus dilettantes encore que par le passé mais toujours bon pied bon oeil, ont frappé de nouveau ! Depuis un mois que leur grand retour a sonné, elles ont affolé nos papilles gustatives avec Return of the Killer Tomatoes, comédie bien plus finaude qu'il n'y parait et grâce à laquelle Michael Bay a appris tout ce qu'il y a à savoir sur les fameux "placements de produit" ayant infecté Hollywood ces dernières années, puis dans la foulée avec un doublé mexicain (La Maldicion de la Momia Azteca et Santo y Blue Demon Contra Dracula y el Hombre Lobo) où les luchadores masqués, véritables icônes locales, s'érigent en pourfendeurs des grands mythes du fantastique. Mais la diffusion jeudi dernier du plus mainstream (quoique fendard) From Dusk Till Dawn me fait déjà craindre que le rideau ne s'apprête à tomber. D'ailleurs, il ne m'a rien semblé voir venir concernant les jours prochains...
Avatar de l’utilisateur
Lee Van Cleef
Inside Man
 
Messages: 9213
Inscription:
Ven 28 Nov 2008 19:31

Ridicule, risible, ringue et Dieu seul sait quoi d'autre

Nouveau messagede Lee Van Cleef le Lun 9 Nov 2015 21:43

Jean-Pierre Mocky, c'est typiquement le genre de cinéaste qui ne s'est jamais préoccupé d'avoir la main légère. Le charme azimuté de ses grandes réussites doit énormément à cette absence de demi-mesure, la déconfiture bordélique de ses ratages aussi. En témoigne A Mort l'Arbitre !, nanar de compétition (mais auréolé malgré tout d'une réputation flatteuse) qui fait tout et n'importe quoi sur le thème alléchant "le sport, ça muscle surtout la connerie". Réquisitoire jusqu'au-boutiste contre la bêtise humaine ou gaudriole frappé d'hystérie, on ne saura jamais vraiment en observant ces brouettes d'acteurs-supporters jouer comme des savates, Michel Serrault le premier, et cavaler dans tous les coins du cadre après un Schmoll davantage soucieux de peloter sa promise que de sauver sa peau. Le tout filmé avec des moignons à la place des mains et englué par les synthés à la fois craignos et hilarants d'Alain Chamfort.
Avatar de l’utilisateur
Lee Van Cleef
Inside Man
 
Messages: 9213
Inscription:
Ven 28 Nov 2008 19:31

Ridicule, risible, ringue et Dieu seul sait quoi d'autre

Nouveau messagede Lee Van Cleef le Lun 17 Avr 2017 23:48

Ce coffret, je suis tombé en arrêt sur sa parure toute rouge alors que mes yeux, à l'unisson de mes pas, vagabondaient sans but précis parmi les rayonnages de Gibert. Et ça n'est pas n'importe quel coffret, gentlemen : l'équivalent d'un étui à bijoux renfermant rien de moins que les premiers films de ninjas de la Cannon ! Pionniers en la matière, Mémé et Yoyo ont servi la chevaleresque cause des vengeurs des ténèbres avec une abnégation digne de louanges. L'occasion était donc belle, pour un vieux Van Cleef ému aux larmes, de voir ou revoir Franco Nero en Babygro immaculé, Sho Kosugi prouvant par les armes qu'il n'y a décidément qu'un ninja pour terrasser un autre ninja, un trépas craignos qu'ont largement contribué à rendre légendaire les doux fêlés de Nanarland, et encore mille pirouettes rigolotes. Certes, ces films ne représentent pas ce que le genre a livré de plus gratiné. On regardera plutôt, pour ce faire, du côté des ineffables séries Z chapeautés par Godfrey Ho et Joseph Lai. Et ça tombe bien, car les hilarants Ninja Eliminator, courts métrages bien d'chez nous que le présent coffret a eu l'idée solaire d'inclure en bonus vingt-quatre carats, se répandent en courbettes branques à ces fleurons dadaïstes du film de mecs en cagoules. Autant dire qu'il convient, si ce n'est encore concrétisé, de faire péter l'achat au plus vite, les enfants.
Avatar de l’utilisateur
Lee Van Cleef
Inside Man
 
Messages: 9213
Inscription:
Ven 28 Nov 2008 19:31

Ridicule, risible, ringue et Dieu seul sait quoi d'autre

Nouveau messagede Edern le Mar 11 Juil 2017 16:17

Ah ! Nostalgie. Je me suis rappellé d'une émission de L'Œil du Cyclone sur Canal+ diffusée à l'occasion du "centenaire du cinéma".
Les producteurs avaient organisé un concours de films amateurs. Malgré les moyens limités, plusieurs coups d'essais m'avaient vraiment fait marrer (dont une utilisation de la musique de Predator 2, je me rappelle l'avoir reconnue à l'époque :geek: ), notamment une section parodiant Léon (utilisant du Cosma si je ne m'abuse).
Il y a même un petit bout de Star Wars suedé !
J'avais enregistré l'émission sur VHS. Ne retrouvant plus la cassette, et après quelques farfouillages sur le net, voici :
Les Ellipses d'Or 1995 :mrgreen:

— Qu'est-ce qu'ils sont cons ces cinéphiles.
Avatar de l’utilisateur
Edern
Batman
 
Messages: 6511
Inscription:
Ven 12 Sep 2008 10:31
Localisation: Cobra Island

Ridicule, risible, ringue et Dieu seul sait quoi d'autre

Nouveau messagede Lee Van Cleef le Dim 8 Avr 2018 15:53

Imaginez (essayez, en tout cas) ce brave Tim Allen pétant une durite après avoir enfilé une fois de trop sa panoplie de Santa Claus, et pourchassant les petits enfants turbulents avec un couteau de cuisine pour leur faire passer le goût de l'effronterie et des listes de cadeaux souffrant d'elephantiasis. Voilà qui pourrait vous donner une vague, très vague idée de ce à quoi ressemble 3615 Code Père Noël, sympathique nanardise marquée au fer rouge par l'époque qui l'a vu naître — mais suis-je bête ! Vous avez certainement tous déjà revu et revu, jusqu'à l'érosion fatale de vos VHS révérées, le slasher familial de René Manzor, dont les bonus mitonnés en nombre par le fastueux collector du Chat qui Fume s'évertuent à nous convaincre qu'il flamboie depuis toujours d'une aura cultissime. Qu'il fut un authentique OVNI zigzaguant sans aucun pareil dans la production française des eighties ne fait en revanche aucun doute. Obnubilé par ses fantasmes d'atteindre à une efficacité "à l'américaine", le cinéaste enquille les contre-plongées en fine dentelle, se vautre sans modération dans les délices d'un grand angle sacré roi, déploie un escadron de filtres bleus en rangs compacts et parfois même, comme ça, sans prévenir, engendre une poétique joliesse en laissant sa caméra survoler les tourelles gothiques d'un fier manoir et le bric-à-brac à n'en pas revenir s'amoncelant dans une fabuleuse salle au trésor. Ma foi, cet oiseau-là, même débraillé comme pas possible et sous l'emprise vampirique de stupéfiants, n'est pas de si mauvaise compagnie que ça...
Avatar de l’utilisateur
Lee Van Cleef
Inside Man
 
Messages: 9213
Inscription:
Ven 28 Nov 2008 19:31

Ridicule, risible, ringue et Dieu seul sait quoi d'autre

Nouveau messagede Misquamacus le Dim 8 Avr 2018 23:15

Pas revu depuis... sa sortie ! Mais ta prose me donne envie de retenter l'aventure avec quelques ami(e)s pour une soirée pizzas-bières. Merci. ;)
« Je ne connais pas la moitié d’entre vous autant que je le voudrais et j’aime moins de la moitié d’entre vous à moitié moins que vous ne le méritez ! »
Avatar de l’utilisateur
Misquamacus
Demolition Man
 
Messages: 5141
Inscription:
Mar 16 Sep 2008 10:34

Ridicule, risible, ringue et Dieu seul sait quoi d'autre

Nouveau messagede Lee Van Cleef le Dim 1 Juil 2018 18:14

Bienheureux villageois ! Les terribles hommes-crocodiles (des figurants en pagne masqués comme pour Halloween) venus les arracher à la quiétude de leurs petits lopins de terre inclinent à penser, délit de faciès oblige, qu'un affreux destin les guette dans les profondeurs d'une mine ou sur le chevalet de torture du bourreau... Que nenni ! Lovée telle une gemme étincelante au creux d'une caverne de carton-pâte, la divine cheftaine des sauriens bipèdes n'attend des fils de la campagne qu'une seule chose : qu'ils la comblent jour après jour de viriles attentions. Hélas, ce bonheur troglodyte est condamné à l'anéantissement par la faute de Barry Prima, justicier nicodème qu'un rien suffit à indigner. Persuadé de châtier le Mal, notre cul-bénit de héros part en croisade dans un déferlement d'effets spéciaux comme rarement, de gerbes criardes d'hémoglobine et d'abracadabrantes escarmouches au sabre, qu'on devine traumatisées par le renouveau du wu xia pian hongkongais — nous sommes en 1984 et le mythique Zu de Tsui Hark n'est pas tombé dans l'oeil d'un aveugle. Gentlemen, Golok Setan (Le Justicier contre la Reine des Crocodiles) n'a pas le moindrement usurpé sa réputation de trésor du bis indonésien.
Avatar de l’utilisateur
Lee Van Cleef
Inside Man
 
Messages: 9213
Inscription:
Ven 28 Nov 2008 19:31

Ridicule, risible, ringue et Dieu seul sait quoi d'autre

Nouveau messagede Lee Van Cleef le Mer 14 Nov 2018 23:00

La "photoshoperie" d'usage sur l'affiche de Sharkenstein promettait un monstre démesuré et planté de quelques boulons "karloffiens", sans omettre, naturellement, de girondes surfeuses boucanées par les ultraviolets pour lui servir de casse-croûte. Le moment de la vérification venu, l'amateur de Z aguerri, à qui on ne la fait de toute façon plus, se retrouve avec un poisson rouge géant (sauf qu'ici, il est bleu) qu'un savant fou a affublé de la matière grise précieusement conservée des leaders du Troisième Reich. Vénère comme pas deux, la bestiole boulotte son créateur démiurge, une poignée de plaisanciers, et poursuit de ses assiduités gloutonnes un trio de sympathiques nigauds, avant qu'un dernier acte ondulant des hanches en direction du grotesque bienheureux ne régurgite un hommage complètement schmuntz à Ray Harryhausen. Sharkenstein, ou 80 minutes passées à se rouler dans la houle frangée d'écume du nirvana.
Avatar de l’utilisateur
Lee Van Cleef
Inside Man
 
Messages: 9213
Inscription:
Ven 28 Nov 2008 19:31

Ridicule, risible, ringue et Dieu seul sait quoi d'autre

Nouveau messagede Sam Lowry le Ven 16 Nov 2018 16:30

SHARKENSTEIN !!! Mon bon Lee, mais où déniche donc tu ces perlouzes du Z bis ? :shock: Le dvd est-il en VF ou bien de la VOST (ou VO pure) ?
Edit : ah ok, je viens de voir ton autre message dans la section de la bibliothèque.
Un accusé est cuit quand son avocat n'est pas cru. (Pierre DAC)
Avatar de l’utilisateur
Sam Lowry
Postman
 
Messages: 3594
Inscription:
Sam 13 Sep 2008 08:40
Localisation: Angers City

Ridicule, risible, ringue et Dieu seul sait quoi d'autre

Nouveau messagede Lee Van Cleef le Ven 16 Nov 2018 23:17

Hélas non, point à l'horizon de ces succulentes versions françaises avec lesquelles le cinéphile débauché aime à déguster les zèderies les plus biscornues. Mais que ce petit travers ne te dissuade surtout pas de faire tomber l'excellent Bad Requins dans ton havresac !
Avatar de l’utilisateur
Lee Van Cleef
Inside Man
 
Messages: 9213
Inscription:
Ven 28 Nov 2008 19:31

Ridicule, risible, ringue et Dieu seul sait quoi d'autre

Nouveau messagede Lee Van Cleef le Jeu 7 Mar 2019 22:33

Après la poiscaille aux dents longues de la sharksploitation, voilà que déboulent dans un synchronisme parfait, et toujours sous l'égide de Huginn & Muninn, les musclés tout ruisselants de la Rambosploitation et les (très, très) gentilles hôtesses des parodies dont regorge le cinéma X ! Deux sublimes programmes qui, à l'instar de la dernière fois, se présentent à nos yeux ébaubis sous la forme d'un combo mortel : un livre, d'assez petit format ce coup-ci, mais s'imposant encore comme une gouleyante corne d'abondance iconographique, et un DVD malicieusement glissé au sein d'une pochette transparente. Le film dédié aux hordes de vétérans siphonnés du Vietnam appartient carrément à l'Olympe du genre : Deadly Prey nous régale à un rythme infernal de son amateurisme tout proche d'être grandiose, du jusqu'au-boutisme ponctué de borborygmes primitifs d'un héros ayant fière allure dans son short en jean et de synthés rock et rigolos, d'ailleurs édités récemment par un label français (vive nous !) dont le vieux Van Cleef ne peut que saluer la salvatrice inconscience.

L'autre galette déçoit par contre un peu plus, du simple fait qu'elle s'avère gentiment soft au lieu de se vautrer dans le hardcore clapotant. N'empêche que Play-mate of the Apes, fleuron de la firme ô ! combien regrettée Seduction Cinema, vaut bigrement le détour, ne serait-ce que pour profiter du charme irrésistible, capiteux et mutin tout en même temps, de la sensationnelle Misty Mundae. Sa beauté préservée des coups de bistouri meurtriers des chirurgiens fous d'Hollywood irradie littéralement, avec une évidence qu'exacerbe, au jeu souvent douloureux de la comparaison, l'oeil bovin et les mamelles plombées de silicone de ses malheureuses consoeurs (Debbie Rochon exceptée, quand même). Une VF à se défenestrer de rire parachève de nantir cet objet hyper-fauché, mais truffé en guise de valeur compensatoire de papouilles saphiques, d'un joli cheptel sympathie.
Avatar de l’utilisateur
Lee Van Cleef
Inside Man
 
Messages: 9213
Inscription:
Ven 28 Nov 2008 19:31

Précédent

Retourner vers Cinéma & TV

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités