Page 74 sur 74

Films... j"aime ou j'aime pas

Nouveau messagePosté: Dim 11 Oct 2020 13:58
de Julien
Mon rêve Ouzbek

Image

Un très bon documentaire, réalisé par Arnaud Frilley, sur un pays encore assez mal connu en France, au centre de la route de la soie : l'Ouzbékistan. Avec le gros gégé dans le rôle du voyageur/narrateur. On doit pouvoir encore le revoir sur le replay de la chaîne Paris Premiere.

Films... j"aime ou j'aime pas

Nouveau messagePosté: Mar 20 Oct 2020 23:18
de Alcibiade
En ayant revu "La journée de la jupe" de Lilienfeld (qui éclipsait déjà à l'époque et ceci en une nanoseconde la bouse de "Entre le murs" parrainée par la bien-pensance du gauchisme coincé), je ne cesse de trouver ce film pourtant mineur (il ne s'agit pas de "Barry Lyndon" évidemment, et le sujet et la volonté étaient autres) toujours aussi prophétique (et l'adjectif convient parfaitement) et je me demande s'il serait tolérable d'en faire aujourd'hui le parangon de la laïcité républicaine ! Un tel film, je pense, devrait pouvoir être étudié dans le détail et en profondeur dans toutes les institutions publiques, car il révèle tous les non-dits, toutes les hypocrisies, tous les faux-semblants, toutes les contradictions entre le discours et les faits de l'éducation nationale ! Et pourtant je n'aime pas (en ordre général) les films français (à part les comédies avec "De Funès"), mais je sais cependant reconnaître le courage d'une mise en scène de la réalité des univers parallèles que nous ne pouvons assumer.

Films... j"aime ou j'aime pas

Nouveau messagePosté: Mer 21 Oct 2020 08:38
de Link
En ayant revu "La journée de la jupe" de Lilienfeld (qui éclipsait déjà à l'époque et ceci en une nanoseconde la bouse de "Entre le murs" parrainée par la bien-pensance du gauchisme coincé), je ne cesse de trouver ce film pourtant mineur (il ne s'agit pas de "Barry Lyndon" évidemment, et le sujet et la volonté étaient autres) toujours aussi prophétique (et l'adjectif convient parfaitement) et je me demande s'il serait tolérable d'en faire aujourd'hui le parangon de la laïcité républicaine ! Un tel film, je pense, devrait pouvoir être étudié dans le détail et en profondeur dans toutes les institutions publiques, car il révèle tous les non-dits, toutes les hypocrisies, tous les faux-semblants, toutes les contradictions entre le discours et les faits de l'éducation nationale !


Je plussoie quasiment chacun de tes mots....! :) [monkey]

Films... j"aime ou j'aime pas

Nouveau messagePosté: Mer 21 Oct 2020 20:24
de Lee Van Cleef
L'heure est grave. Tous autant que nous sommes, nous acquérons peu à peu de déplorables réflexes. Parmi les plébéiens d'UnderScores qui se sont laissé tenter avant-hier soir par la débauche de virtuosité de Singin' in the Rain sur France 5, combien, se trouvant nez à nez avec la scène d'ouverture dans laquelle des meutes de fans en pâmoison (et surtout, surtout... sans masque sur le museau !) assiègent la grande première du nouveau hit hollywoodien, ont senti leur pouls battre une angoissante chamade et leurs mains devenir moites ? Combien, lors de la mythique séquence de claquettes sous une pluie diluvienne, sont prêts à jurer avoir entendu le flic pas commode, qui interrompt le ballet aqueux de Gene Kelly, glapir d'une voix de stentor : "Hep, vous là ! Vous savez l'heure qu'il est ? Il est 21h05 ! Faites voir votre attestation de déplacement" ? Le Monde d'Après, de plus en plus, ressemble à s'y méprendre à un épisode de Twilight Zone, où nous assaillent visions de cauchemar et voix d'outre-tombe... Heureusement, ça n'en était pas encore au point de gâter l'incommensurable plaisir que procure, aujourd'hui plus que jamais, le chef-d'oeuvre de Stanley Donen, monstre d'euphorie comme peu de comédies musicales ont pu l'être.

Films... j"aime ou j'aime pas

Nouveau messagePosté: Jeu 22 Oct 2020 16:21
de Julien
Je pense que c'est la seule comédie musicale américaine que j'apprécie vraiment. La séquence du film mal synchronisé avec la voix de l'actrice est toujours aussi bidonante. J'aurais appris un truc aussi en allant voir la fiche wikipédia, c'est que la chanson principale n'a pas était composée pour ce film. Elle aparaît même dans d'autres films antérieurs.